ESTOMAC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Appareil digestif

Appareil digestif
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Sécrétion de HCl par la cellule pariétale gastrique

Sécrétion de HCl par la cellule pariétale gastrique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Fonctions sécrétoires de l'estomac

Les cellules sécrétrices de l'estomac forment la dernière couche cellulaire séparant cet organe du milieu extérieur. Cette couche, ou épithélium, constitue, au niveau de l'antre et du fundus, des invaginations tubulaires, plus ou moins ramifiées en doigts de gant, que l'on appelle glandes gastriques (cf. photo). Deux sortes de sécrétions y prennent naissance, l'une dite exocrine en direction de la lumière de l'estomac, l'autre endocrine se déversant dans le sang de la paroi stomacale.

L'estomac exocrine

Le suc gastrique est principalement constitué d'acide chlorhydrique concentré et d'une enzyme, la pepsine. Cette enzyme possède la propriété de couper les enchaînements d'acides aminés formant les protéines (action protéolytique). Les aliments intégrés, déjà dissociés par la mastication et par ailleurs soumis au mouvement de brassage de l'antre gastrique, sont ainsi peu à peu transformés en une bouillie homogène, le chyme. La sécrétion chlorhydropeptique, qui représente environ 1 litre de liquide par jour, est produite dans les glandes gastriques du fundus. Les cellules pariétales localisées à mi-hauteur de ces glandes fabriquent l'acide chlorhydrique. Les cellules principales, localisées plus bas, fabriquent le pepsinogène. Ce proenzyme est dénué d'activité protéolytique, mais il est rapidement transformé en pepsine au contact de l'acide. L'avantage de ce système est d'éviter que les cellules principales ne soient victimes de leur propre sécrétion. Par ailleurs, l'estomac ne se digère pas lui-même, grâce à un tapis de cellules à mucus qui recouvre toute sa surface. Le mucus sécrété par ces cellules constitue en effet un film protecteur empêchant le mélange chlorhydropeptique d'entrer en contact direct avec la paroi gastrique. En outre, la sécrétion de mucus est accompagnée d'une sécrétion de bicarbonates, qui neutralise localement l'acidité. L'ensemble de ces deux moyens d'autodéfense constitue la barrière muqueuse.

L'arrivée des aliments dans la bouche stimule la sécrétion du suc gastrique [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

  • : directeur de l'unité 10 de l'I.N.S.E.R.M., hôpital Bichat

Classification


Autres références

«  ESTOMAC  » est également traité dans :

ABDOMEN

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 6 342 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le contenu de l'abdomen »  : […] La cavité abdominale est recouverte d'une séreuse, le péritoine, qui tapisse le diaphragme, la face profonde des muscles larges, plus précisément le transverse de l'abdomen et la fosse iliaque, matelassée par le muscle psoas-iliaque. Le versant postérieur de la cavité (fig. 4) n'est pas péritonisé . Il comprend trois régions, l'une médiane, vertébrale, et deux régions latéral […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abdomen/#i_8004

ALIMENTATION (Aliments) - Prise alimentaire

  • Écrit par 
  • Jacques LE MAGNEN, 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 4 268 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le rôle du tractus digestif  »  : […] Le tractus digestif (bouche, estomac, intestin grêle) adresse des signaux mécaniques et des messages hormonaux aux structures de contrôle de la prise alimentaire. Les informations sensorielles olfactives et gustatives interviennent dans son contrôle quantitatif. Les variations de la pression intragastrique sont des stimuli transmis par le nerf vague et son augmentation participe au mécanisme de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alimentation-aliments-prise-alimentaire/#i_8004

CANNON WALTER BRADFORD (1871-1945)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 491 mots

L'un des plus grands physiologistes américains, dont le nom reste surtout attaché à la théorie de l'homéostasie. Né dans le Wisconsin à Prairie-du-Chien, Cannon entre à Harvard en 1896. Docteur en médecine en 1900, il reste dans cette université où se déroulera sa carrière ; professeur de physiologie de 1906 à 1942, il séjourne à Paris de 1929 à 1930. Encore étudiant en médecine, il est vivement i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-bradford-cannon/#i_8004

DIGESTIF APPAREIL

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques BERNIER, 
  • Jean-Louis FRESLON, 
  • Claude GILLOT
  • , Universalis
  •  • 15 446 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Cas des boissons »  : […] Lorsqu'on boit entre les repas, l'estomac étant supposé vide, que se passe-t-il ? D'abord, le liquide est évacué par l'estomac, plus ou moins vite selon la nature de la boisson : un verre d'eau en moins d'une demi-heure ; le café naturel ou décaféiné, le thé, un soda, la bière en moins d'une heure ; le lait et les bouillons de viande en une heure et demie et les boissons très sucrées en près de d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/appareil-digestif/#i_8004

