CANNON WALTER BRADFORD (1871-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des plus grands physiologistes américains, dont le nom reste surtout attaché à la théorie de l'homéostasie. Né dans le Wisconsin à Prairie-du-Chien, Cannon entre à Harvard en 1896. Docteur en médecine en 1900, il reste dans cette université où se déroulera sa carrière ; professeur de physiologie de 1906 à 1942, il séjourne à Paris de 1929 à 1930.

Encore étudiant en médecine, il est vivement intéressé par la découverte des rayons X faite par Roentgen vers 1895. Il en devine le premier l'immense portée en physiologie et l'applique en 1897 à ses propres recherches sur le mécanisme de la digestion chez l'animal : pour améliorer la qualité de l'image obtenue, il fait ingurgiter à des chats une bouillie au bismuth. Cette technique permettra ensuite de déceler les anomalies de l'estomac, les tumeurs, etc.

Il observe les contractions en vagues de l'estomac pendant la digestion et remarque les modifications, allant parfois jusqu'à la disparition, des mouvements de cet organe ou de l'intestin lorsque l'animal est en proie à la crainte ou à la frayeur ; bientôt, il montre que celles-ci provoquent également d'autres dérèglements : accélération du rythme cardiaque, augmentation de la sécrétion gastrique. Dès lors, Cannon va consacrer sa vie et ses recherches à éclairer les liens entre psychisme et fonctions.

Montrant, dans Bodily Changes in Pain, Hunger, Fear and Rage (1915), que les modifications du corps sous l'effet de la douleur, de la faim, de la peur ou de la colère sont comparables à une réaction de fuite, il énonce la théorie de l'homéostasie, selon laquelle les mécanismes fonctionnels maintiennent entre eux un état d'équilibre, en particulier au niveau des éléments du « milieu intérieur » de Claude Bernard, et tendent à en rétablir l'harmonie lorsque celle-ci a été rompue. Il prouve par une série d'expériences sur l'animal que, lorsque le système nerveux est exci [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CANNON WALTER BRADFORD (1871-1945)  » est également traité dans :

CHOC ÉTAT DE

  • Écrit par 
  • Geneviève LABORIT, 
  • Henri LABORIT, 
  • Jean PAUPE
  • , Universalis
  •  • 3 531 mots

La résistance de l'homme aux conditions hostiles a toujours suscité l'étonnement, la curiosité et l'admiration. Il revient au physiologiste américain W. B.  Cannon (1871-1945) d'avoir montré que cette résistance se fonde sur des mécanismes régulateurs neuroendocriniens complexes et délicats, ayant pour effet de préserver la stabilité de ce que Claude Bernard a appelé le milieu intérieur. Pour Cann […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat-de-choc/#i_17904

HOMÉOSTASIE

  • Écrit par 
  • Jack BAILLET
  •  • 4 838 mots
  •  • 2 médias

Claude Bernard, en 1865, dans son Introduction à l'étude de la médecine expérimentale, crée le concept : « Tous les mécanismes vitaux, quelque variés qu'ils soient, n'ont toujours qu'un but, celui de maintenir l'unité des conditions de la vie dans le milieu intérieur. » Mais le mot « homéostasie » a été forgé par W. B. Cannon à partir de deux mots grecs : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homeostasie/#i_17904

HOMÉOSTASIE : LA CLÉ DE L'ASSISTANCE FONCTIONNELLE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 186 mots
  •  • 1 média

Dès ses premières recherches en physiologie animale et humaine, le médecin américain Walter Bradford Cannon (1871-1945) s'est efforcé d'analyser le fonctionnement des systèmes qui constituent un organisme vivant. Utilisant dès 1897 la radioscopie pour l'étude de la fonction digestive, il réussit non seulement à en analyser le déroulement mais aussi certaines de ses interférences avec d'autres fonc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homeostasie-la-cle-de-l-assistance-fonctionnelle/#i_17904

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurobiologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc GOAILLARD, 
  • Michel HAMON, 
  • André NIEOULLON, 
  • Henri SCHMITT
  •  • 13 735 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] L' action des médicaments sur les jonctions nerveuses constitue l'un des chapitres fondamentaux de la neuropharmacologie, depuis que les pharmacologues ont mis en évidence, entre 1900 et 1940, le mode de transmission neurohumorale de l'influx nerveux, qui s'est substitué à celui d'une transmission électrique. Suivant cette théorie, le passage de l'influx nerveux d'un nerf à un muscle, ou d'un axon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-neurobiologie/#i_17904

NEUROVÉGÉTATIF SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Paul DELL
  •  • 15 353 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] La suggestion d'une transmission de nature chimique au niveau des synapses nerveuses a été émise la première fois par Elliot en 1905. Une démonstration expérimentale de cette hypothèse a été donnée par les expériences de O. Loewi (1921) et par W. B. Cannon et Uridil (1921). Loewi utilisait un dispositif, schématisé sur la figure , qui lui permettait de perfuser un premier cœur d'amphibien isol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-neurovegetatif/#i_17904

STRESS

  • Écrit par 
  • Robert DANTZER
  •  • 3 241 mots

Dans le chapitre « L'origine de la notion de stress »  : […] La constance du milieu intérieur, cette propriété remarquable de certains animaux, ceux que l'on dit à sang chaud, est la condition d'une « vie libre et indépendante », pour reprendre la célèbre expression de Claude Bernard. C'est toute la différence qu'il y a entre un homéotherme, le chien par exemple, qui continue à vaquer à ses occupations qu'il gèle ou qu'il fasse chaud, et un poïkilotherme, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stress/#i_17904

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « CANNON WALTER BRADFORD - (1871-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-bradford-cannon/