ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture)La littérature

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Naissance de l'historiographie américaine

Le mémorial de la plantation dans le désert : 1620-1702

Les magistrats et les pasteurs des « plantations » calvinistes en Nouvelle-Angleterre ne sont pas les premiers à relater le début des colonies anglaises dans le Nouveau Monde. Ce privilège revient au capitaine John Smith (1579-1631), l'aventurier élisabéthain dont le récit de la première expédition en Virginie et de la fondation de Jamestown, A True Relation of... Virginia, publié en 1608 avant d'être repris dans sa General History of Virginia, New England and the Summer Isles (1624), est sans doute la première chronique anglaise écrite sur le sol américain. Mais il s'agit encore d'annales et de descriptions des lieux. La conscience historique s'implante vraiment lorsque, dans les communautés puritaines du Massachusetts, les « ministres de l'évangile » considèrent de leur fonction sacerdotale d'être les « mémorialistes et les chroniqueurs du Seigneur » et, afin de déchiffrer la signification de l'entreprise qui les a conduits à « sortir » de la vieille Angleterre pour s'établir dans les terres sauvages du « désert » américain, l'inscrivent dans le fil de l'histoire ecclésiale et sacrée telle qu'elle se déroule depuis la création du monde. Cette historiographie, qui est tout à la fois chronique de la fondation des colonies et herméneutique des saintes Écritures, a produit au moins deux grands monuments : Of Plymouth Plantation du gouverneur William Bradford et, à la fin du siècle, alors que se clôt la préhistoire puritaine de l'Amérique, la somme que constituent les Magnalia Christi Americana du révérend Cotton Mather (1702).

Cette historiographie se fonde dans ses grandes lignes sur une herméneutique typologique des Écritures. À travers l'histoire humaine se déploie la révélation progressive du grand plan de Dieu. De même que l'Ancien Testament n'est que l'esquisse du Nouveau et le Nouveau un degré de plus dans la révélation de l'Ancien, l'aventure américaine est inscrite et prescrite par les Écritures qui en recèlent l'ombre et le type. En « sortant » de la Babylone qu'est une Angleterre sombrant dans l'idolâtrie papiste et la tyrannie épiscopale, une poignée de rescapés va dans « le désert » établir une Église fidèle aux temps primitifs et, dans cet exode, elle récapitule et reprend les figures de la « sortie » que sont l'exode hors d'Égypte, la sortie hors de Babylone pour reconstruire Jérusalem ou la prédication de Jean-Baptiste frayant dans le désert, hors des murs de la ville, les voies du Seigneur. L'histoire est le « complot de Dieu » et sa geste, et la grande migration des années 1620-1640 s'inscrit dans le schème de l'histoire universelle : pour que la Réforme n'avorte pas, le Seigneur a découvert à point nommé cette quatrième partie du monde, l'Amérique, qu'il avait jusqu'alors tenue cachée et, dans ces terres sauvages, comme la femme habillée de soleil de l'Apocalypse, les puritains se sont enfuis afin de maintenir aux yeux du monde l'exemple de ce que pourrait être une Église réformée.

Fils d'un fermier du Yorkshire, William Bradford (1590-1657) avait lu, dès ses douze ans, la Bible de Genève et fit rapidement partie du groupe de puritains séparatistes qui se rencontraient furtivement dans la maison de William Brewster à Scrooby dans le Nottinghamshire. En 1609, ce groupe de fidèles s'exile aux Pays-Bas, à Amsterdam puis à Leyden, où Bradford exerce le métier de tisserand. Il est à bord de la Mayflower quand, à l'automne 1620, elle lève l'ancre pour l'Amérique. En 1621, William Bradford devient gouverneur de la colonie de Plymouth et, vers 1630 sans doute, il commence à écrire son histoire qui ne sera publiée qu'en 1856 mais qui, auparavant, aura circulé en manuscrit et servi de source première à la plupart des histoires de Nouvelle-Angleterre au xviie et au xviiie. Plus symptomatique de l'exaltation apocalyptique qui saisit certains de ces migrants des premiers jours est l'Histoire d'Edward Johnson (1598-1672) connue sous le titre de Wonder-Working Providence of Sions Saviour in New England (rééd. par E. J. Gallagher, 1974). Charpentier de son état, Johnson de Canterbury émigre à Boston en 1630 et commence en 1650 à écrire son histoire publiée anonymement à Londres en 1654. Elle s'ouvre sur un tableau désolé [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 60 pages

