EUROPEGéographie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Modeste péninsule de l'immense masse continentale eurasiatique, l'Europe n'a pas de limites claires à l'est. Pour les géographes de la Grèce antique et leurs successeurs, elle ne s'étendait pas au-delà du Bosphore et des rives occidentales de la mer Noire et, plus au nord, se perdait dans l'espace flou des steppes et des peuples nomades. Au xviiie siècle, les cartographes en ont reporté les limites aux monts Oural et à la mer Caspienne pour y faire entrer la Russie, devenue puissance européenne par la volonté de Pierre le Grand. L'expansion coloniale russe sur l'Asie centrale et l'Asie septentrionale au xixe siècle n'a pas remis en cause cette délimitation. D'autant moins qu'il a été d'usage, par la suite, de traiter l'immense URSS comme une entité continentale à part entière. L'éclatement de celle-ci en 1991 est venu reposer la question des limites de l'Europe. Doit-on inclure la Russie et l'étirer ainsi de l'océan Atlantique à l'océan Pacifique, de Reykjavik à Vladivostok, comme le font les Nations unies dans le nouveau découpage régional du monde ? ou doit-on l'exclure, compte tenu de l'immensité de sa partie sibérienne ? On a choisi une position respectueuse de l'acception classique (incluant la partie européenne de la Russie) pour les questions générales, mais plus restrictive lorsque les problématiques russes, notamment territoriales, sont très éloignées de celles du reste du continent.

Du point de vue physique, l'Europe est le continent le plus morcelé. Découpé en de nombreuses presqu'îles, troué de mers intérieures, aucun point de son territoire n'est à plus de 1 500 kilomètres d'un rivage marin, même près de ses limites orientales, au cœur de la Russie d'Europe. Une autre forme de ce morcellement apparaît dans la disposition même du relief, étiré en petites chaînes sinueuses et n'offrant jamais une masse de plateaux continus comme dans tous les autres continents. L'Europe est donc un espace naturellement compartimenté et divisé.

On insiste souvent sur la diversité de l'Europe, mosaïque de paysages et de peuples, fragmentée en une quarantaine de pays que l'histoire a souvent opposés, avant d'en rassembler la plupart dans l'Union européenne (UE). Cette diversité n'est pourtant que très relative. Sur aucun autre continent, on ne trouve une telle régularité dans l'occupation humaine, une telle humanisation des territoires, une telle unité de civilisation. La modernisation de l'économie et de la société, imposée par la mondialisation et la domination du modèle américain de développement, s'y déploie sur un tréfonds culturel commun, hérité de la civilisation gréco-romaine, du christianisme et de la philosophie des Lumières, et sur une organisation spatiale profondément marquée par la révolution industrielle. Plus précoce et plus accomplie à l'ouest qu'à l'est du continent, celle-ci a fourni aux puissances européennes les moyens d'un impérialisme colonial à l'échelle de la planète entre le milieu du xixe et le milieu du xxe siècle. Mais leur rivalité a débouché sur deux guerres mondiales, qui ont marqué la fin de la prépondérance de l'Europe et provoqué sa division en deux blocs, politiquement, économiquement et socialement antinomiques : l'un occidental et capitaliste, l'autre oriental et communiste.

Le regain européen est venu de la construction, sur de nouvelles bases politiques, idéologiques et socio-économiques, d'un marché commun à six partenaires (traité de Rome, 1957). L'adhésion de nouveaux États membres et l'élargissement progressif des compétences des institutions communautaires ont ouvert la voie à une certaine unification, concrétisée par la création d'une union à dix puis à quinze. L'effondrement du rideau de fer a permis d'étendre l'Union européenne jusqu'aux frontières de la Biélorussie, de l'Ukraine et de la Moldavie.

Un relief morcelé

L'Europe est intimement pénétrée par les influences maritimes. Non seulement ses lignes côtières océaniques sont très ramifiées et très développées, mais ses mers intérieures sont nombreuses, et surtout la disposition des éléments montagneux qui en constituent l'ossature favorise grandement la propagation des vents d'ouest. Ceux-ci, dominants à ces latitudes dans la circulation générale de l'atmosphère, ne rencontrent aucun obstacle puisque les principales lignes de hauteur sont, ou bien morcelées, ou bien étendues de l'ouest à l'est (cordillères ibériques, Pyrénées, Alpes centrales), et qu'elles laissent entre elles, surtout à l'ouest et au nord, de vastes espaces de plaines en quelque sorte basculés vers la mer.

