ÉQUILIBRATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Contrôle postural

Contrôle postural
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Organe vestibulaire

Organe vestibulaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Rôle de l'organe vestibulaire et de la vision dans l'équilibration

L'organe vestibulaire

Tous les animaux supérieurs – poissons, reptiles, oiseaux, mammifères – disposent d'une paire d'organes vestibulaires, ou labyrinthe. De cet organe dépendent la fonction d'équilibration telle que nous l'avons précédemment définie et la fonction d'orientation.

Situés dans l'oreille interne, les organes vestibulaires forment un entrelacs de canaux et de sacs remplis de liquide endolymphatique. Les trois canaux semi-circulaires sont situés dans des plans sensiblement orthogonaux. Chaque canal possède un renflement (ampoule) à l'intérieur duquel une membrane, la cupule, oblitère la lumière du canal. Lors d'une rotation de la tête, le mouvement relatif du liquide endolymphatique induit un déplacement de la cupule mesuré par les cellules sensorielles de l'endothélium ampullaire. Les dimensions des canaux et la viscosité du liquide sont telles que l'information neurosensorielle primaire ainsi produite est proportionnelle à la vitesse angulaire de la tête dans le plan du canal considéré.

Organe vestibulaire

Organe vestibulaire

Dessin

L'organe vestibulaire. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Deux structures, l'utricule et le saccule, contiennent des cristaux de calcite insérés dans une membrane gélatineuse : les otolithes. Ces cristaux, soumis à une accélération linéaire due à la pesanteur ou à un mouvement de la tête, entraînent un déplacement relatif en cisaillement de la membrane, déplacement mesuré par les cellules ciliées de la maculae. Chaque cellule possède une réactivité directionnelle privilégiée, ou vecteur de polarisation. L'ensemble des cellules sensorielles de l'utricule et du saccule permet de connaître l'accélération et la variation d'accélération ou « jerk » selon toutes les directions de l'espace.

L'organe vestibulaire constitue un capteur gravito-inertiel complet qui est sensible d'une part aux mouvements angulaires autour de trois axes, d'autre part aux mouvements linéaires, et enfin à l'inclinaison de la tête relativement à la direction de la gravité. La [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉQUILIBRATION  » est également traité dans :

ASTASIE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 67 mots

Ce symptôme qui réalise une véritable « apraxie de la marche » se rencontre dans les lésions bilatérales du cortex frontal ou des noyaux lenticulaires. L'astasie-abasie est l'impossibilité de maintenir la station debout et de marcher, en l'absence de paralysie et sans qu'existent des troubles du tonus et de la sensibilité profonde ou des troubles cérébelleux. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astasie/#i_26419

ATAXIE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 132 mots

Perturbation de la motricité (volontaire et involontaire) qui fait suite à une altération de la sensibilité profonde. La possibilité de mouvements normaux sous le contrôle de la vue contraste dans l'ataxie avec les troubles qui se produisent dès l'occlusion des yeux. Lorsque ses yeux sont fermés, le sujet atteint fait preuve d'une grande instabilité segmentaire et d'une quasi-incapacité de mainten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ataxie/#i_26419

BÁRÁNY ROBERT (1876-1936)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 202 mots

Neurologiste autrichien, né à Vienne, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1914 pour ses travaux sur la physiologie et les pathologies de l'oreille interne. Après de brillantes études de médecine à l'université de Vienne (1900), Bárány se spécialise en neurologie en Allemagne (Francfort, Fribourg) et, de retour à Vienne, accepte un poste de démonstrateur dans une clinique spécialisée dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-barany/#i_26419

CERVELET

  • Écrit par 
  • Jean MASSION
  •  • 7 741 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le syndrome cérébelleux »  : […] Les symptômes qui accompagnent l'atteinte du cervelet chez l'Homme ont été mis en évidence dès la fin du xix e  siècle. Les travaux de J. Babinski, G. Holmes et A. Thomas ont contribué plus que tous autres à en définir les signes. L'atteinte du cervelet se manifeste par des troubles de l'équilibre, du tonus et des mouvements qui se traduisent pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cervelet/#i_26419

