FLAUBERT GUSTAVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Flaubert n'est pas seulement un des plus grands écrivains du xixe siècle, ni uniquement un auteur « à la mode » dont l'étude s'est considérablement développée dans le dernier tiers du xxe siècle : Flaubert constitue un « problème » aussi bien pour les écrivains que pour les critiques, comme si ses textes pouvaient devenir, régulièrement, le lieu d'émergence de nouvelles questions. Son œuvre est présente, dans l'histoire de la littérature occidentale, comme le symbole actif d'un véritable renouvellement dont la critique d'aujourd'hui n'a pas fini de mesurer les significations et les effets. Sa poétique romanesque, qui a transformé radicalement les exigences stylistiques et les techniques narratives du genre, sa conception absolue du métier d'écrivain ont, en France comme à l'étranger, marqué un tournant dans le sens et la portée que notre modernité attribue à la création littéraire en général.

Gustave Flaubert

Gustave Flaubert

photographie

Gustave Flaubert. Dessin d'E. F. Von Liphart, 1880. Bibliothèque municipale de Rouen. 

Crédits : Courtesy of the Bibliotheque Municipale, Rouen

Afficher

L'« homme-plume »

D'où que l'on se place, la vie de Gustave Flaubert paraît toujours plus ou moins s'identifier à l'acte d'écrire, et se tenir résolument au plus près de sa nécessité intérieure d'être écrivain. La littérature n'est pas simplement son idéal, son vrai lieu ; c'est sa complexion même, sa façon à lui d'être humain : « ... Je suis un homme-plume. Je sens par elle, à cause d'elle, par rapport à elle et beaucoup plus avec elle. » Une certaine fatalité interdit d'ailleurs de considérer Flaubert autrement ; non seulement c'est l'histoire de son œuvre qui compose sa véritable biographie, mais l'essentiel de ce que nous pouvons connaître de sa vie événementielle dérive encore d'un de ses gestes d'écriture les plus familiers : la Correspondance. Commencée à l'âge de dix ans et poursuivie jusqu'aux derniers jours, cette gigantesque et foisonnante correspondance de près de quatre mille lettres constitue un témoignage irremplaçable sur l'homme Flaubert, sur ses idées, ses goûts, sur la conception qu'il se fait de son métier, sur le sens resté incompris à son époque des pratiques d'écriture qu'il invente jour après jour, sur la genèse de ses livres. Un tel témoignage est d'autant p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé de l'Université, docteur en sémiologie, chargé de recherche au C.N.R.S., directeur adjoint de l'Institut des textes et manuscrits modernes

Classification


Autres références

«  FLAUBERT GUSTAVE (1821-1880)  » est également traité dans :

FLAUBERT GUSTAVE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 242 mots

12 décembre 1821 Naissance de Gustave Flaubert à Rouen. 1838 Mémoires d'un fou, premier écrit autobiographique. 1842 Flaubert s'installe à Paris, où il commence des études de droit. 1843 Se lie d'amitié avec Maxime Du Camp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/flaubert-reperes-chronologiques/

BOUVARD ET PÉCUCHET, Gustave Flaubert - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 245 mots
  •  • 1 média

Commencé dès 1874, puis un moment interrompu par la rédaction des Trois Contes, Bouvard et Pécuchet, dernière œuvre de Gustave Flaubert (1821-1880), est resté inachevé du fait de la mort soudaine de celui-ci. Des deux volumes initialement prévus, seul le premier, qui relate l' histoire des deux héros, a pu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouvard-et-pecuchet/#i_5457

L'ÉDUCATION SENTIMENTALE, Gustave Flaubert - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 450 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'il publie Salammbô en 1862, Gustave Flaubert (1821-1880) a consacré quatre années à ressusciter l'Antiquité de Carthage. Il aspire à revenir dans son siècle et à s'atteler à l'écriture d'un roman qui serait situé au cœur de celui-ci. Aussi remet-il en chantier une œuvre de jeunesse, restée dans ses cartons et inspirée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-education-sentimentale/#i_5457

MADAME BOVARY, Gustave Flaubert - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 254 mots
  •  • 1 média

Première des œuvres publiées par Gustave Flaubert (1821-1880) , Madame Bovary (1857) vaut d'emblée à celui-ci un procès pour outrage à la morale et à la religion, mais aussi un succès important qui ne se démentira jamais, même si l'accueil fait par la critique, mis à part un Baudelaire enthousiaste et un Lamartine bouleversé, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madame-bovary/#i_5457

ŒUVRES DE JEUNESSE (G. Flaubert)

