INCERTITUDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La conception naïve d'une science productrice de certitudes absolues, avant même que de caractériser un certain triomphalisme typique du xixe siècle, avait été spirituellement moquée par Georg Christoph Lichtenberg : « Si je connais bien la généalogie de Dame Science, l'incertitude est sa sœur aînée. Est-ce donc là une chose si scandaleuse que de choisir la plus âgée des sœurs ? » Mais, indépendamment d'une discussion trop générale sur les (in)certitudes de la science, les sciences physiques ont fait un usage intense et spécifique du terme. La force de la physique, en effet, vient moins des certitudes qu'elle procure que de sa capacité à maîtriser les incertitudes qu'elle ne peut éliminer. Voilà pourquoi un mot a priori aussi étranger à une vision scientiste en vient à désigner une notion clé d'une science rigoureuse.

Les physiciens ont ainsi développé une méthode d'évaluation de la fiabilité de leurs résultats, qui demande d'abord une estimation de la précision des mesures expérimentales. Deux facteurs limitent cette précision : les possibilités propres à chaque appareil de mesure (un mètre de couturière ne permet pas de mesurer une longueur à mieux qu'un millimètre près), qui conduisent à une incertitude dite « systématique », et les fluctuations aléatoires dues à l'échantillonnage fini des mesures, qui produisent une incertitude dite « statistique ». C'est en tenant compte de ces deux aspects que les résultats numériques de toute expérience sont toujours donnés avec leur marge d'incertitude, ce qui permet d'en évaluer la fiabilité. Lorsque l'incertitude n'est pas explicitée, elle est censée porter sur le dernier chiffre significatif. Ainsi une longueur donnée comme valant 142 centimètres doit-elle être entendue « à 1 cm près » ; autrement dit, cette longueur est très probablement comprise entre 141,5 cm et 142,5 cm. Des méthodes de calcul plus ou moins sophistiquées (traditionnellement dénommées « calcul d'erreur ») permettent d'évaluer l'incertitude sur des grandeurs physiques calculées, à partir des incertitudes (supposées connues) sur les données de départ.

Mais c'est dans une autre acception que le terme d'incertitude a connu une célébrité scientifique ambiguë. On désigne encore souvent sous le nom de « principe d'incertitude » de Heisenberg l'un des aspects essentiels de la théorie quantique ; la terminologie a d'ailleurs hésité, et on a parlé pendant un temps d'indétermination plutôt que d'incertitude. Il s'agit de l'impossibilité pour la théorie quantique d'attribuer simultanément une valeur numérique précise à certains couples de grandeurs, comme la position et la vitesse d'un quanton. Semblant imposer une limitation intrinsèque à nos capacités de connaissance, cet état de choses, dès sa mise en évidence par Werner Heisenberg en 1925, a fait l'objet d'innombrables exploitations abusives. En fait, il ne s'agit pas d'incertitudes exprimant une quelconque méconnaissance, mais bien plutôt d'extensions numériques intrinsèques : une grandeur physique quantique est, en général, caractérisée non par une valeur numérique déterminée, mais par un spectre – c'est-à-dire par une gamme de valeurs numériques. Pour certains couples de grandeurs, par exemple la position et la vitesse d'un quanton, les largeurs de ces spectres sont corrélées et ne peuvent être simultanément réduites à zéro. C'est là le contenu propre de ce qu'il faudrait appeler plus sobrement les « inégalités de Heisenberg » – d'autant qu'il n'y a pas là un principe indépendant, mais une conséquence des postulats de base de la théorie quantique. On a longtemps interprété les inégalités de Heisenberg comme résultant de perturbations incontrôlables introduites dans le système étudié par l'action de l'expérimentateur. Une analyse plus sérieuse du processus de mesure en théorie quantique a fait justice de cette interprétation empirique. En fait, si un quanton refuse de donner une réponse unique et sans ambiguïté à la question « Où es-tu et à quelle vitesse vas-tu ? », c'est, comme Paul Langevin l'avait bien vu dès les années 1930, que les concepts de position et de vitesse au sens classique (c'est-à-dire caractérisés par une valeur numérique unique et déterminée) ne sont pas adéquats à sa nature, et ne peuvent décrire son état correctement. Mais, dès lors que l'état du quanton est représenté par une notion nouvelle et spécifiquement quantique (celle de fonction d'onde, par exemple), il n'y a plus d'indétermination, et encore moins d'incertitude, sur cet état.

L'utilisation infondée du prétendu principe d'incertitude s'est pourtant développée dans tous les domaines, de l'épistémologie à la métaphysique, et de l'esthétique à la politique, souvent pour tenter de donner un statut intellectuel plus respectable à des banalités. Ainsi, ce principe est parfois invoqué pour justifier la difficulté des sciences sociales à obtenir des résultats fiables et reproductifs au motif que l'expérimentateur y interagirait avec son objet d'étude ; il ne s'agit là que d'une analogie sans fondement. Toute invocation des incertitudes de Heisenberg en dehors du cadre de la théorie quantique (où d'ailleurs cette terminologie même devrait être abandonnée) n'est au mieux qu'une métaphore douteuse.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  INCERTITUDE  » est également traité dans :

RISQUE ET INCERTITUDE

  • Écrit par 
  • Christian GOLLIER
  •  • 1 778 mots

On a longtemps cru que le risque échappait à toute logique. Au xviie siècle encore, le système du monde fonctionnait comme une horloge bien huilée, la foi ne laissant pas de place au hasard. La chance n'avait sa place que dans les jeux de hasard goûtés, précisément, par des mondains dont la foi était sujette à éc […] Lire la suite

