EXPOSITIONS UNIVERSELLES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un hymne au progrès

Gouvernées par un idéal de paix universelle et la conviction que la prospérité partagée doit concourir à maintenir la concorde entre les nations, les expositions sont d’abord de grandes messes du commerce et de l’industrie, où les marchandises sont présentées en amoncellements hétéroclites et les machines en mouvement. Pour les participants, elles sont d’abord des concours où sont distribuées avec largesse médailles et mentions, dont l’indication sur les papiers à en-tête des entreprises et les emballages des produits constitue un argument publicitaire rentable.

On a qualifié les expositions d’« Olympiades du progrès ». Dans leurs palais, leurs pavillons et leurs galeries, vastes nefs qui allient hardiment le verre et le métal comme des symboles de la foi des hommes du xixe siècle dans le progrès, l’innovation est mise en scène avec un faste destiné à éblouir un public encore peu familiarisé avec le monde des techniques et du machinisme. C’est souvent à l’occasion de l’exposition que l’invention, la machine nouvelle ou le perfectionnement du procédé sont dévoilés au public. Pour se limiter à quelques exemples, on peut citer la machine à coudre de Singer récompensée à l’Exposition universelle de Paris, en 1855, le redoutable canon des usines Krupp d’Essen présenté sur le stand de la Prusse à l’exposition de 1867, ou encore l’ascenseur hydraulique de l’ingénieur français Félix Léon Édoux qui fait sensation à cette même exposition universelle. Les nouveautés qui sont présentées viennent chercher là une reconnaissance et un label de modernité.

Canon conçu et fabriqué par la société Krupp

Photographie : Canon conçu et fabriqué par la société Krupp

À l'ère de l'industrialisation, les expositions universelles constituent une prestigieuse vitrine pour mettre en valeur les produits du développement technique en cours. Présenté dans la grande galerie des Machines, qui fut un des « clous » de l'Exposition universelle de Paris, en 1867,... 

Crédits : DeAgostini/ Getty Images

Afficher

Mais les fonctions des expositions internationales sont diverses et beaucoup plus complexes. Elles sont aussi des instruments diplomatiques : s’y aiguisent les rapports de force entre puissances rivales, et les pays dont l’état de l’industrie ne permet pas encore d’entrer dans le cercle des nations les plus développées viennent y chercher la reconnaissance de leurs aspirations. Tels sont les cas, par exemple, lors de l’Exposition universelle de 1867, à Paris, de l’Égypte et de la Tunisie qui cherchent à se délivrer de la tutelle ottomane ; leurs présentations architecturales – le fastueux parc égyptien et la réplique du palais du Bardo – dans le Parc des nations mettent en valeur l’ancienneté de leur histoire et les richesses de leur culture. Les expositions reflètent aussi l’état des relations internationales de leur temps et leurs fluctuations au gré de l’actualité ; elles sont, pour le pays organisateur, l’occasion de compter ses alliances. C’est ainsi qu’à la suite de la guerre de Crimée, la Russie boude l’exposition de 1855, tandis que les monarchies européennes, peu enclines à cautionner la commémoration du centenaire de la Révolution de 1789, se tiennent à l’écart de celle de 1889. En revanche, en obtenant la participation de cinquante-huit pays, symbolisée par l’édification du spectaculaire Quai des nations, l’exposition parisienne de 1900 est un bel exemple d’unanimité. Pour certains hommes d’État, comme Napoléon III qui, durant son règne, prit l’initiative de deux expositions universelles à Paris (1855 et 1867), elles représentent l’occasion de faire reconnaître par le concert des nations une dynastie parvenue au pouvoir par des moyens peu légitimes.

