MAXIME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le relief obtenu par la grande concision et l'emploi des figures dans un énoncé moral de portée générale a toujours été recherché, pour s'imposer à l'attention et à la mémoire, par le genre gnomique ; et ce genre s'insinue dans tous les autres. Au xvie siècle, les auteurs tragiques qui signalent par des guillemets leurs vers-proverbes font figure d'ancêtres de La Rochefoucauld plus encore que Pibrac avec ses Quatrains. Les recueils de maximes proprement dits voient le jour en nichée sous l'aile de Mme de Sablé. Auteurs : la marquise elle-même, J. Esprit, l'abbé d'Ailly, et La Rochefoucauld (1664 ; 1665 pour l'édition avouée). La maxime (maxima : très grande pensée) se caractérise par ce qui donne forme de sommet à la pensée : isolement, réduction à une ou deux phrases, structure aiguë d'où se découvre un panorama universel, et dont le dessin se rehausse de tel ou tel accident de relief, antithèse, rapprochement paradoxal, distinction de synonymes, comparaison, métaphore. Sa forme implique la reconnaissance d'une essence stable de l'homme. Parfaite réussite, celle qui combine la densité incisive et la force d'évidence immédiate ou légèrement décalée (« Comme c'est vrai !... » « Mais oui... »). Chez le maître du genre s'en dégage une vision unifiée, celle du moi rivé à lui-même, esclave de l'amour-propre et néanmoins responsable. La Bruyère, Vauvenargues, Chamfort, plus proches des mœurs du temps, laissent leurs maximes se disperser davantage. La maxime suppose une lecture évidemment lente et distillée. Quoique nous soyons devenus si pressés « qu'à moins de huit cents pages nous n'avons plus le temps de penser » (Y. Belaval), le genre attire encore des écrivains et peut-être des lecteurs, qu'ont trop rebutés les commentaires de maximes proposés au collège. Savourer une maxime en l'imprégnant de ses propres souvenirs et réflexions, quel régal d'amour-propre !

—  Jean MARMIER

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne

Classification


Autres références

«  MAXIME  » est également traité dans :

APHORISME, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 351 mots

L'aphorisme est un genre spéculaire par excellence : sa brièveté, la précision du geste vers laquelle tend l'auteur attirent son regard sur le mouvement de sa propre pensée, comme l'éclair s'insinue dans l'œil. Spéculaire, l'aphorisme l'est aussi par sa situation ambiguë qui fait « réfléchir » (au sens optique et au sens intellectuel du mot). Musil, lui-même aphoriste, cite Nietzsche : « De beaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aphorisme-genre-litteraire/#i_5989

CHAMFORT (1741-1794)

  • Écrit par 
  • Jeannine ETIEMBLE
  •  • 1 804 mots

Dans le chapitre « Le moraliste »  : […] Le grand ouvrage que Chamfort préparait c'est au secret de son cabinet qu'il s'élaborait : à travers ce qu'on en a pu reconstituer, nous apprenons à connaître son personnage contradictoire, ravagé de souffrances morales autant que de pustules et d'eczéma. On a voulu faire de sa vision du monde celle d'un « doloriste », que seule la maladie expliquerait. Il semble plus probable que l'eczéma de Cham […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chamfort/#i_5989

MAXIMES, François de La Rochefoucauld - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 029 mots

Dans le chapitre « La maxime, ou l'espace du désenchantement »  : […] Pessimistes assurément, comptables mélancoliques de la perte des idéaux aristocratiques, ces textes « en petits morceaux » témoignent de la crise aiguë que connaît le « moi » héroïque de la première partie du xvii e  siècle, dès lors que « le nom de la vertu sert à l'intérêt aussi utilement que les vices » (maxime 187). Les maximes ont ceci de pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maximes/#i_5989

LA ROCHEFOUCAULD FRANÇOIS DE (1613-1680)

