EXEMPLUM

Outre le sens habituel d'« exemple », le mot latin exemplum désigne une ressource de la rhétorique utile à qui veut susciter la persuasion. Aristote rapproche l'exemple, qui repose sur une inférence implicite, (raisonnement inductif) du syllogisme incomplet (déductif) ; après lui, la rhétorique latine (Cicéron, Quintilien, Valère Maxime) distingue le signe (preuve matérielle), l'argument (raisonnement déductif établissant le probable sur le certain) et l'exemple (fait ou dit d'un personnage célèbre du passé qu'il est conseillé d'imiter) dont un sous-genre est l'image, incarnation d'une vertu dans un homme. À l'usage des écoles de rhéteurs, Valère Maxime rassemble neuf livres de Faits et dits mémorables, dont beaucoup sont des exemples : c'est le premier recueil connu. La culture chrétienne ne peut ignorer cette ressource de la rhétorique, elle qui est fondée sur la tradition écrite : Tertullien fait souvent référence à des exemples qui sont chez lui des hommes et en particulier le Christ, exemple des exemples pour le chrétien. Grégoire le Grand recourt volontiers, dans ses Dialogues, à une historiette pour prouver un point de doctrine obscur (exemple le feu du purgatoire ; qu'il faut dire des messes pour ceux qui y brûlent) : cette histoire est souvent un fait qui lui est arrivé personnellement, ou qu'une personne digne de foi lui a rapporté. À partir du xiie siècle, les manuels de prédication, soucieux de rapprocher le prédicateur de son public et de lutter contre l'hérésie, particulièrement dans les villes, proposent trois types d'arguments à l'appui d'un thème de sermon : les auctoritates


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  EXEMPLUM  » est également traité dans :

CONTES DE FÉES

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 397 mots

Récits de voie orale, souvent antérieurs à la civilisation latine ou grecque et se retrouvant sous forme d'adaptations dans la littérature écrite. L'expression contes de fées est plus spécialement réservée aux récits qui comportent l'intervention d'êtres surnaturels du sexe féminin, doués de pouvoirs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contes-de-fees/#i_47061

MONTAIGNE MICHEL EYQUEM DE (1533-1592)

  • Écrit par 
  • Fausta GARAVINI
  •  • 8 169 mots

Dans le chapitre « L'exemplum... »  : […] Or le nombre de citations et d'exempla figurant dans les Essais et leur fréquence, notamment dans les chapitres du début, ont souvent amené les chercheurs à rapprocher l'ouvrage de Montaigne des recueils de « leçons » qui étaient à la mode à la Renaissance. Pierre Villey avait évoqué Adages […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/montaigne-michel-eyquem-de/#i_47061

SAPIENCE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 883 mots

Calque en français médiéval du mot latin sapientia signifiant science, sagesse, sapience désigne le savoir moral et philosophique reposant sur une tradition. Au sens large, on peut comprendre sous ce terme tous les écrits didactiques touchant à la philosophie morale ; mieux vaut se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sapience/#i_47061

Pour citer l’article

Jean-Pierre BORDIER, « EXEMPLUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/exemplum/