LITTLE MALADIE DE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ABOULKER
  •  • 314 mots

Paraplégie spasmodique progressive, consécutive à un traumatisme obstétrical, la maladie (ou syndrome) de Little est presque exclusivement observée chez d'anciens prématurés. La lésion anatomique déterminante consiste en une sclérose cicatricielle bilatérale de la substance blanche périventriculaire. Le syndrome associe une paraplégie spasmodique et une débilité mentale de degré très variable (et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladie-de-little/#i_26419

MOTRICITÉ

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER
  •  • 3 898 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Réactions de posture, d'équilibration et de redressement »  : […] Base de la motricité, les réflexes spinaux n'expliquent pas par eux-mêmes l'ensemble de ses aspects : l'animal spinal ne tient pas debout (le réflexe myotatique, s'il contribue au tonus postural, n'est pas capable de l'entretenir à son niveau normal) ; cet animal ne se redresse pas quand il est en position anormale ; et enfin, il n'esquisse que des mouvements de marche très imparfaits. Au contrair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/motricite/#i_26419

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 238 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La statique »  : […] La statique est assurée par le système vestibulaire, par la région vermienne du cervelet et par les circuits de la sensibilité profonde. – Le système vestibulaire est organisé de telle façon qu'il est capable de détecter à tout moment la position de la tête dans l'espace et ses déplacements par rapport à une position référentielle. Ces informations sont essentiellement captée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurologie/#i_26419

OREILLE HUMAINE

  • Écrit par 
  • Marcel AUBRY, 
  • Bernard MEYER, 
  • Michel NEVEU
  •  • 5 973 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le vertige »  : […] Le vertige est une sensation erronée de déplacement des objets. On ne doit pas le confondre avec le vertige des hauteurs, qui est une phobie psychique, ou avec un déséquilibre isolé. Généralement, le vertige donne une sensation de rotation des objets dans un des plans de l'espace. Cependant, il peut procurer une sensation de déplacement longitudinal ou, parfois, de simples oscillations. Nausées e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oreille-humaine/#i_26419

POISSONS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 10 059 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Les nageoires et la locomotion »  : […] Les nageoires paires (pectorales et pelviennes) présentent dans les différents groupes de Poissons des structures squelettiques très variées, étudiées par ailleurs. Quelques tentatives ont été faites pour rechercher un type primitif de nageoires et pour tracer les lignes évolutives de ces organes. Les nageoires impaires ont, elles aussi, une organisation squelettique assez variable. La nageoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poissons/#i_26419

ROMBERG SIGNE DE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves MÉAR
  •  • 620 mots

Ce signe neurologique témoigne de l'aggravation d'un trouble de l'équilibre par la perte du contrôle visuel. Il se recherche chez le sujet en orthostatisme, pieds joints, les yeux fermés ou, mieux, bandés : apparaissent alors de grandes oscillations qui peuvent entraîner la chute du malade. Si des troubles de l'équilibre peuvent se voir dans de nombreuses circonstances pathologiques, le signe de R […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/signe-de-romberg/#i_26419

VERTICAL & HORIZONTAL

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 299 mots

La croisée d'un axe vertical et d'un axe horizontal constitue l'épure symbolique de l'expérience humaine. La croix est l'archétype du partage. Aussi la retrouve-t-on investie dans les valeurs de justice, de connaissance et d'éthique. C'est elle qui articule les schèmes cognitifs ou symboliques de partition, répartition, position, opposition. Elle détermine un partage ontologique de l'être entre l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertical-et-horizontal/#i_26419

VERTIGE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 237 mots

Le vertige vrai traduit un trouble fonctionnel ou organique des systèmes de régulation de l'équilibre pendant lequel le malade a, typiquement, la sensation de voir son environnement tourner autour de lui. L'épisode, habituellement bref, s'accompagne volontiers de nausées, de vomissements et de troubles de la station debout pouvant entraîner la chute. Un interrogatoire précis et diverses manœuvres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertige/#i_26419

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis LESTIENNE, « ÉQUILIBRATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibration/