DOUTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Présent dans les discours les plus divers, le doute n'est pas plus un concept méthodologique qu'un argument pédagogique, à quoi cependant on l'a maintes fois réduit. De Socrate à Descartes, de Montaigne à Lessing et de Kierkegaard à Nietzsche, il transforme le cours d'une réflexion en expérience ; dans un discours en première personne comme dans un dialogue, il ordonne une progression, fait repère, historicise la pensée et rompt le dogmatisme menaçant. Aussi n'est-il jamais premier, jamais terme originaire, mais au contraire réponse, intervention, menace : en cela il correspond à une altérité qui semble essentielle à la pensée. Mais l'expérience originale du doute ne peut se limiter à n'être qu'une simple objection, une question insidieuse, une aporie : elle est immédiatement remise en cause de la totalité de la réflexion, de la démarche même. Le soupçon qu'il fait naître ne porte pas sur un argument, une prémisse du raisonnement mais sur la valeur globale de la réflexion elle-même, sur l'assurance tranquille d'un savoir acquis : la progression du doute peut suivre la progression du raisonnement, elle peut aussi la précéder, exiger un effort préalable : « Maintenant donc que mon esprit est libre de tout soin, et que je me suis procuré un repos assuré dans une paisible solitude, je m'appliquerai sérieusement et avec liberté à détruire toutes mes anciennes opinions » (Descartes). Or cette volonté de détruire n'est chez Descartes que la conséquence d'une découverte préalable : celle de l'incertitude des opinions qu'on lui avait enseignées ; le doute sera ici le moyen de l'épreuve après avoir été sa raison déterminante ; il requiert une autre attention, il mobilise une autre énergie que le questionnement initial de toute réflexion.

Ce type de mise à l'épreuve se trouve de façon très semblable chez Montaigne : le dogmatisme religieux et éthique est l'objet désigné d'un doute qui, une fois reconnue la vanité de l'extrémisme confessionnel, devient l'instrument privilégié de sa destruction. Ainsi le doute a partie liée avec la logique et la dialectique, qu'il transforme en armes acérées contre les tenants de tout dogmatisme : il instaure ainsi un utilitarisme moral et politique dont l'expression se rencontre dès les premiers arguments sophistiques, chez Montaigne dans sa lutte contre le fanatisme religieux, même chez Nietzsche dans sa réduction radicale de la morale occidentale.

Dans tous ces exemples, le doute instaure une sorte de méthode expérimentale de la subjectivité. Contre lui, s'élève la nécessité d'une affirmation (Nietzsche), d'une règle morale (Kant), d'une foi assumée totalement comme telle (Pascal, Kierkegaard). Mais cette opposition ne parvient jamais à se constituer en contradiction : chez Pascal et Kierkegaard seuls, la foi — qui peut être pari contre l'absurde — exclut le doute comme stade révolu, aboli dans la progression existentielle pour cette raison même que le doute réduit par l'absurde quand la foi est assomption de l'absurde même (Crainte et Tremblement). Cependant la foi suppose souvent la mise en doute des opinions antérieures, comme condition préalable à l'épanouissement d'une affirmation authentique (Platon, Descartes, mais aussi saint Augustin et Kierkegaard). Le pyrrhonisme seul, comme tout radicalisme, peut se trouver confronté à l'absurde de son doute, et aux arguments qui y ramènent. En fait, l'adversaire constant du doute, plus que dans le dogmatisme, se cache dans le sens commun : Descartes le laisse pleinement comprendre au début du Discours de la méthode d'un autre point de vue, le reproche fait à Kant de concevoir une morale parfaitement pure (déterminée par la seule loi du devoir) mais sans impact réel sur le système des mœurs peut tout entier se fonder sur cette affirmation des Fondements de la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DOUTE  » est également traité dans :

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Affectivité et passions dans la tradition classique »  : […] Sans pouvoir entrer ici dans l'extrême complexité et la richesse immense de l'expérience grecque de l'affectivité et des passions – notamment dans la littérature tragique –, il est néanmoins possible de placer quelques repères significatifs chez les philosophes. « Le Grec, écrit E. R. Dodds, a toujours vu dans l'expérience d'une passion une chose mystérieuse et effrayante, l'expérience d'une forc […] Lire la suite

AGNOTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Mathias GIREL
  •  • 4 995 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’ignorance produite et la manipulation de l’opinion »  : […] Même si, d’emblée, pour Proctor, la notion d’agnotologie avait bien pour but de couvrir les trois sens mentionnés, elle s’est vite retrouvée identifiée à l’ignorance « produite ». Il s’agirait alors de considérer l’ignorance non pas seulement comme un état, mais aussi comme un effet, et de la relier à ses causes. Mais l’idée même de « production » peut renvoyer à des logiques fort différentes : o […] Lire la suite

BRADLEY FRANCIS HERBERT (1846-1924)

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 3 606 mots

Dans le chapitre « Le doute et l'étonnement »  : […] Il est caractéristique que le dernier chapitre de ce livre ait pour titre « Doutes ultimes ». Le philosophe cherche le vrai ; mais le vrai n'est pas encore le réel, car le vrai reste enfermé dans le cadre du jugement. Et, cependant, Bradley pense avoir acquis ce qu'il appelle alors une certitude absolue. Mais, après avoir écrit ces mots, il complète sa pensée : « Cette conclusion, je l'ai déjà fai […] Lire la suite

CONSPIRATIONNISME

  • Écrit par 
  • Emmanuel TAÏEB
  •  • 6 438 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Nier la complexité du réel »  : […] Le dernier procédé prend la forme d’un raisonnement à sens unique. Le conspirationnisme nie la complexité du réel dont il va proposer une explication univoque et monocausale. Il ne s’embarrasse pas de contre-exemples ni de faits qui iraient à l’encontre de la théorie proposée, et donne à une même cause – l’action de quelques conjurés – des effets variés, permanents et de grande échelle. C’est ce q […] Lire la suite