Les expositions jouent également un rôle important dans l’urbanisme. Malgré le caractère éphémère de leurs installations, elles font évoluer les villes qui les accueillent et laissent sur elles une empreinte forte, en contribuant à la création d’équipements nouveaux (gares, hôtels, moyens de transport…), de musées (comme le musée d’Ethnographie du Trocadéro, ouvert à la suite de l’exposition de 1878, et l’actuel musée de l’Homme qui lui succède à l’occasion de l’Exposition internationale de 1937) et de monuments. Paris, qui fut le cadre de nombreuses expositions, en conserve la tour Eiffel, le Grand et le Petit Palais, le pont Alexandre III, la gare d’Orsay (l’actuel musée d’Orsay), le palais des Colonies (l’actuelle Cité de l’immigration), le zoo de Vincennes, le palais de Chaillot (qui succéda au palais du Trocadéro) et la ligne 1 du métropolitain. De nouveaux quartiers comme ceux de Chaillot ou du Champ-de-Mars, par exemple, ont pris leur essor à la faveur de ces manifestations. Au-delà du seul développement urbanistique, les expositions universelles subvertissent la ville, dont elles abolissent les repères spatio-temporels. Elles créent ce qu’on pourrait appeler des illusions d’optique urbaines, en transformant les cités en kaléidoscopes des architectures du monde. Dans l’espace clos de l’exposition, à Paris comme ailleurs, vont fleurir maisons à colombages, palais italiens, minarets orientaux et pagodes chinoises…

L’Exposition universelle de 1900

Photographie : L’Exposition universelle de 1900

Le temps de l'exposition, la ville devient virtuellement le centre du monde. D'où l'importance  d'un monument qui vienne matérialiser le progrès des techniques. En 1889, la tour Eiffel avait suscité de véhémentes réactions : « ... à quoi bon dresser sur un socle creux un obélisque vide... 

Crédits : Collection Dutailly/ Ville de Chaumont

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Crystal Palace, lithographie de George Baxter

Crystal Palace, lithographie de George Baxter
Crédits : Library of Congress, Washington, D.C.

photographie

Canon conçu et fabriqué par la société Krupp

Canon conçu et fabriqué par la société Krupp
Crédits : DeAgostini/ Getty Images

photographie

L’Exposition universelle de 1900

L’Exposition universelle de 1900
Crédits : Collection Dutailly/ Ville de Chaumont

photographie

L’Exposition universelle d’Anvers

L’Exposition universelle d’Anvers
Crédits : Akg-images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  EXPOSITIONS UNIVERSELLES  » est également traité dans :

AALTO ALVAR (1898-1976)

  • Écrit par 
  • Gilles RAGOT
  •  • 2 580 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un architecte scandinave »  : […] Son grand-père maternel, humaniste cultivé et ingénieur forestier de son état, son père, géomètre arpenteur, transmirent au jeune Aalto leur amour de la nature, amour mêlé de respect et fondé sur une connaissance approfondie du milieu où ils vivaient. Né le 3 février 1898 à Kuortane, près de la petite ville tranquille de Jyväskylän au centre de la Finlande, Hugo Alvar Aalto reçoit une éducation li […] Lire la suite

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 392 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Situation actuelle »  : […] La communauté autonome d'Andalousie est une des plus vastes d'Espagne (87 268 km 2 , presque le Portugal) et c'est la plus peuplée (7,9 millions d'habitants en 2006). Mais elle est peu développée et les inégalités sociales y sont fortes. Al-Andalus, le territoire de l'Espagne musulmane, a fini par être identifié aux terres reconquises à partir du début du xiii e siècle qui constituèrent plusieurs […] Lire la suite

ANDO TADAO (1941- )

  • Écrit par 
  • François CHASLIN
  •  • 1 852 mots
  •  • 1 média

Lauréat de nombreux grands prix internationaux d'architecture, célébré par de vastes rétrospectives dans les principaux musées d'art contemporain, Andō Tadao est devenu l'architecte emblématique du Japon, l'une grandes figures internationales de la profession. Sa notoriété lui vient d'une expression formelle d'une exceptionnelle rigueur. Dans un univers qu'avaient ébranlé les recherches éclectique […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Architecture

