Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HYDROMINÉRAL ÉQUILIBRE

Contrôle du métabolisme hydro-électrolytique

Transport des ions

Les membranes cellulaires font plus ou moins obstacle à l'entrée ou à la sortie d'un ou de plusieurs ions. Le passage au travers d'une membrane vivante relève d'un transport passif lorsqu'il est la conséquence directe des effets de forces physiques s'exerçant sur les ions considérés ; ces forces physiques peuvent résulter : d'un mouvement d'eau, qui entraîne les substances dissoutes, d'une différence de concentration ou d'une différence de potentiel électrique de part et d'autre de la membrane. Le transport passif suit la pente du gradient, l'ion se déplaçant du secteur où la force est intense vers celui où elle est la plus faible. Le transport est actif (H. H. Ussing, T. Teorell), lorsqu'il est démontré que ces forces physiques ne sont pas en cause ; l'ion ou la substance considérée se déplace alors contre la pente du gradient (on dit aussi : transport ascendant). Un tel transport n'est possible que s'il y a apport d'énergie (celle-ci pouvant être stockée dans la cellule).

L'inégale distribution des ions Na+ et K+ dans les milieux intra- et extracellulaires résulte le plus souvent du transport actif de Na+, le transport de K+ étant alors passif. En effet, une certaine quantité de Na+ et de K+ pénètre dans les cellules, mais celles-ci rejettent une partie de Na+, ce qui explique la faible concentration en Na+ du milieu cellulaire. R. B. Dean (1941) et A. Kroch (1946) ont désigné pour faire image sous le nom de «   pompe » à sodium les processus d'expulsion active de Na+ hors de la cellule.

Problème de la compensation des pertes par les apports en eau et en sels minéraux

Apports alimentaires et pertes en eau et en sel - crédits : Encyclopædia Universalis France

Apports alimentaires et pertes en eau et en sel

On peut admettre que la compensation des pertes se fait chez tous les êtres vivants. Chez l'Homme, que l'on prendra comme type de description, il existe, chaque jour, une perte obligatoire d'eau et de sels minéraux (K+ en particulier), qui persiste même lorsque l'organisme est totalement privé d'apports ; et une perte facultative. On admet que l'Homme adulte sain a besoin, en moyenne par 24 heures, d'environ 2,7 l d'eau, de 50 à 125 milli-équivalents de K+, de 50 à 150 mEq de Na+, de 50 à 150 mEq de Cl-. L' absorption se fait surtout par voie digestive, principalement au niveau de l'intestin grêle. Cette absorption est qualifiée de rapide, efficace et intense. L'élimination se réalise essentiellement par voie rénale et, accessoirement, par voie extra-rénale (fèces, sueur, etc.).

Chez les poissons, l'excrétion de Na+ est plus importante au niveau des branchies qu'au niveau du rein ; chez les tortues, les mouettes et les pingouins, il existe des glandes nasales capables d'assurer une élimination extra-rénale de chlorure de sodium très efficace, si bien que ces animaux peuvent absorber de l'eau de mer sans effet toxique.

Contrôle neuro-hormonal des échanges hydro-électrolytiques

Contrôle hormonal des différents échanges du néphron - crédits : Encyclopædia Universalis France

Contrôle hormonal des différents échanges du néphron

Les hormones de la glande cortico-surrénale, en particulier l' aldostérone, le cortisol et la cortisone ont la propriété de favoriser la rétention de Na+ par l'organisme et l'élimination de K+. Elles agissent sur le néphron (unité fonctionnelle du rein, ), mais aussi sur l'absorption digestive et la répartition cellulaire de K+, de Na+ et de Ca++.

La régulation de l'aldostérone est soumise à diverses influences. Parmi celles-ci, les variations de la natrémie jouent un rôle important ; en effet, la déplétion plasmatique détermine, même en l'absence d'hypophyse, une augmentation de la production d'aldostérone et une intensification de la réabsorption tubulaire rénale du sodium ; une surcharge sodique inhibe au contraire la sécrétion d'aldostérone et réduit la réabsorption rénale du sodium. On admet que ces stimulations ou[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès sciences, docteur en médecine, ancien directeur de recherche au C.N.R.S., directeur de recherche de l'unité de chronobiologie de la fondation A. de Rothschild

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Concentrations moyennes de l'eau de mer - crédits : Encyclopædia Universalis France

Concentrations moyennes de l'eau de mer

Concentrations moyennes de tissus végétaux et d'animaux - crédits : Encyclopædia Universalis France

Concentrations moyennes de tissus végétaux et d'animaux

Eau, calcium et potassium dans l'organisme - crédits : Encyclopædia Universalis France

Eau, calcium et potassium dans l'organisme

Autres références

  • ABSORPTION VÉGÉTALE

    • Écrit par René HELLER, Jean-Pierre RONA
    • 4 440 mots
    • 6 médias

    Les plantes, pour la plupart, tirent du sol l'eau et les sels minéraux qui leur sont nécessaires. Les racines – qui forment l'appareil radiculaire – et les poils absorbants localisés sur les plus jeunes d'entre elles, jouent pour cela un rôle essentiel. En effet, elles absorbent les éléments...

  • ALDOSTÉRONE

    • Écrit par Pierre KAMOUN
    • 1 641 mots
    L' aldostérone, principal stéroïde à action minéralo-corticoïde, maintient à concentration quasi constante (homéostasie) le sodium et le potassium dans l'organisme. La rétention sodée et l'excrétion de K+ provoquées par l'hormone ne sont pas obligatoirement couplées ; un phénomène...
  • AZOTÉMIE

    • Écrit par Geneviève DI COSTANZO
    • 424 mots

    L'élévation dans le sang du taux de l'urée et des autres produits d'excrétion azotée est communément décrite en clinique sous le nom d'azotémie ou d'urémie. Elle représente le stade terminal de l'insuffisance rénale progressive et résulte de l'impossibilité d'excréter les...

  • DÉSERTS

    • Écrit par Roger COQUE, François DURAND-DASTÈS, Huguette GENEST, Francis PETTER
    • 20 885 mots
    • 16 médias
    ...grande sécheresse des zones arides est due non seulement à la rareté des précipitations, mais aussi à une forte évaporation, ayant pour conséquence une diminution de la quantité d'eau dans les tissus vivants. Si tout animal peut survivre un certain temps au manque de nourriture solide, la privation...
  • Afficher les 29 références

Voir aussi