GURVITCH GEORGES (1894-1965)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Georges Gurvitch est né le 20 octobre 1894 à Novorossisk, en Russie, d'un père banquier. Il fait des études de droit à Saint-Pétersbourg, où le milieu académique est particulièrement réceptif à la philosophie allemande néo-kantienne, qu'il part étudier à Leipzig et à Heidelberg, de 1912 à 1914. En 1915, il est de retour à Saint-Pétersbourg, rebaptisée Petrograd, où il décide de préparer le professorat. Il est assistant quand éclate la révolution d'Octobre, à laquelle il prend part en siégeant au soviet local. Il obtient en 1920 l'agrégation en philosophie et en droit, mais son esprit critique prépare sa future disgrâce : Trotski aurait dit à Lénine de se méfier de lui. De fait, après la prise du pouvoir par Staline, il est rapidement considéré comme un agitateur et reçoit, après avoir publié un article contre le traité de Brest-Litovsk, des mises en garde qui le décident à partir pour l'Allemagne rejoindre une nombreuse communauté d'émigrés russes.

Du droit à la sociologie

En Allemagne, il enseigne dans plusieurs associations d'étudiants russes de Berlin, puis à la faculté de droit, où il donne des cours de droit public tout en préparant une thèse de doctorat consacrée à Fichte, qu'il soutient en 1925. Il profite de l'aide au départ vers la France, organisée par le gouvernement tchécoslovaque de Tomás Masaryk en faveur des exilés. Il devient alors chargé de cours à la section russe de l'Institut d'études slaves de Paris et, vraisemblablement grâce au philosophe Léon Brunschvicg, il commence à se faire un nom en France en donnant dès 1927 des cours libres à la Sorbonne. Il reprend des études et soutient en 1932 ses deux thèses sur L'Idée du droit social. Il se lie avec la communauté des sociologues français, en particulier avec les membres de l'école d'Émile Durkheim, si bien qu'il obtient un poste de chargé de recherche au C.N.R.S. (1931-1935), puis est nommé professeur (chaire de sociologie à Strasbourg, 1935-1948).

Mobilisé sur la ligne Maginot le 24 août 1939, il est réformé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GURVITCH GEORGES (1894-1965)  » est également traité dans :

CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 115 mots

Dans le chapitre « Délimitation »  : […] Lorsqu'on distingue les civilisations les unes des autres, il faut d'abord savoir en préciser les contours dans le temps et dans l'espace. Les historiens ont parfois tendance à voir dans le développement de l'humanité une succession de civilisations : hellénique, romaine, médiévale, etc. Mais ces seuls exemples montrent que le concept est chargé alors de significations différentes. Ainsi, la civil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation/#i_1718

DROIT ÉCOLE SOCIOLOGIQUE DU

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HALPÉRIN
  •  • 1 275 mots

Dans le chapitre « Relectures américaines »  : […] Aux États-Unis, la pénétration de ces théories européennes coïncida avec un mouvement anti-formaliste initié par le juge Oliver Wendell Holmes (1841-1935). En définissant l'activité des juristes comme la prédiction de ce que les tribunaux allaient décider, Holmes fit lui aussi appel à la sociologie dans l'étude du droit. Avec les travaux de Roscoe Pound (1870-1964), il est question de sociologic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-sociologique-du-droit/#i_1718

GROUPE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER, 
  • François CHAZEL
  •  • 11 396 mots
  •  • 1 média

La théorie sociologique, qui considère l'ensemble des phénomènes sociaux, est bien plus large que la théorie des groupes ou groupements , et ne peut être confondue avec elle. Certaines des contributions théoriques majeures, notamment celles des fondateurs, ont négligé ce mode de détermination de la réalité sociale. Cette constatation se vérifie dans l'œuvre de Comte et de Spencer. Durkheim lui-mê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-social/#i_1718

MAGIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Roger BASTIDE
  •  • 11 230 mots

Dans le chapitre « Les théories sociologiques »  : […] Il faut parler maintenant du caractère conventionnel et traditionnel de la magie. D'abord, dans la magie imitative, toutes les qualités du symbole ne sont pas transmises au symbolisé ; on n'en retient qu'un : de l'argile, sa mollesse ; de l'argent, son éclat ; il y a là une abstraction extrêmement artificielle qui se transmet de génération en génération. En outre, le nombre des symbolismes utilis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magie/#i_1718

PROUDHON PIERRE JOSEPH (1809-1865)

  • Écrit par 
  • Jean BANCAL
  •  • 5 649 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Influences »  : […] Au lendemain de la mort de Proudhon, sa doctrine s'est répandue dans toute l'Europe. Ses articles de journaux sont passionnément lus dans les couches populaires, des livres tels que son Premier Mémoire (« ce manifeste scientifique du prolétariat français », Marx), sa Justice (« un des livres les plus importants du xix e siècle », H. de Lubac), sa Capacité politique (« ce catéchisme du mouvement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-joseph-proudhon/#i_1718

RELIGION - L'anthropologie religieuse

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 6 598 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Problèmes des changements »  : […] La dernière série de problèmes est celle qui porte sur les changements. On a souvent insisté sur la résistance des religions aux changements : Mircea Eliade a mis en lumière la persistance des archétypes à travers tous les bouleversements religieux, celui du Paradis perdu, celui du Centre du monde et les analogies des épiphanies ; Halbwachs a mis en relief l'importance de la « mémoire collective » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-l-anthropologie-religieuse/#i_1718

SOCIABILITÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 3 847 mots

Dans le chapitre « Le Nous »  : […] Dans ce jeu où le sociologue voit s'opposer individu et société, réel et irréel, infrastructure et superstructure, la nature du Nous semble indiscernable. La distinction de l'infrastructure et de la superstructure notamment ne tient pas compte du fait qu'il n'y a de réel social que par l'inscription dans le champ des significations. Or, l'on sait que, d'une certaine façon, le social renvoie à un N […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociabilite/#i_1718

SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 9 280 mots

Dans le chapitre « Typologie des sociétés globales »  : […] Avant que de s'interroger sur cet acte fondateur, il est intéressant de poursuivre – pour en préciser les limites – la démarche du sociologue qui entreprend de dénombrer et de classer les sociétés dans lesquelles il voit des réalités. Il ne peut y parvenir qu'à la condition de faire des regroupements à partir de critères jugés pertinents, c'est-à-dire de forger des types. «  Il semblait, observe D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe/#i_1718

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Christophe MARCEL, « GURVITCH GEORGES - (1894-1965) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-gurvitch/