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « L'assentiment »  : […] On doit aux stoïciens d'avoir ajouté un troisième trait à la philosophie grecque de l'opinion ; ce troisième trait devait conduire de façon décisive à la philosophie moderne (cartésienne, humienne, kantienne) du jugement. C'est d'une tout autre distribution des notions que cette dernière procède, à savoir d'une véritable analyse psychologique de l'opération en quoi consiste la saisie ( katalepsis […] Lire la suite

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La métaphysique : le doute et le « je pense » »  : […] Le point de départ de la métaphysique de Descartes est le doute. Cette métaphysique n'est pas formée d'un ensemble d'affirmations pouvant être présentées dans un ordre quelconque. Elle est constituée par une suite de moments intellectuels dont chacun suppose celui qui le précède et engendre celui qui le suit. Elle se présente donc comme une suite de démarches vécues, qui se succèdent naturellemen […] Lire la suite

DIEU - La négation de Dieu

  • Écrit par 
  • Jeanne DELHOMME
  •  • 9 211 mots

L'affirmation est un acte simple ; visant intentionnellement un donné de l'expérience, sujet d'une proposition, elle lui confère les attributs qui lui reviennent ; pré-interrogative, l'existence de cet homme, de cet arbre, de cette maison fait corps avec eux : certaines qualités leur appartiennent ; les questions ont une réponse de fait qui rectifie d'avance les ajustements précipités et les appré […] Lire la suite

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 314 mots
  •  • 1 média

L'empirisme, chez les Grecs, était une forme de scepticisme rattachée à l'école de Pyrrhon. Il nous est connu par l'ouvrage de Sextus Empiricus ( ii e - iii e  siècle) Hypotyposes pyrrhoniennes . Fondé sur une analyse des critères du jugement, il est une méthode « critique » qui entend s'opposer à la méthode « dogmatique » des aristotéliciens, des épicuriens, des stoïciens, ainsi qu'au scepticism […] Lire la suite

GHAZĀLĪ AL- (1058-1111)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 442 mots

Dans le chapitre « Le doute, chemin de la certitude »  : […] Alors se situe le mystère, non encore parfaitement éclairci, de la vie de Ghazālī : subitement, il quitte Bagdad pour se rendre dans divers lieux saints de l'Islam, en Syrie, à La Mecque, à Jérusalem. Il s'en est expliqué dans son livre Erreur et délivrance ( Al-munqidh min al-dalāl ). Il s'y présente comme un homme épris de certitude, et qui, pour y accéder, n'hésite pas à se livrer au doute et […] Lire la suite

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 373 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'affirmation du sujet : le « cogito » cartésien »  : […] Commençons donc par ce qu'Edmund Husserl nommait « la proto-fondation cartésienne de l'ensemble de la philosophie des temps modernes ». Le cogito cartésien se veut un fondement ultime, résidu d'un doute radical naissant de la remise en cause du savoir : le sujet qui doute fait table rase de toutes les opinions jusqu'ici reçues en sa créance, il exclut de lui tout ce qui n'est pas évident, il se […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-16 juillet 2021 France. Mise en examen du garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti.

Ils mettent en doute l’impartialité de la première présidente de la Cour de cassation Chantal Arens et du procureur général François Molins qui avaient évoqué publiquement le conflit d’intérêts que sous-tendaient selon eux les enquêtes ordonnées par Éric Dupond-Moretti. Le 16, la commission d’instruction de la CJR met en examen Éric Dupond-Moretti pour « prise illégale d’intérêts ». […] Lire la suite

15-18 décembre 2020 Canada. Acquittement de Gilbert Rozon et Éric Salvail.

Le 15, la Cour du Québec acquitte l’ancien producteur Gilbert Rozon des accusations de viol et d’attentat à la pudeur portées contre lui pour des faits remontant à 1980, en raison de l’existence d’un « doute raisonnable » sur sa culpabilité. Gilbert Rozon avait été accusé par plusieurs femmes, en octobre 2019, dans le cadre du mouvement #MeToo (« moi aussi »). […] Lire la suite

6-28 octobre 2020 France. Annonce du reconfinement de la population.

Le 28, lors d’une allocution télévisée, Emmanuel Macron annonce le reconfinement de la population à compter du 30 et « a minima jusqu’au 1er décembre », afin de faire face à une deuxième vague épidémique qui sera « sans doute plus dure et meurtrière que la première ». Il rejette les alternatives au confinement qu’il juge inefficaces : recherche de l’immunité collective, confinement des seules personnes à risques ou stratégie de dépistage massif. […] Lire la suite

1er-27 septembre 2020 Liban – France. Récusation du Premier ministre Mustapha Adib.

Il reconnaît toutefois que l’annonce des sanctions américaines a « sans doute contribué à tendre le jeu ». […] Lire la suite

9-12 septembre 2020 Afghanistan. Ouverture des pourparlers de paix entre le pouvoir et les talibans.

Ancien chef des services de renseignement, Amrullah Saleh met en doute la volonté des insurgés de participer au processus de paix en cours. En juillet 2019, il avait déjà échappé à un attentat revendiqué par les talibans. Le 12, les pourparlers de paix conduits par Mohammed Masoom Stanekzai, ancien chef des services secrets, pour le régime de Kaboul, et le cheikh Abdul Hakim Haqqani, pour le mouvement taliban, s’ouvrent à Doha, au Qatar. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier JUILLIARD, « DOUTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/doute/