Un continent morcelé

Vidéo : Un continent morcelé

La disposition des principales montagnes du continent européen chaîne Cantabrique, Pyrénées, Alpes centrales favorise les vents venant de l'Atlantique, qui ne rencontrent aucun obstacle à leur pénétration.Cependant, au nord-ouest, des montagnes anciennes constituées de la chaîne... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Pourtant, localement, les reliefs sont assez marqués pour créer des versants abrités, et la Suède bénéficie de la barrière des Alpes scandinaves, l'Écosse orientale de celle des Highlands, la plaine du Pô ou les bassins danubiens des replis alpins ou carpatiques, la Riviera française d'un triple rempart montagneux.

En apparence, les montagnes européennes sont multiples et assez dispersées. En réalité, elles se rattachent à trois grands systèmes : les boucliers et les plissements géologiquement très anciens au nord-ouest, depuis les îles Britanniques jusqu'à la péninsule finno-scandinave ; les vieilles montagnes au centre, depuis l'ouest de l'Espagne jusqu'à l'extrémité orientale de l'Europe centrale ; les ramifications des plissements au sud et au sud-est. Bien entendu, cette distinction est schématique et l'altitude actuelle de tous ces reliefs est due à des mouvements récents depuis la fin du Secondaire. Mais la nature des roches qui les constituent et la physionomie de leurs paysages ne sont pas les mêmes ; il s'agit de vieux ensembles très anciennement constitués, rabotés et remis en saillie comme le Massif central, ou de jeunes montagnes vigoureusement soulevées à une date plus récente comme les Alpes.

Les montagnes septentrionales

Les montagnes forment l'ossature de la Scandinavie, bordent l'ouest de la Grande-Bretagne, entourent la cuvette centrale de l'Irlande. Elles sont peu élevées ; le point culminant est en [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 25 pages

Médias de l’article

Un continent morcelé

Un continent morcelé
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Îles et lacs à Puumala (Finlande)

Îles et lacs à Puumala (Finlande)
Crédits : Insight Guides

photographie

Mer Caspienne

Mer Caspienne
Crédits : Jacques Descloîtres, Modis Land Rapid Response Team/ GSFC/ NASA

photographie

Les climats en Europe

Les climats en Europe
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 12 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  EUROPE  » est également traité dans :

EUROPE - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Pierre RAT
  •  • 10 015 mots
  •  • 6 médias

L'usage fait de l'Europe un continent ; en réalité, celle-ci constitue une partie de l'Eurasie, avec laquelle elle est en continuité de l'Ancien Monde – puisque l'Afrique n'est pas complètement séparée de l'Eurasie –, et nombre de ses affinités sont avec le Nouveau Monde, par-delà l'Atlantique. Son histoire géologique complexe rend compte de ces ambiguïtés.Malgré ses faibles dimensions – avec une […] Lire la suite

EUROPE - Histoire de l'idée européenne

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste DUROSELLE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 10 491 mots
  •  • 1 média

Le mot « Europe » a fait son apparition, dans un sens géographique, dès le viie siècle avant J.-C. Simple péninsule de l'Asie, ses limites orientales restent arbitraires. On peut même discuter de ses limites occidentales et accepter ou non d'y rattacher certaines îles. Mais ces débats de frontières resteraient académiques si, au cours des siècles, le […] Lire la suite

EUROPE - Diversité religieuse

  • Écrit par 
  • Michel MIAILLE, 
  • Kathy ROUSSELET
  •  • 11 282 mots
  •  • 3 médias

Les polémiques déclenchées par la proposition de faire une mention explicite des « racines chrétiennes » de l'Europe dans le Préambule du projet de Constitution en 2004 et 2005, ou encore certains aspects – réels ou supposés – du débat sur l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne, ont eu le mérite d'attirer […] Lire la suite

NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE

  • Écrit par 
  • Nashidil ROUIAÏ
  •  • 4 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les enjeux de politique intérieure »  : […] Le développement des liaisons ferroviaires et routières entre la Chine et ses voisins permet à Pékin de développer et d’intégrer ses provinces les plus lointaines (Tibet, Yunnan, Xinjiang notamment) pour en faire des plateformes, des points de contact entre la République populaire et le reste du continent eurasiatique. Aux intérêts économiques et stratégiques se greffent dès lors des enjeux de pol […] Lire la suite

TOURISME

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 14 746 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le « Grand Tour », ancêtre le plus direct du tourisme »  : […] Ces approches commettent de spectaculaires anachronismes, car on ne peut comprendre la dynamique touristique comme fait social de très grande ampleur impliquant une majorité d’individus et un grand nombre d’institutions sans partir de la société anglaise qui l’a engendrée et codifiée dans la seconde moitié du xviii e  siècle. Ce lieu et ce moment éclairent la diffusion spatiale et sociale du touri […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, Catherine LEFORT, Pierre-Jean THUMERELLE, « EUROPE - Géographie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-geographie/