Médias de l’article

William Faulkner

William Faulkner
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Mark Twain

Mark Twain
Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis/ Getty Images

photographie

Jack Kerouac

Jack Kerouac
Crédits : Bettman/ Getty Images

photographie

William Burroughs

William Burroughs
Crédits : Ulf Andersen/ Hulton Getty

photographie

Afficher les 25 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • René RÉMOND
  •  • 1 251 mots

Sans doute en raison de la richesse de son expérience, la société américaine est peut-être de toutes celle qui présente les contrastes les plus prononcés, et dans tous les domaines. Ainsi le régime politique des États-Unis a-t-il été depuis près de deux siècles admiré et imité comme le modèle de la démocratie ; mais il en est peu aujourd'hui dont les adversaires s'évertuent avec autant d'acharneme […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 19 933 mots
  •  • 16 médias

Les États-Unis d'Amérique se classent au troisième rang mondial par leur superficie (9 526 468 km2) depuis qu'ils ont réuni aux quarante-huit États qui les composaient traditionnellement l'Alaska en 1959 et les îles Hawaii en 1960. Leur population, 324 millions […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 202 mots
  •  • 58 médias

L'histoire des États-Unis est celle – assez improbable – de treize colonies anglaises coincées au xviiie siècle entre la côte atlantique et les hauteurs des Appalaches, devenues quelque deux cents ans plus tard la plus grande puissance mondiale.Le continent nord-américain est abordé par les puissances europée […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire des politiques économiques depuis 1945

  • Écrit par 
  • Ruxandra PAVELCHIEVICI
  •  • 8 699 mots

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le prestige économique et démocratique des États-Unis est immense : leur autoperception, comme l’image qu’ils renvoient à l’extérieur, est celle d’un pays garant des libertés fondamentales, dont la liberté économique n’est pas des moindres. L’hégémonie américaine s’est donc construite sur cette base, nourrie, dans les premières décennies de l’après-guerre, […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - La démocratie institutionnelle

  • Écrit par 
  • Serge HURTIG
  • , Universalis
  •  • 10 418 mots
  •  • 7 médias

Grande puissance mondiale, avec une population de 300 millions d'habitants, les États-Unis continuent à être régis par la plus ancienne Constitution écrite actuellement en vigueur, élaborée en 1787-1788 pour un pays de 4 millions d'habitants. Fondé sur les principes du fédéralisme, de la limitation et de la sé […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Le droit

  • Écrit par 
  • André TUNC
  •  • 2 444 mots
  •  • 1 média

Le trait le plus fondamental du droit des États-Unis, c'est qu'il n'existe pas. Il n'est qu'une abstraction. La seule réalité, c'est, d'une part, cinquante droits d'État (un peu plus, en tenant compte du droit de Washington, la capitale fédérale, de celui de Porto Rico, etc.), et d'autre part, le droit fédéral.Si, en e […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Religion

  • Écrit par 
  • Sébastien FATH
  •  • 3 472 mots
  •  • 2 médias

Les États-Unis sont parfois présentés comme « une nation avec l'âme d'une Église » (Chesterton). C'est à voir ! Car ce n'est pas d'une Église qu'il faut parler, mais d'une multiplicité d'Églises, de dénominations, de réseaux et de sectes. Parmi ces dénominations, on peut estimer à une vingtaine celles qu […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 286 mots
  •  • 2 médias

L'« Amérique », avant même de désigner un continent ou une nation, est communément assimilée à un « monde » ou à un « esprit » qui s'incarne dans les États-Unis d'Amérique, sources de réactions diverses et contradictoires, à la mesure de l'étendue d'un territoire, de ses contrastes et des particularités de son histoire. Cette histoire, singulière et brève, inséparable des bouleversements qui l'ont […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 420 mots
  •  • 9 médias

Marqué à la fois par la pérennité des classiques (O'Neill, Miller, Williams, Albee), la domination d'un théâtre des images dans les années 1980 et l'essaimage des mises en scène, le théâtre américain continue de tenir son rang d'avant-garde et de compter dans le monde grâce à ses nouveaux venus, Tony Kushner, Paula Vogel ou Naomi Wallace. Il y a donc de […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 484 mots
  •  • 22 médias

L'histoire de l'art américain est d'abord celle d'un long combat pour échapper à la tutelle de l'Europe et affirmer son autonomie par rapport aux modèles et aux styles que celle-ci véhiculait. La fondation par Alfred Stieglitz, en 1902, du groupe de la Photo Secession, qui donne toute son importance à un médium encore mésestimé, l'exposition de l' […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc CHÉNETIER, Rachel ERTEL, Yves-Charles GRANDJEAT, Jean-Pierre MARTIN, Pierre-Yves PÉTILLON, Bernard POLI, Claudine RAYNAUD, Jacques ROUBAUD, « ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/