FÉMINISMEFrance : du M.L.F. à la parité

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'opportunité politique : la gauche au pouvoir et l'impulsion européenne

L'arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 changea la donne féministe et occasionna ce que certaines féministes considèrent comme un « repli » du M.L.F., du moins en tant que mouvement social. L'heure n'était plus à la révolution, mais aux réformes. François Mitterrand s'était voulu le candidat des femmes, quoiqu'elles n'aient pas voté en majorité pour la gauche. L'ancienne tendance psychépo du M.L.F. avait appelé les femmes à voter pour le candidat socialiste dès le premier tour. Tandis qu'il modernisait la gauche, ralliant les gauchistes d'hier, le mouvement des femmes perdait ses repères. Sa stratégie de contestation devenait moins pertinente face à un gouvernement prônant un féminisme égalitaire, réformiste, à l'écoute des femmes, même si la crise économique, à partir de 1983, allait bientôt restreindre son action.

En 1981, Yvette Roudy avait pris la tête du ministère des Droits de la femme – et non plus à la « condition » féminine, terme résigné qu'avait choisi la droite en créant le premier secrétariat d'État en 1974. Le féminisme d'État fut à l'origine de grandes lois pour les femmes entre 1981 et 1986 : remboursement de l'I.V.G. par la Sécurité sociale, amélioration du statut des femmes d'artisan et instauration d'un congé de maternité rémunéré pour l'ensemble des femmes de professions indépendantes en 1982, égalité professionnelle entre hommes et femmes (1983), recouvrement des pensions alimentaires impayées par les organismes prestataires d'allocations familiales (1984) ou encore usage du nom patronymique de la mère (1985). Le train des réformes passé, on convertit le ministère en un simple secrétariat d'État chargé du Droit des femmes en 1988. Alors que les femmes avaient, cette fois dans leur grande majorité, soutenu la gauche, celle-ci ne leur offrait plus qu'un ministère alibi, occupé à gérer un quotidien désenchanté : de 1988 à 1993, le secrétariat d'État orientait ses campagnes contre les violences conjugales, le harcèlement sexuel, l'amélioration des droits à la contraception.

Dans ce cadre, le mouvement des femmes, subdivisé en associations diverses voire rivales, optait pour un dialogue plus ou moins critique avec les autorités publiques. Le mouvement social se muait en groupe de pression, mobilisé suivant les cas pour l'application du droit à l'avortement et à une contraception libre et remboursée, contre le harcèlement des femmes au travail et les atteintes à leur image dans les médias. Il s'opposait aussi aux mesures familialistes du gouvernement Juppé, inspirées par le rapport Codaccioni sur la politique familiale (oct. 1993), et engageait la lutte contre certains réseaux de l'extrême droite catholique multipliant les entraves à l'avortement. Ainsi, le 25 novembre 1995, une manifestation rassembla à Paris plus de 40 000 personnes à l'appel de la Coordination pour le droit à l'avortement et à la contraception, renouant ainsi avec les modes d'action du mouvement social.

Mais une réalité apparaissait de plus en plus choquante à l'heure du féminisme institutionnel : la faible présence des femmes en politique. Ce fait ne pouvait devenir un grief qu'une fois intégrée la perspective réformiste. Dès la fin des années 1980, remarque Françoise Gaspard, la réflexion féministe avait interrogé, de manière critique, les rapports entre le pouvoir politique et les femmes, spécialement en démocratie. Les travaux de Geneviève Fraisse et de Michèle Le Doeuff ou encore les études parues, en 1991 et 1992, dans Histoire des femmes en Occident dirigé par Michelle Perrot, tendaient à démontrer que la démocratie excluait structurellement les femmes, leur exclusion de l'espace public constituant la condition même de l'universalisme abstrait républicain et démocratique. Il fallait donc, en quelque sorte, « démocratiser la démocratie » par les femmes. C'est à ce projet que répondait, par exemple, la création par Antoinette Fouque de l'Alliance des femmes pour la démocratisation, et la tenue d'états généraux des femmes, en 1989, année du bicentenaire de la Révolution française.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FÉMINISME  » est également traité dans :

FÉMINISME - Histoire du féminisme

  • Écrit par 
  • Geneviève FRAISSE
  •  • 3 472 mots
  •  • 2 médias

Le féminisme est une notion à la fois trop générale et trop complexe pour qu'on puisse évaluer son contenu, ses objectifs, ses argumentations, son importance historique, avant d'avoir posé la question du terme lui-même.Apparu au xixe siècle et attribué, à tort semble-t-il, à la pensée utopique de Fourier, on le trouve sous la plume d'Alexandre Dumas f […] Lire la suite

