Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

JUPPÉ ALAIN (1945- )

Brillante mécanique intellectuelle, pur produit de la méritocratie républicaine, Alain Juppé est né le 15 août 1945, à Mont-de-Marsan (Landes), d'une famille d'exploitants agricoles aisés. Entré à Normale sup' à dix-neuf ans en 1964, agrégé de lettres classiques trois ans plus tard, puis énarque et inspecteur des finances, il a fait ainsi partie de ces « premiers de la classe » qui peuplent en France la haute administration et font tourner, dans l'ombre, la machine de l'État.

Dans les pas de Jacques Chirac

Alain Juppé sera d'abord l'« économiste de Chirac ». Lorsqu'il est appelé au cabinet du Premier ministre, en 1976, avant de suivre celui-ci, quelques mois plus tard, dans l'appareil dirigeant du RPR, c'est en sa qualité de spécialiste des affaires économiques ; et quand, en 1980, il rejoint la haute administration de la Ville de Paris, c'est pour être nommé directeur des finances de la capitale. En 1981, dans l'état-major de la première campagne présidentielle du maire de Paris, il est chargé d'expliquer le programme économique du candidat. Alain Juppé est toujours perçu comme un homme de dossiers, au service du maire de Paris. Il renonce même à se présenter aux élections législatives de 1981, échaudé par un premier échec dans son département natal des Landes, en 1978. En 1983, finalement élu conseiller de Paris, il deviendra deuxième adjoint de Jacques Chirac, chargé des finances. Membre du Parlement européen (1984-1986), élu député de Paris en 1986 et en 1988, il devra toutefois patienter jusqu'à sa nomination, en 1988, au poste de secrétaire général du RPR pour être enfin reconnu comme un responsable politique à part entière.

Fidèle porte-parole du président du RPR, Alain Juppé est de ceux qui, dans la famille gaulliste, se sentent plus proches d'une droite libérale et moderne que du gaullisme populaire à tendances sociales dont Charles Pasqua et Philippe Séguin se veulent les représentants. Il est l'un des principaux artisans de la plate-forme présentée par l'opposition aux élections législatives de 1986. Rendu public à la fin de 1985, ce « pacte pour la France » est marqué par la vogue du reaganisme, auquel s'est rallié Jacques Chirac. Devenu ministre délégué au Budget dans le premier gouvernement de cohabitation (1986-1988), il se heurtera aussi à Édouard Balladur, son ministre de tutelle, mais ces conflits résulteront davantage de susceptibilités personnelles que de divergences doctrinales.

En 1988, deuxième campagne présidentielle de Jacques Chirac, deuxième échec. Porte-parole du candidat, Alain Juppé a pris une part active au débat électoral : secrétaire général du RPR, il doit gérer les « ondes de choc » de la défaite. Il lui faudra faire face à diverses formes de contestation, dont la plus constante sera celle de Philippe Séguin. Maintenant avec fermeté l'unité du parti, il permet que s'exprime la diversité des courants, obtient l'adoption d'une attitude intransigeante à l'égard du Front national, et une position plus ouverte sur la construction européenne. Surtout, il remet en état de marche l'appareil et constitue une équipe solide et expérimentée qui assurera, en 1993, puis en 1995, les victoires électorales de Jacques Chirac. Il y gagne même une certaine popularité auprès des militants, sans cesser toutefois d'apparaître à leurs yeux et à ceux de l'opinion comme un technocrate sûr de lui et, il le reconnaîtra lui-même, un peu trop arrogant.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres classiques, médiateur du journal Le Monde
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Édouard Balladur et Alain Juppé

Édouard Balladur et Alain Juppé

Autres références

  • CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

    • Écrit par Pierre BRÉCHON
    • 9 350 mots
    • 6 médias
    Jacques Chirac choisit comme Premier ministre un de ses proches,Alain Juppé, secrétaire général du R.P.R., ministre des Affaires étrangères de 1993 à 1995. Les fortes attentes générées par le discours sur la fracture sociale et la volonté de changement vont laisser place rapidement à l'amertume et...
  • FRANCE - L'année politique 1996

    • Écrit par Serge SUR
    • 3 966 mots
    • 1 média

    En France, disait-on en 1996, il y a les optimistes et les pessimistes. Les optimistes pensent que la période est pré-révolutionnaire. Quant aux pessimistes, ils pensent que le gouvernement Juppé va durer. Au-delà de son caractère provocant, cette boutade comporte plusieurs enseignements. Elle dénote...

  • FRANCE - L'année politique 2004

    • Écrit par Nicolas TENZER
    • 2 953 mots
    • 4 médias
    ...du gouvernement comme du groupe parlementaire U.M.P., des penchants divers, sinon incompatibles, cohabitent. Par ailleurs, les difficultés personnelles d'Alain Juppé, condamné en 2004 en première instance à dix ans d'inéligibilité et dix-huit mois de prison avec sursis – peine finalement réduite en appel,...
  • FRANCE - L'année politique 2009

    • Écrit par Nicolas TENZER
    • 4 725 mots
    ...développer l'investissement dans les secteurs jugés prioritaires. Préparé par une commission présidée par deux anciens Premiers ministres, Michel Rocard et Alain Juppé, son montant autant que son principe, compte tenu des déficits record, a fait l'objet de débats. Si le conseiller spécial du président de...
  • Afficher les 12 références

Voir aussi