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 1 410 mots

Dans le chapitre « Le système de l'amour-propre »  : […] L'attention s'est longtemps portée, de façon presque exclusive, sur celles des maximes qui ont pour objet de dénoncer les déguisements vertueux de l'égoïsme – de l'« amour-propre », selon le langage du temps. La maxime 171, « Les vertus se perdent dans l'intérêt comme les fleuves dans la mer », résume ce système aux yeux de plus d'un lecteur. Il faut entendre, bien sûr, que l'intérêt agit le plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-la-rochefoucauld/#i_5989

LAUTRÉAMONT ISIDORE DUCASSE dit COMTE DE (1846-1870)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc STEINMETZ
  •  • 3 193 mots

Dans le chapitre « Les « Poésies » »  : […] La suite de son œuvre le verra réintégrer son patronyme, comme si, dès lors, plus rien n'était à cacher. C'est, en effet, le parti pris de « la vertu, de la certitude, de l'espoir, du bien, du devoir, de la foi, de la froideur du calme et de la modestie » qu'il prétend embrasser désormais. Il serait imprudent de penser qu'une telle palinodie ne lui fût inspirée que par les reproches paternels accu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lautreamont/#i_5989

MAXIMES, PENSÉES, CARACTÈRES ET ANECDOTES, Chamfort - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 927 mots

Dans le chapitre « Un pessimisme radical »  : […] Tout au long de son recueil, Chamfort accumule les traits et les pointes satiriques. Il se présente comme un écrivain en rupture, qui refuse d'être l'amuseur déconsidéré d'un public et d'une société qu'il méprise. Il se veut juge, comme Jean-Jacques Rousseau. Classés selon leurs thèmes, il est impossible de distinguer les maximes, les pensées, les caractères et les anecdotes. Chez Chamfort, on tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maximes-pensees-caracteres-et-anecdotes/#i_5989

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Dans le chapitre « Le principe d'universalité »  : […] Ce qu'est la liberté, non pas conçue comme une idée théorique, métaphysique, mais la liberté agissante, la volonté libre et la volonté de liberté, c'est donc le principe de l'universalité : la volonté libre est volonté d'universalité, puisqu'elle est la volonté de tout être humain qui se veut humain, elle est raison pratique (Kant). Le devoir est ainsi saisi, implicitement d'abord par toute consc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale/#i_5989

MORALISTES

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 2 456 mots

Dans le chapitre « Questions de définition »  : […] À l'exception de Montaigne, dont il faudra reparler, cette famille des « moralistes français » écrit donc la langue classique et pratique dans tous les cas la forme brève : pensées, maximes, caractères, « réflexions ou remarques ». Mais, à ne retenir même que trois auteurs, qu'ont-ils réellement en commun – sinon la qualité exceptionnelle d'un style ? Pascal a voulu livrer une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moralistes/#i_5989

SAPIENCE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 883 mots

Calque en français médiéval du mot latin sapientia signifiant science, sagesse, sapience désigne le savoir moral et philosophique reposant sur une tradition. Au sens large, on peut comprendre sous ce terme tous les écrits didactiques touchant à la philosophie morale ; mieux vaut se cantonner aux traductions, adaptations, recueils de sentences et compilations diverses par les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sapience/#i_5989

TAUTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 840 mots

Dans le langage ordinaire, énoncer une tautologie, c'est dire la même chose deux fois ; c'est affirmer un truisme, une évidence triviale, voire parler à vide et finalement ne rien dire. S'il n'est pas totalement dépourvu de signification, le discours tautologique est du moins dénué d'intérêt et il ne véhicule aucune information ; comme le jugement analytique décrit par Kant, il ne fait qu'explique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tautologie/#i_5989

THÉOGNIS DE MÉGARE (2e moitié VIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Dominique RICHARD
  •  • 340 mots

La poésie de Théognis de Mégare est une poésie élégiaque : écrites en distiques (petites strophes composées d'un vers long, l'hexamètre, et d'un vers plus court, le pentamètre), les élégies peuvent exprimer les sentiments les plus divers. Ainsi, l'œuvre de Théognis de Mégare, écrite en dialecte ionien, est la plus considérable de la poésie dite gnomique, c'est-à-dire la poésie morale de maximes. C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theognis-de-megare/#i_5989

Pour citer l’article

Jean MARMIER, « MAXIME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maxime/