FÉMINISME - Le féminisme des années 1970 dans l'édition et la littérature

  • Écrit par 
  • Brigitte LEGARS
  •  • 6 192 mots
  •  • 5 médias

On peut dater de l'année 1970 une transformation irréversible du rapport des femmes à la littérature. Jusqu'alors l'opinion commune considérait les femmes artistes comme des exceptions. On s'intéressait parfois aux « images de la femme » dans l'histoire des textes littéraires, mais on ignorait presque totalement la pratique des femmes écrivains. Femme image ou reflet d'un désir masculin, voilà ce […] Lire la suite

FÉMINISME - Les théories

  • Écrit par 
  • Françoise COLLIN
  •  • 2 724 mots
  •  • 3 médias

Ce qu'on désigne sous le terme « féminisme » est un mouvement complexe à la fois politique, social, culturel et intellectuel, qui s'est affirmé dans le dernier tiers du xxe siècle au sein de la culture occidentale (États-Unis et Europe) pour s'étendre ensuite, sous des formes diverses, à toutes les régions […] Lire la suite

1848 ET L'ART (expositions)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 1 190 mots

Deux expositions qui se sont déroulées respectivement à Paris du 24 février au 31 mai 1998 au musée d'Orsay, 1848, La République et l'art vivant , et du 4 février au 30 mars 1998 à l'Assemblée nationale, Les Révolutions de 1848, l'Europe des images ont proposé une réflexion remarquable sur un épisode important des rapports entre art et politique. Contrairement à la révolution de 1830 à laquelle […] Lire la suite

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 528 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « 1970-1989 : dépolitisation et souci de soi »  : […] Les années 1970 marquent le début d'une ère nouvelle, qui coïncide avec la fin des « guerres de libération » dans le monde, l'échec de Mai-68, l'arrivée au pouvoir de la coalition socio-libérale en Allemagne de l'Ouest, la montée du terrorisme et la répression qui l'accompagna, et enfin la prise de conscience écologiste. Il s'agit alors pour la jeune génération de régler ses comptes avec les écriv […] Lire la suite

ALLEN PAULA GUNN (1939-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 569 mots

Poétesse, romancière et essayiste américaine, Paula Gunn Allen mêle dans son œuvre les influences du féminisme et de ses racines amérindiennes. Paula Gunn Allen, née Paula Marie Francis le 24 octobre 1939 à Albuquerque, au Nouveau-Mexique, est la fille d'un Américain d'origine libanaise et d'une métisse qui compte des ancêtres Laguna, Sioux et Écossais. La jeune femme abandonne l'université pou […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Du naturalisme au néoréalisme »  : […] C'est à une version acide de la traditionnelle comédie de mœurs ( comedy of manners ) que Londres réserve un nombre important de scènes. David Hare, revenu au théâtre bourgeois après un début de carrière dans le fringe , calque son théâtre-document sur une esthétique presque cinématographique. Après une trilogie satirique qui prend pour cibles l'Église anglicane, la justice et le Parti travaillist […] Lire la suite

ANTHONY SUSAN B. (1820-1906)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 978 mots
  •  • 1 média

Pionnière du mouvement suffragiste aux États-Unis, Susan Anthony ouvrit la voie à l'adoption, en 1920, du dix-neuvième amendement à la Constitution américaine, octroyant le droit de vote aux femmes. Née le 15 février 1820 à Adams (Massachusetts), Susan Brownell Anthony est une enfant précoce élevée dans la tradition quaker. En 1839, la jeune Susan accepte un poste au séminaire quaker de New Roche […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  L’anthropologie postmoderne »  : […] Depuis les années 1980, la problématisation quasi généralisée des connaissances académiques a constitué un mouvement important dans les universités anglo-saxonnes. En dépit d'une très grande hétérogénéité interne, ce courant, qualifié de « postmoderne », considère dans l'ensemble que les théories sociales modernes, héritées des Lumières, reposent sur la fausse conviction que la connaissance des l […] Lire la suite

AUDÉ FRANÇOISE (1938-2005)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 172 mots

Critique de cinéma française. Enseignante, militante de la Fédération Jean-Vigo (mouvement des ciné-clubs), Françoise Audé – de son vrai nom Audugé – inaugure en 1968, dans les colonnes de la revue Jeune Cinéma , sa carrière de critique du septième art, avant d'entamer, en 1977, une longue et fructueuse collaboration avec Positif . Elle écrira pour d'autres revues et périodiques, dont Rouge , Le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Muriel ROUYER, « FÉMINISME - France : du M.L.F. à la parité », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/feminisme-france-du-m-l-f-a-la-parite/