HALIMI GISÈLE (1927- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Née en 1927 à La Goulette, en Tunisie, Gisèle Zeiza est issue d'une famille judéo-arabe pauvre, peu cultivée et traditionaliste. Refusant son destin tout tracé d'épouse et de mère soumise, elle achève ses études secondaires, entre à l'université à Tunis puis, à Paris, obtient sa licence en droit qui la conduit aux barreaux de Tunis en 1949 puis de Paris, à partir de 1956. Depuis son enfance, Gisèle Halimi est marquée par un sentiment de révolte face à l'injustice. Trois parcours l'ont rendue célèbre, aimée ou détestée : un parcours d'avocate engagée ; un parcours de féministe et, enfin, un parcours politique.

Sa carrière débute au moment où la revendication indépendantiste des colonies se met en mouvement. En Tunisie, Gisèle Halimi milite pour l'indépendance et, en France, elle est de ces rares avocats engagés qui dénoncent la torture contre les militants algériens du M.N.A. puis du F.L.N. En 1960, pour appuyer sa défense de Djamila Boupacha, jeune activiste du F.L.N. arrêtée, torturée et violée par des soldats français, elle forme un comité de soutien à Paris avec Simone de Beauvoir, Aragon, Sartre, Geneviève de Gaulle, Germaine Tillion. Le livre Djamila Boupacha, qu'elle cosigne avec Simone de Beauvoir en 1962, est un témoignage accablant contre le colonialisme, la torture et la raison d'État. Par la suite, elle présidera la Commission d'enquête sur les crimes de guerre américains au Vietnam et sera sollicitée dans de nombreux procès politiques comme observatrice judiciaire, notamment en Espagne, en Grèce ou au Maroc. En 1977, elle est la voix de la défense dans un autre procès retentissant, le procès en révision de Youssef K., condamné sans preuve pour meurtre à vingt ans de réclusion criminelle. Claude Mauriac, Michel Foucault, Roland Barthes, Yves Montand appuieront ce nouveau combat.

Soutien indéfectible de la cause palestinienne, elle a assisté, san [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire, faculté de droit de l'université de Montpellier-I

Classification


Autres références

«  HALIMI GISÈLE (1927- )  » est également traité dans :

FÉMINISME - France : du M.L.F. à la parité

  • Écrit par 
  • Muriel ROUYER
  •  • 4 252 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La parité, les étapes d'une réforme »  : […] Le projet a reçu, de fait, une impulsion décisive de la part des institutions européennes. L'idée de parité a pris son essor à partir de ces instances internationales, moins marquées par la concurrence pour le pouvoir, dotées d'une solide expertise comparative et de politiques publiques prenant en compte les femmes. Une première phase, d'expertise, s'ouvrait en 1989, avec la présentation par la ph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feminisme-france-du-m-l-f-a-la-parite/#i_31467

I.V.G. (Interruption volontaire de grossesse)

  • Écrit par 
  • Muriel ROUYER, 
  • Odette THIBAULT
  • , Universalis
  •  • 3 906 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La loi en procès »  : […] L'étape majeure qui fait basculer l'opinion en faveur de l'avortement est sans doute le procès de Bobigny, qui voit comparaître le 11 octobre 1972 une jeune fille de dix-sept ans, Marie-Claire, pour avortement, alors qu'elle avait été violée. Au-delà de l'acquittement obtenu pour l'accusée, ce procès est l'occasion pour Gisèle Halimi – seule avocate signataire du « Manifeste des 343 » et fondatri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interruption-volontaire-de-grossesse/#i_31467

Les derniers événements

18 novembre 1982 • FranceAnnulation par le Conseil constitutionnel du quota par sexe dans la loi électorale municipale

il n'était pas précisément consulté, le Conseil constitutionnel annuel la disposition limitant à 75 p. 100 la proportion de candidats du même sexe sur une liste. Cette décision soulève la réprobation d'Yvette Roudy, ministre des Droits de la femme, tandis que Gisèle Halimi, député de l'Isère, dénonce la « misogynie » du Conseil.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel MIAILLE, « HALIMI GISÈLE (1927- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gisele-halimi/