Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DROIT Sociologie

Une sociologie consacrée à l'étude du droit est-elle concevable ? Il est certes possible d'envisager que, de façon analogue à d'autres sociologies spécialisées, la sociologie du droit puisse logiquement être consacrée à l'étude des phénomènes juridiques dans leurs rapports avec le fonctionnement social. Mais le droit n'est-il pas lui-même une science du social, une science qui épuise le sens du social en tentant de l'ordonner ? Toute l'histoire de la sociologie du droit est en fait marquée par cette incertitude originelle. Celle-ci favorise trois positions. La première est un rejet total de la sociologie, cela au nom d'un positivisme juridique absolu qui assume l'ignorance de la dimension sociale du droit et ouvre la voie à une théorisation où le fonctionnement de la sphère juridique est appréhendé comme un système dont la signification ne peut être saisie que suivant sa dynamique interne. Dans la deuxième position, la sociologie est conçue comme une discipline strictement au service du droit, de sa connaissance mais surtout de sa pratique. Ces deux premières positions se comprennent mieux si on les rapporte à ce constat avancé par l'anthropologue Louis Assier-Andrieu. Pour lui, le droit est « une pratique qui en même temps est un système de sens qui revendique, jusque dans ses sciences auxiliaires, la capacité de servir sur lui-même ses propres vérités ». La troisième position est représentée par la perspective proprement sociologique accordant une valeur particulière au droit, non pas principalement pour lui-même, mais pour ce qu'il est susceptible de révéler des transformations générales de la société.

L'évidence de la force du social dans toute l'activité juridique impose pourtant en la matière l'exigence de la sociologie et des sciences sociales. Il revient ainsi au juriste autrichien Eugen Ehrlich, dans Grundlegung der Soziologie des Rechts, d'inventer en 1913 une « sociologie juridique » fondée sur cette considération suivant laquelle « le centre de gravité du développement du droit à notre époque comme à toutes les époques ne réside ni dans la législation ni dans la science juridique ou la jurisprudence, mais dans la société elle-même ».

La connaissance sociologique du juridique s'affirme donc comme l'étude des interactions entre l'activité juridique et les différentes formes de la vie sociale, économique et politique qu'elle influe, éventuellement détermine, et comme l'observation des effets en retour de ces dernières sur les orientations du droit. Le positionnement de la sociologie du droit est d'autant plus incertain que pèse sur lui l'influence de plusieurs éléments. Premièrement, il existe une différence d'objectifs de connaissance entre la sociologie et le droit. Deuxièmement, on observe une différence de visions du monde entre une culture juridique qui tend à privilégier l'idée de permanence et de préservation ou de restauration de l'ordre et une vocation sociologique attachée à souligner ce qui change dans la société et à dévoiler plus volontiers les conflits qui l'animent. Troisièmement, une différence de vision politique se manifeste sur le statut du droit, entre la représentation d'un droit associé d'abord à la société dans ses multiples expressions, un droit immergé dans le social comme le considérait le sociologue français Georges Gurvitch, et un droit étroitement rapporté à l'État. Quatrièmement, une diversité de contextes historiques s'impose ; ceux-ci sont marqués par des changements susceptibles de modifier sensiblement les rapports entre droit et société, et de constituer, par conséquent, une situation plus ou moins propice au recours à la sociologie du droit (voir l'exemple de l'histoire de la sociologie du droit américaine ponctuée de périodes fastes[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités à l'École normale supérieure de Cachan

Classification

Pour citer cet article

Jacques COMMAILLE. DROIT - Sociologie [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Montesquieu - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Montesquieu

Karl Marx - crédits : Henry Guttmann/ Getty Images

Karl Marx

Émile Durkheim - crédits : Bettman/ Getty Images

Émile Durkheim

Autres références

  • DROIT ET CITOYENNETÉ AU DÉBUT DU XXIe SIÈCLE

    • Écrit par
    • 2 552 mots
    • 1 média

    La relation de l'individu au droit est traditionnellement appréhendée par le biais de la distinction entre droit objectif (la règle qui s'impose à tous les individus, objets de droit) et droit subjectif (l'individu en tant que titulaire de droits, qu'il peut exercer). Mais la façon dont l'individu...

  • ACTE JURIDIQUE

    • Écrit par
    • 2 066 mots

    Sous l'appellation « acte juridique », les juristes comprennent, le plus souvent, diverses institutions qui régissent les particuliers dans leurs rapports privés : mariage et vente, testament et constitution d'hypothèque, bail et reconnaissance d'enfant naturel. On peut avoir une idée assez...

  • ADMINISTRATION - Le droit administratif

    • Écrit par
    • 11 861 mots
    • 1 média

    Il est tentant de donner du droit administratif, en partant d'une observation évidente, une définition concrète à laquelle sa simplicité même conférerait une quasi-universalité. Tous les États modernes ont des organes administratifs, dont les statuts et les compétences sont nécessairement fixés par...

  • ALIMENTATION (Aliments) - Législation

    • Écrit par
    • 3 141 mots

    Le commerce des denrées alimentaires, comme tous les commerces de produits de grande consommation, pourrait relever simplement d'un contrat entre le client et son fournisseur. La denrée alimentaire serait dès lors définie dans le cadre d'un contrat ou d'une offre commerciale à travers des spécifications...

  • ALTHUSIUS JOHANN ALTHAUS dit JOHANNES (1557-1638)

    • Écrit par
    • 1 158 mots

    Né à une époque où l'Allemagne, notamment la Westphalie où il naquit, était une succession de petits fiefs animés surtout par les communautés calvinistes, Althusius appliqua sa pensée et son activité à ce contexte, aussi original que sa conception de la souveraineté devait l'être...

  • Afficher les 88 références