ENTÉROGASTRONES

  • Écrit par 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 403 mots

Hormones peptidiques gastro-intestinales, les entérogastrones sont produites par certains constituants du système APUD, et apparentées à la sécrétine et au glucagon. Sécrété dans le duodénum et le jéjunum par les cellules K, le GIP ( gastric inhibitory peptide ) appartient à la famille de la sécrétine. Synthétisé, il peut être dosé par méthode radio-immunologique. Sa sécrétio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enterogastrones/#i_8004

GASTRINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 768 mots

Hormone digestive la mieux connue, découverte en 1964 par R. A. Gregory, la gastrine est sécrétée par les cellules G . Authentifiées par leurs caractères ultrastructuraux, celles-ci prédominent dans l'antre gastrique, mais sont également présentes dans le duodénum, les premières anses intestinales et le pancréas. La gastrine est un peptide composé de trente-quatre acides amin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gastrine/#i_8004

GHRÉLINE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHARVET
  •  • 502 mots

La ghréline est une hormone naturelle isolée de l'estomac de certains mammifères, dont l'homme, par l'équipe japonaise de Kosima ( Nature , n o  402, pp. 656-660, 1999). Lorsqu'on l'injecte par voie intraveineuse ou dans le ventricule cérébral, ce peptide relâche l'hormone de croissance, growth hormone, ou GH (d'où le GH de ghréline). La ghréline a a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ghreline/#i_8004

HÉMATÉMÈSE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 217 mots

Vomissement de sang provenant du tube digestif, le plus souvent de l'estomac ou du bulbe duodénal. Son abondance peut mettre immédiatement la vie en danger et sa survenue nécessite toujours l'admission en milieu hospitalier où seront résolus au mieux les problèmes essentiels, tels que la recherche de l'origine exacte de l'hémorragie, la vérification de son origine digestive, l'appréciation de son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hematemese/#i_8004

HISTAMINE

  • Écrit par 
  • Serge BONFILS, 
  • Bernard HALPERN
  •  • 3 686 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Applications thérapeutiques »  : […] L'effet des anti-H 2 est indubitable (et meilleur que celui de tout autre agent thérapeutique) sur la poussée d'ulcère gastrique ou duodénal. Le rapport pharmacologique d'efficacité (1 à 4) entre cimétidine et ranitidine se retrouve sur les doses thérapeutiques. Ces doses utilisées pendant quatre à six semaines vont guérir l'ulcère dans 90 p. 100 des cas, mais, faute d'un traitement prolongé à pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histamine/#i_8004

HYPOCHLORHYDRIE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 117 mots

Diminution du débit acide stomacal qui est notamment observée dans les ulcères gastriques et la plupart des gastrites. L'hypochlorhydrie est due soit à une diminution du nombre des cellules sécrétrices d'acide chlorhydrique dans les glandes de la muqueuse de l'estomac (cellules dites bordantes), soit à un défaut de stimulation de cette sécrétion, soit à l'alcalinisation du liquide gastrique. L'exp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypochlorhydrie/#i_8004

NUCLÉAIRE MÉDECINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BARAT, 
  • Dominique DUCASSOU, 
  • Nathalie VALLI
  •  • 5 878 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Tube digestif »  : […] La sensibilité de détection et la possibilité d'observation sur de longues durées confèrent à la scintigraphie des avantages certains dans l'étude des anomalies de la motricité œsophagienne et gastrique. Le traceur est administré par voie orale sous forme de sulfocolloïdes marqués au technétium 99m. Une prise de vues séquentielles numérisées permet de suivre et de quantifier le transit œsophagi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-nucleaire/#i_8004

RUMINANTS

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE
  •  • 2 936 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Caractères généraux »  : […] Le tégument des Ruminants est remarquable par sa richesse en glandes variées et par les phanères très particulières que sont les bois et les cornes. Les glandes de la peau sont situées diversement. Le larmier, ou glande préorbitaire, est peut-être la plus répandue. Une fosse, creusée en grande partie dans l'os lacrymal, offre souvent un logement à cette structure volumineuse. Aux extrémités des m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruminants/#i_8004

ZOLLINGER-ELLISON SYNDROME DE

  • Écrit par 
  • Thomas LAVERGNE
  •  • 948 mots

Le syndrome de Zollinger-Ellison est une affection endocrinienne caractérisée par une hyperproduction de gastrine du fait d'une tumeur (plus souvent maligne que bénigne) ou d'une hyperplasie endocrine siégeant le plus souvent au niveau du pancréas. Elle se trouve parfois intégrée dans le cadre d'une polyadénomatose où sont associés un hyperparathyroïdisme et un hypercorticisme. Rappelons que la ga […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syndrome-de-zollinger-ellison/#i_8004

Voir aussi

Pour citer l’article

Miguel LEWIN, « ESTOMAC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/estomac/