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 977 mots

La Bibliothèque de la Pléiade avait réservé jusqu'ici à Gustave Flaubert un sort bizarrement inégal : d'un côté, une bonne édition de la Correspondance par Jean Bruneau (4 volumes étaient parus au moment de la publication de ces Œuvres de jeunesse, le cinquième est sorti en 2007) et, de l'autre, pour les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvres-de-jeunesse/#i_5457

SALAMMBÔ, Gustave Flaubert - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 140 mots

Aussitôt après la publication de Madame Bovary , en 1857, Gustave Flaubert (1821-1880) se met en quête d'un nouveau thème de roman. Au terme de cinq années vouées à rédiger la chronique d'un bourg normand sous Louis-Philippe, il est résolu « à ne plus s'occuper du bourgeois » et à s'évader d'Yonville : « J'éprouve le besoin de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salammbo/#i_5457

LA TENTATION DE SAINT ANTOINE, Gustave Flaubert - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 167 mots
  •  • 1 média

La tentation de saint Antoine a hanté Gustave Flaubert (1821-1880) et l'a accompagné durant toutes ses années d'écrivain. Dès l'âge de vingt-quatre ans, lors d'un voyage en Italie, il découvre le tableau de Bruegel représentant les visions de l'ermite et rêve d'adapter la Tentation au théâtre, sans mésestimer la difficulté de la tâche : « Cela […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-tentation-de-saint-antoine/#i_5457

1848 ET L'ART (expositions)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 1 190 mots

Tout cet élan s'accompagna de bavardage dont même l'art n'était pas exempt. On sait que Flaubert a vu dans cette ébullition le déchaînement des forces de la « bêtise », dont il décrit l'inexorable montée en puissance dans L'Éducation sentimentale. Mais le rentier normand a méconnu que des paroles essentielles avaient aussi été […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/1848-et-l-art-expositions/#i_5457

BOUILHET LOUIS (1822-1869)

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 238 mots

Plus que de l'écrivain, c'est de l'ami de Flaubert dont on se souvient aujourd'hui. Le destin de Bouilhet, parallèle à bien des égards à celui de Flaubert, en offre comme une reproduction dans un mode mineur, et sous le signe de l'échec. Condisciple de Flaubert, célibataire comme lui, confiné à Rouen, la pauvreté l'empêche de vivre et de travailler […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-bouilhet/#i_5457

LES CHOSES, Georges Perec - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 030 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « La consommation des signes » »  : […] vie pendant six ans, au terme de cette quête indécise qui ne les avait menés nulle part, qui ne leur avait rien appris. » Conclusion radicale qui fait naturellement écho à la fin de L'Éducation sentimentale (« Et ils résumèrent leur vie. Ils l'avaient manquée tous les deux, celui qui avait rêvé l'amour, celui qui avait rêvé le pouvoir »). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-choses/#i_5457

COLET LOUISE (1810-1876)

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 297 mots

Connue essentiellement aujourd'hui par sa liaison orageuse et intermittente avec Flaubert (1846-1855). Au long de l'abondante correspondance que ce dernier lui adressa, on voit s'élaborer et s'affermir les principes majeurs de son esthétique et de sa doctrine littéraire, en même temps qu'on assiste à la gestation de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louise-colet/#i_5457

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 911 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La critique créatrice »  : […] de soi. Mais, dès ses débuts, la critique historique a suscité l'hostilité des écrivains. Flaubert protestait contre Taine : « Il y a autre chose dans l'Art que le milieu où il s'exerce et les antécédents physiologiques de l'ouvrier. Avec ce système-là, on explique la série, mais jamais l'individualité, le fait spécial qu'on est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_5457

DU CAMP MAXIME (1822-1894)

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 818 mots
  •  • 1 média

D'avoir été pendant trente-sept ans l'ami, le compagnon de Gustave Flaubert ne semble pas avoir porté chance à Maxime Du Camp. La postérité est à cet égard fautive, qui n'a pas pris la peine, depuis un siècle, de relire cet excellent polygraphe. À l'exception du Nil (réédité en 1987 par D. Oster et M. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maxime-du-camp/#i_5457

ENCYCLOPÉDIE

  • Écrit par 
  • Alain REY
  •  • 5 701 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les grands domaines culturels de l'encyclopédisme »  : […] Après avoir nommé son recueil de lieux communs Dictionnaire des idées reçues, Flaubert s'attaqua au projet de savoir intégral dans Bouvard et Pécuchet, roman de l'imbécillité encyclopédique qu'il n'acheva pas et qui fut publié après sa mort. Dans ses Carnets, à la date de 1879, il sous- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encyclopedie/#i_5457

