NATRÉMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Concentration du cation sodium (Na+) dans le plasma exprimée en milliéquivalent par litre (mEq/l), la natrémie est mesurée par photométrie de flamme avec une grande précision et rapidité grâce à des mesures automatisées.

La natrémie moyenne chez un sujet sain en état d'équilibre hydroélectrolytique est de 140 ± 2 mEq/l. La concentration du sodium dans les liquides interstitiels, du fait de l'équilibre de Donnan dû aux protéines plasmatiques non diffusibles, est de 143 mEq/l.

Le sodium représentant 95 p. 100 des électrolytes du secteur extracellulaire, la mesure de la natrémie permet une approche assez précise de la concentration des électrolytes extracellulaires. La natrémie est corrélée avec l'eau totale de l'organisme (tH2O), le stock du sodium extracellulaire (Na+e ) et le stock de potassium intracellulaire (K+i ).

En clinique humaine, du fait des variations concomitantes habituelles des différents facteurs, on ne peut pas déduire directement de la natrémie ni le stock sodé de l'organisme, ni l'état des volumes extracellulaires . Ces données peuvent être approchées par l'examen clinique, mais leur appréciation exacte nécessite l'emploi de techniques lourdes et non utilisables en routine, comme des mesures de dilution isotopique.

En revanche, la natrémie, par l'effet de l'équilibre osmotique entre les secteurs extra- et intracellulaires, va permettre d'apprécier le degré d'hydratation relative du secteur intracellulaire. Une hypernatrémie traduira une déshydratation de celui-ci, une hyponatrémie, une inflation hydrique intracellulaire.

L'hypernatrémie, qui s'accompagne toujours d'une hyperosmolarité globale plasmatique, devient cliniquement menaçante au-dessus de 150 mEq/l. Elle est habituellement secondaire à des pertes liquidiennes hypotoniques de cause multiple (fièvre, coup de chaleur, brûlure, pertes rénales...), chez des sujets incapables de les compenser par des apports oraux suffisants. L'hypernatrémie induite par un excès d'apport de sodium est exceptionnelle.

L'hyponatrémie, traduite toujours par des troubles psychiques et neurologiques pour des valeurs infé [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  NATRÉMIE  » est également traité dans :

DÉSHYDRATATION, médecine

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 398 mots

On distingue trois grands types de déshydratation. La déshydratation globale , où la perte en eau et en sodium est proportionnelle, provoquée souvent par des pertes d'origine digestive : diarrhées, vomissements, fistules. Dans ce type de déshydratation, la natrémie est souvent peu modifiée. La déshydratation extracellulaire , où la perte en sodium a ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deshydratation-medecine/#i_80541

HYDROMINÉRAL ÉQUILIBRE

  • Écrit par 
  • Alain REINBERG
  •  • 2 929 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Contrôle neuro-hormonal des échanges hydro-électrolytiques »  : […] Les hormones de la glande cortico-surrénale, en particulier l' aldostérone , le cortisol et la cortisone ont la propriété de favoriser la rétention de Na + par l'organisme et l'élimination de K + . Elles agissent sur le néphron (unité fonctionnelle du rein, ), mais aussi sur l'abs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibre-hydromineral/#i_80541

SURRÉNALES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Paul DI COSTANZO
  •  • 9 153 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Action de l'aldostérone sur le métabolisme hydrominéral »  : […] L 'aldostérone, administrée à forte dose, provoque chez les sujets normaux une rétention de sodium, une légère hypernatrémie, une prise de poids, une augmentation du volume du sang et une fuite urinaire du potassium. Cependant, au bout de quelques jours, la diurèse sodée et hydrique s'équilibre avec les apports, alors que la fuite du potassium se poursuit. L'action de l'aldostérone s'exerce au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrenales/#i_80541

Pour citer l’article

François BOURNÉRIAS, « NATRÉMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/natremie/