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 7 822 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Renaissance hellénique et néo-gothique : les « revivals » victoriens »  : […] Reprenant certaines analyses de ce que l'on appelle l'historicisme ou l'éclectisme, N. Pevsner a écrit qu'« en Angleterre au début du xix e  siècle, le bal travesti de l'architecture battait son plein ». Mais prendre ainsi position sur l'ensemble de la production d'une époque, n'est-ce pas substituer à l'analyse historique un jugement de valeur a priori reposant à la fois sur un idéal évolutionnis […] Lire la suite

ANTHROPOLOGY DAY (1904)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 1 202 mots

Les jeux Olympiques de Saint Louis demeurent avant tout ceux de l'Amérique blanche. La guerre de Sécession est achevée depuis moins de quarante ans, la victoire du Nord sur le Sud a permis l'abolition de l'esclavage en 1865. Cette abolition ne signifie pas pour autant l'égalité des races, loin de là : malgré les 14 e et 15 e  amendements de la Constitution votés par le Congrès en 1868 et en 1870 […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 7 907 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le siècle de l'industrie »  : […] Au cours du xix e  siècle se produit une diversification sans précédent des techniques de construction. Au sein de cet ensemble de transformations, le développement de l'architecture métallique constitue le phénomène le plus marquant. Aux premiers édifices faisant appel à la fonte succèdent des constructions en fer puis en acier. Tandis que la fonte, qui résiste mal aux efforts de traction, est p […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Fer et fonte

  • Écrit par 
  • Henri POUPÉE
  •  • 4 348 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « De Viollet-le-Duc à Guimard »  : […] Les milieux d'architectes suivaient ces tentatives, dues surtout aux ingénieurs, avec attention, voire avec quelques craintes. À partir de 1841, la Revue générale d'architecture de César Daly reflète cet intérêt grandissant. Le succès de sa salle de lecture ouvre à Labrouste les portes de l'Institut en 1867. Il y succède à Hittorff, y retrouve Baltard, Joseph Duc et Félix Duban, qui tous utilisai […] Lire la suite

ART COLONIAL

  • Écrit par 
  • Véronique GERARD-POWELL, 
  • Alexis SORNIN
  •  • 8 403 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Expositions et collections d'art indien à l'étranger »  : […] Les expositions universelles en Europe (Londres en 1851 et 1862 ; Paris en 1855, 1867, 1878) comme aux États-Unis (Chicago en 1893) permettent de réunir les produits coloniaux de l'artisanat traditionnel et de l'industrie naissante, mais aussi de répondre à une curiosité esthétique et intellectuelle pour l'héritage historique indien. Ainsi, à Paris en 1878, l'exposition qui n'inclut pas moins de d […] Lire la suite

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 797 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Les moyens de diffusion »  : […] L'Art nouveau s'est diffusé très rapidement dans le monde grâce aux revues illustrées de photographies et aux expositions. En 1893 paraît à Londres The Studio qui affichait la devise «  Use and Beauty  » : elle contribua puissamment à faire connaître les Arts and Crafts. D'autres revues suivirent, comme Dekorative Kunst et sa version française L'Art décoratif , Art et décoration , Innen Dekora […] Lire la suite

L'ATELIER DU PEINTRE (G. Courbet)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 196 mots

L'Exposition universelle de 1855, à Paris, qui succède à celle de Londres, en 1851, fut une manifestation exceptionnelle, en grande partie grâce à sa section artistique. Remplaçant le traditionnel Salon, celle-ci était consacrée à tous les artistes vivants, français et étrangers, et n'était plus limitée, comme c'était la règle au Salon, aux œuvres récentes. C'est ainsi que, à la demande du gouvern […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christiane DEMEULENAERE-DOUYÈRE, « EXPOSITIONS UNIVERSELLES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/expositions-universelles/