EXOTISME

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 3 511 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un thème romantique »  : […] toutes les voluptés (Études de mains : Impéria), vraie quintessence de l'exotisme, qui devait se développer dans la courtisane de Flaubert (Marie, dans Novembre), dans la reine de Saba et la Ennoia de La Tentation de saint Antoine, qui devait se colorer de masochisme dans Swinburne et se sublimer dans la Joconde de Walter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exotisme/#i_5457

EXPOSITIONS UNIVERSELLES

  • Écrit par 
  • Christiane DEMEULENAERE-DOUYÈRE
  •  • 3 594 mots
  •  • 4 médias

Dans son Dictionnaire des idées reçues, Gustave Flaubert qualifie les expositions de « sujet de délire du xixe siècle », pointant ainsi un engouement pour ces manifestations qui ne s’est pas démenti par la suite. Nationales ou internationales, limitées aux seuls produits de l’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expositions-universelles/#i_5457

LE SPLEEN CONTRE L'OUBLI. JUIN 1848 (D. Oehler)

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 1 656 mots

Il faudra tout l'art de Baudelaire et de Flaubert pour faire resurgir dans la forme cette mémoire, et pour permettre aux massacres de juin d'échapper tout à la fois à l'amnésie et à l'amnistie. Bref, pour les faire accéder à l'écriture, au sens où l'entendait Barthes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-spleen-contre-l-oubli-juin-1848/#i_5457

LITTÉRATURE - Du texte à l'œuvre

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 930 mots

Dans le chapitre « La multiplication des postulations »  : […] par l'école parnassienne, mais il concerne toute une génération aussi bien des romanciers (Flaubert) que de poètes (Baudelaire). La quête de la beauté formelle peut en elle-même engager une option idéologique. En effet, l'un des meilleurs moyens de montrer sa virtuosité formelle consiste à prendre des sujets en eux-mêmes peu attrayants, voire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-du-texte-a-l-oeuvre/#i_5457

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La lettre privée »  : […] que son abondance en fait le roman vrai d'une vie fertile en événements. Autre exemple célèbre, dans une veine différente : la correspondance de Flaubert, dont les confidences à des intimes avec qui les réserves ne sont pas de mise, offre une sorte de « journal » où l'on peut suivre la gestation de ses œuvres, et notamment de Madame Bovary. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire/#i_5457

LOUIS LAMBERT, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 329 mots
  •  • 1 média

au genre littéraire des souvenirs d'enfance et de jeunesse. Delacroix y revivait son adolescence. Quant à Flaubert, il confiait à Louise Colet, dans une lettre du 2 décembre 1852, l'impression terrifiante que lui avait causée la lecture de l'ouvrage : non seulement toute une page de Madame Bovary s'y trouvait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-lambert/#i_5457

MANUSCRITS - La critique génétique

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 13 193 mots

Dans le chapitre « Classer et déchiffrer »  : […] Ainsi, pour les Trois Contes de Flaubert – dont les brouillons étaient disponibles depuis longtemps –, le classement et la transcription intégrale des manuscrits ont, récemment, permis de réviser du tout au tout l'avis traditionnel des spécialistes. En 1957 (Trois Contes, édités par R. Dumesnil, Les Textes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuscrits-la-critique-genetique/#i_5457

MAUPASSANT GUY DE (1850-1893)

  • Écrit par 
  • Antonia FONYI
  •  • 2 319 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'auteur de « Boule de suif » »  : […] de ministère pendant dix ans, il partage ses heures de liberté entre d'effrénées parties de canotage et un dur apprentissage littéraire, mené sous la direction de Flaubert. À l'âge de trente ans, le bagage du prosateur est presque complet ; il débute pourtant par Des vers (1880), poésies médiocres. Mais cette même année voit paraître Boule […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guy-de-maupassant/#i_5457

NATURALISME

  • Écrit par 
  • Yves CHEVREL
  •  • 5 388 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le “modèle du roman naturaliste” ? »  : […] hors de doute pour moi”, souligne-t-il) : L'Éducation sentimentale, qu'il avait déjà louée en 1869 et dont il fait un nouveau compte rendu enthousiaste lors de la réédition de 1879. S 'il n'est pas certain que Flaubert ait été très heureux de cette annexion, il vaut la peine de voir la conception du naturalisme qu'y trouve Zola […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naturalisme/#i_5457

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 011 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les deux Orients »  : […] Flaubert (1821-1880) l'avait bien noté dans son Dictionnaire des idées reçues : « Orientaliste : homme qui a beaucoup voyagé. » Il s'agit là d'un voyage dans l'espace, mais aussi dans le temps. L'auteur de Salammbô ne démentira pas la remarque. En peinture, l'orientalisme reste avant tout un prétexte pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orientalisme-art-et-litterature/#i_5457

