DROITSociologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nouveaux paradigmes

Tous ces changements sont constitutifs d'un nouveau régime de connaissance de la sociologie du droit. Celui-ci pourrait être synthétisé en soulignant les traits principaux à partir duquel il s'établit :

– la déspécification du droit. Non pas expression d'une « Raison », le droit est d'abord le produit d'une construction sociale, institutionnelle et politique à laquelle concourent les professionnels du droit et les savoirs juridiques. Par exemple en entreprenant une ethnographie de la pratique du droit par le Conseil d'État, Bruno Latour s'attache à démontrer que loin d'être le lieu d'une vérité, comme ordonné par la transcendance, le droit est fait de tâtonnements, de « microprocédures », comme autant de manifestations de « l'activité sans grandeur des juristes ». De même, des travaux sur les juges dans des situations de crise politique démontrent que leur pratique, bien loin d'être déterminée par leur strict souci d'appliquer la loi ou de vouloir la faire correspondre à une quelconque théorie du droit, découle d'une vision stratégique où les options sont choisies en fonction d'opportunités, de circonstances politiques et des finalités auxquelles ils adhèrent. Plus encore, les tenants d'un courant américain dit du legal consciousness proposent des perspectives d'analyse du droit qui pourraient bien contribuer à une révolution paradigmatique de la sociologie du droit. Il s'agit ici de rompre avec une vision causale qui conduisait notamment à poser le problème en termes d'effectivité ou en termes d'influences réciproques entre le juridique et le social. Dans cette conception, le droit est constitutif de la réalité sociale et non pas relevant d'une sphère autonome dont il conviendrait d'observer les relations avec le social.

– la « socialisation » du droit. Les mouvements sociaux, les acteurs sociaux, les opérateurs économiques se saisissent de la ressource juridique pour promouvoir leur cause notamment par le recours à l'arène judiciaire. Les usages du droit et de la justice constituent des éléments importants du répertoire de l'action collective. C'est ce que montrent par exemple des travaux internationaux sur les recours à la justice par des minorités ethniques ou des travaux sur des groupes sociaux « dominés ».

– l'instrumentalisation politique du droit. La légalité apparaît de plus en plus comme une ressource privilégiée dans les « jeux » politiques. Si les professionnels du droit sont si présents dans l'espace politique et dans son histoire, cela tient au fait que gérer du droit confère une efficacité politique particulière. Être porteurs de la légalité pour les professionnels du droit leur permet de tenir un rôle éminent dans le travail de légitimation du politique ou de disqualification de sa légitimité. La prise en compte de la dimension politique de l'activité juridique s'impose ainsi de plus en plus dans des recherches qui s'attachent par exemple aux rapports des magistrats au pouvoir politique ou encore à la pratique de professionnels du droit qui mettent leur compétence spécifique au service de causes, cela dans le cadre d'un mouvement qualifié de cause lawyering qui fait l'objet de nombreux travaux au niveau international.

Dans ce contexte, il est significatif que le pôle de référence de ce nouveau régime de savoir de la sociologie du droit soit moins Émile Durkheim que Max Weber. Le positivisme sociologique de Durkheim, qui le conduit à traiter le droit, fait social parmi d'autres, « comme une chose », apparaît moins nécessaire à des sociologues qui n'ont pas le souci de se démarquer de la dogmatique juridique. En outre, l'idée suivant laquelle les professionnels du droit ne sont qu'une sorte de comité exécutif du consensus moral de la société tout entière, d'où découle le choix de ne pas porter un intérêt particulier au fonctionnement des instances juridiques, est considéré de plus en plus comme inadéquate. Par contraste, la sociologie de Max Weber est perçue comme étant d'une exceptionnelle modernité. Outre les analyses qu'il offre concernant la question cruciale pour nos sociétés actuelles souffrant d'une crise de légitimité politique, sur les r [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Montesquieu

Montesquieu
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Karl Marx

Karl Marx
Crédits : Henry Guttmann/ Getty Images

photographie

Émile Durkheim

Émile Durkheim
Crédits : Bettman/ Getty Images

photographie

Pierre Bourdieu, 1991

Pierre Bourdieu, 1991
Crédits : Louis Monier/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités à l'École normale supérieure de Cachan

Classification

Autres références

«  DROIT  » est également traité dans :

DROIT - Théorie et philosophie

  • Écrit par 
  • Jean DABIN
  •  • 20 061 mots
  •  • 2 médias

Le mot « droit » étant un de ces termes à significations multiples comme on en rencontre souvent dans le domaine des sciences morales et sociales, il importe de préciser en quel sens on l'entendra ici.Si l'on interroge les philosophes et les moralistes, et aussi l'homme profane, le droit est l'objet de la justice, […] Lire la suite