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 004 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les écrivains et la physiognomonie »  : […] Flaubert, qui a ridiculisé cette manie dans Bouvard et Pécuchet et le Dictionnaire des idées reçues, regardait l'art de la narration comme une activité fortement physiognomonique. Toutes ses descriptions, il le déclare lui-même, ont une fonction définie en relation avec le personnage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiognomonie/#i_5457

RÉCIT DE VOYAGE

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 7 144 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le narrateur et son destinataire »  : […] à une rédaction postérieure. Il peut cependant réapparaître sous sa forme primitive : Flaubert et Leiris recopient leurs calepins dans un « journal », corrigé et mis au net lorsque le voyage est achevé. De ce fait, à la façon de l'autobiographie, le récit tend à donner un rythme et un sens à une aventure, à faire de détails hasardeux une totalité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recit-de-voyage/#i_5457

ROMAN - Roman et société

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 702 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La société dans le roman »  : […] L'idée est répandue qu'à partir de Flaubert et de Dostoïevski le pôle majeur du romanesque est transféré du social au psychologique. Il est plus exact de considérer que les romanciers modernes ayant le plus profondément observé les phénomènes sociaux ont pris pour objet ou pour cadre un ensemble […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-roman-et-societe/#i_5457

ROMAN - Le personnage de roman

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 222 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les aspects du personnage »  : […] naturalisme, et le typique occupe une place majeure dans l'œuvre de Flaubert, de Melville, de Gogol, de Tolstoï. Mais tous les personnages de Balzac ne sont pas balzaciens. Balzac consacre une véritable description aux seuls individus qui représentent la machine sociale et économique, soit parce qu'ils savent (Vautrin) l'utiliser à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-personnage-de-roman/#i_5457

ROMAN - Le nouveau roman

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 4 684 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nouvelles techniques, nouvelle vision du monde »  : […] Le tournant, cette fois, remonte à Flaubert. L'« obstination de la description » valut à Madame Bovary, de la part des auteurs qui se disaient « réalistes », des reproches qui annoncent étonnamment ceux que fera entendre la critique d'inspiration humaniste aux débuts du nouveau roman. « Chaque rue, chaque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-nouveau-roman/#i_5457

ROMAN D'ÉDUCATION ou BILDUNGSROMAN

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 1 498 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Apprendre à lire le monde »  : […] pourtant la qualité de son âme qu'il cherche à éprouver dans cette conquête. Mais surtout, Flaubert, prenant la suite de Cervantès, inaugure de nouveau un type particulier de roman d'éducation, celui où on voit confrontés le livresque et le réel ; de Flaubert à nos jours, la littérature ne cesse de mettre en doute ses pouvoirs, et l'apprentissage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-d-education-bildungsroman/#i_5457

SARTRE JEAN-PAUL

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME, 
  • Juliette SIMONT
  •  • 8 906 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sartre « polygraphe » »  : […] spécifiquement littéraire, n'inspirera pas un enthousiasme analogue. On saluera l'effort prométhéen pour repenser, avec Flaubert comme prétexte, la psychanalyse, la sociologie, la linguistique, l'histoire et les propres concepts sartriens. Mais, à la fin des fins, c'est tout de même Flaubert, l'auteur de Madame Bovary, qui gagne contre son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-sartre/#i_5457

SUBLIME, philosophie

  • Écrit par 
  • Philippe LACOUE-LABARTHE
  •  • 6 168 mots
  •  • 1 média

Chateaubriand, ou les projets de fête en l'honneur de l'Être suprême. Ce siècle qu'on dit futile, ou frivole, est tenaillé par la grandeur. C'est peut-être la raison pour laquelle c'est Flaubert, dans les années 1880, qui dira l'immense déception du sublime. On trouve dans Bouvard et Pécuchet ce passage impitoyable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sublime-philosophie/#i_5457

VARGAS LLOSA MARIO (1936-    )

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 3 800 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Cycle de l'ironie »  : […] et ces œuvres de fiction et d'imagination, Vargas Llosa est aussi l'auteur d'ouvrages critiques de grande qualité où se détachent notamment une pénétrante étude sur Gabriel García Márquez, historia de un deicidio (1969), et un essai sur Flaubert, La Orgía perpetua (1975, L'Orgie perpétuelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mario-vargas-llosa/#i_5457

VULGARITÉ

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 1 211 mots

Mot qu'il faut prononcer avec une légère grimace pour y marquer le désagrément causé par la seule évocation du mauvais goût des « autres ». Le terme « vulgarité » est donc toujours péjoratif, à moins que, par un retournement hiérarchique dans l'agression, il devienne le noble ricanement du sans-culotte face aux pudeurs ignobles de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vulgarite/#i_5457

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre-Marc de BIASI, « FLAUBERT GUSTAVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-flaubert/