DROIT - Droit comparé

  • Écrit par 
  • Horatia MUIR WATT
  •  • 7 354 mots
  •  • 1 média

Science de la comparaison des droits, le droit comparé a pour objet de rechercher et d'expliquer les différences entre les divers ordres juridiques à une époque déterminée. Cette diversité est perçue comme un phénomène culturel, qui appelle l'étude non seulement des sources du droit positif des systèmes faisant l'objet de la comparaison, mais aussi de la structure des sociétés concernées, des mode […] Lire la suite

DROIT - Économie du droit

  • Écrit par 
  • Bruno DEFFAINS
  •  • 3 737 mots
  •  • 2 médias

L'analyse économique du droit constitue un mouvement de l'économie vers le droit puisqu'elle se propose d'utiliser les outils de l'analyse économique afin d'étudier des questions relevant de la sphère juridique. Plus précisément, elle peut se définir comme l'application des hypothèses théoriques (rationalité, maximisation de l'utilité, mécanismes incitatifs, e […] Lire la suite

DROIT ET CITOYENNETÉ AU DÉBUT DU XXIe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Renaud DEMOYEN
  •  • 2 537 mots
  •  • 1 média

La relation de l'individu au droit est traditionnellement appréhendée par le biais de la distinction entre droit objectif (la règle qui s'impose à tous les individus, objets de droit) et droit subjectif (l'individu en tant que titulaire de droits, qu'il peut exercer). Mais la façon dont l'individu lui-même perçoit cette […] Lire la suite

ACTE JURIDIQUE

  • Écrit par 
  • Georges ROUHETTE
  •  • 2 060 mots

Sous l'appellation « acte juridique », les juristes comprennent, le plus souvent, diverses institutions qui régissent les particuliers dans leurs rapports privés : mariage et vente, testament et constitution d'hypothèque, bail et reconnaissance d'enfant naturel. On peut avoir une idée assez précise des espèces sans pour autant pénétrer les principes qui ont fondé la constitution d'un genre à premi […] Lire la suite

ADMINISTRATION - Le droit administratif

  • Écrit par 
  • Jean RIVERO
  •  • 11 856 mots
  •  • 1 média

Il est tentant de donner du droit administratif, en partant d'une observation évidente, une définition concrète à laquelle sa simplicité même conférerait une quasi-universalité. Tous les États modernes ont des organes administratifs, dont les statuts et les compétences sont nécessairement fixés par des textes juridiques. L'ensemble de ces textes ne donne-t-il pas à chaque État un droit administra […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Législation

  • Écrit par 
  • Alain SOROSTE
  •  • 3 129 mots

Le commerce des denrées alimentaires, comme tous les commerces de produits de grande consommation, pourrait relever simplement d'un contrat entre le client et son fournisseur. La denrée alimentaire serait dès lors définie dans le cadre d'un contrat ou d'une offre commerciale à travers des spécifications telles que la sécurité d'emploi, la valeur nutritionnelle, les caractères organoleptiques. Mais […] Lire la suite

ALTHUSIUS JOHANN ALTHAUS dit JOHANNES (1557-1638)

  • Écrit par 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 1 156 mots

Né à une époque où l'Allemagne, notamment la Westphalie où il naquit, était une succession de petits fiefs animés surtout par les communautés calvinistes, Althusius appliqua sa pensée et son activité à ce contexte, aussi original que sa conception de la souveraineté devait l'être pour l'époque. Il étudie Aristote à Cologne, puis, à Bâle, la théologie, l'histoire et le droit ; en 1586, il est reçu […] Lire la suite

ANIMALIER DROIT

  • Écrit par 
  • Olivier LE BOT
  •  • 4 675 mots
  •  • 6 médias

Le droit animalier existe-t-il ? Si l'on entend par droit un corpus structuré et cohérent de normes juridiques, une réponse négative s'impose. En effet, les règles applicables à l'animal sont pour l'heure dispersées entre une multitude de domaines : le droit pénal (réprimant les actes de maltraitance ou encore le vol), le droit des biens (régissant les conditions de son appropriation), le droit d […] Lire la suite

ARBITRAGE, droit

  • Écrit par 
  • René DAVID, 
  • René Jean DUPUY, 
  • Universalis
  •  • 10 799 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'arbitrage en régime libéral »  : […] La raison majeure qui explique le recours à l'arbitrage, dans les pays à régime libéral, est l'inaptitude des tribunaux à trancher certaines catégories de litiges, très fréquents, qui se rapportent à des questions essentiellement techniques, telles que la qualité des marchandises livrées ou celle des travaux effectués. Pour trancher de telles contestations, plutôt que de s'adresser aux juges, qui […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques COMMAILLE, « DROIT - Sociologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-sociologie/