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 070 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nature et mesure des anticipations »  : […] La distinction suggérée par Gunnar Myrdal (1933) entre l' ex ante (a priori) et l' ex post (a posteriori) est au cœur de la dynamique économique : il n'y a aucune raison pour que les prévisions coïncident exactement avec les variations effectives ; de l'écart constaté par les agents entre les deux types de grandeurs découlent des adaptations des comportements et les mouvements économiques. Plus […] Lire la suite

CONTINGENCE

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 892 mots

Dans le chapitre « Incertitude et contingence »  : […] Un second usage restait ouvert au mot « contingence » dans l'expérience commune : désigner, notamment dans les décisions, les principales formes d'incertitude auxquelles l'agent est exposé. Entendue ainsi, la contingence dénote deux réalités tout à fait distinctes : soit l'incertitude inhérente à l'histoire, individuelle et collective, du fait de la liberté humaine comprise comme pouvoir d'introdu […] Lire la suite

COÛTS DE TRANSACTION

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 5 298 mots

Dans le chapitre « Les caractéristiques des transactions »  : […] Reprenons ces caractéristiques en précisant leurs effets sur les coûts de transaction et sur le choix du « mode de gouvernance ». Une fréquence élevée, c'est-à-dire la répétition de transactions similaires, entraîne pour l'agent une familiarité avec les propriétés de cette transaction. Il en résulte un abaissement des coûts de transaction et donc un accroissement du volume des transactions. De là […] Lire la suite

CRISES FINANCIÈRES - Instabilité financière

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 7 126 mots

Dans le chapitre « L'instabilité fondamentale des marchés financiers et les krachs boursiers »  : […] John Maynard Keynes, qui écrivait au lendemain de la grande crise de 1929, est sans doute l'économiste qui a donné l'analyse la plus éclairante de l'instabilité financière. Pour Keynes, le futur relève de l'incertitude dans nos économies. La raison principale de cette incertitude réside dans la difficulté d'effectuer des prévisions dans une situation de changement permanent dû aux fluctuations d […] Lire la suite

DOUTE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 731 mots

Présent dans les discours les plus divers, le doute n'est pas plus un concept méthodologique qu'un argument pédagogique, à quoi cependant on l'a maintes fois réduit. De Socrate à Descartes, de Montaigne à Lessing et de Kierkegaard à Nietzsche, il transforme le cours d'une réflexion en expérience ; dans un discours en première personne comme dans un dialogue, il ordonne une progression, fait repère […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 720 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Coûts de transaction, incertitude, asymétries d'information... »  : […] L'introduction de nouvelles notions, telles que les coûts de transaction, l'incertitude, l'acquisition et les asymétries d'information, modifie nombre des a priori de l'analyse néo-classique. Ainsi Frank Knight (1921, Risk, Uncertainty and Profit ) explique que si les salariés choisissent d'être dans un rapport de subordination à l'égard de l'entrepreneur, c'est en vue de lui transférer les risque […] Lire la suite

ENVIRONNEMENT - Environnement et économie

  • Écrit par 
  • Sylvie FAUCHEUX, 
  • Christelle HUE
  •  • 6 538 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dimension temporelle de l'évaluation des risques environnementaux : long terme, incertitude et irréversibilité »  : […] La décision dans le cadre d'un développement durable implique des spéculations sur le futur à très long terme quant aux risques environnementaux invoqués. C'est le cas pour les choix technologiques et d'investissement liés au changement climatique, à la pollution des océans ou encore à la gestion des déchets nucléaires. Les décisions prises aujourd'hui pourront avoir des conséquences néfastes sur […] Lire la suite

HASARD

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 6 802 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'interprétation subjective de la probabilité »  : […] Considérant ces aspects du hasard, certains logiciens (Rudolf Carnap, Nagel, Hans Reichenbach...) ont conclu que le calcul a priori des probabilités avait deux applications empiriques distinctes : les événements répétables, dont on peut définir la fréquence relative ; et les jugements de probabilité, qui consistent à évaluer la vraisemblance d'un événement singulier, ou plutôt d'une hypothèse que […] Lire la suite

INVESTISSEMENT

  • Écrit par 
  • Richard DUHAUTOIS, 
  • Patrick VILLIEU
  •  • 6 356 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les incidences de l'irréversibilité »  : […] Le coût d'un investissement ne se limite pas au coût d'achat du capital productif, il inclut également des coûts d'installation et d'adaptation de ce nouveau capital. Les coûts d'adaptation représentent, par exemple, le temps de formation des salariés sur une nouvelle machine. La décision d'investir doit être prise dans une situation d'incertitude, où l'on ne connaît pas l'évolution à venir à la f […] Lire la suite

Les derniers événements

2-17 février 2021 France. Élection d'un gouvernement dirigé par les indépendantistes en Nouvelle-Calédonie.

l’incertitude sur l’avenir institutionnel […] et la crise de la Covid-19 ». Le Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS) met surtout en cause le processus de vente de l’usine métallurgique du groupe brésilien Vale, dans le sud du territoire, qui avait provoqué des tensions en décembre 2020. La vente nécessite d’être validée par le gouvernement […] Lire la suite

11-28 août 2019 Argentine. Victoire des péronistes lors des primaires.

l’incertitude des milieux économiques quant au programme péroniste, alors que le pays est en récession. Le 14, Mauricio Macri annonce des mesures destinées à « donner un coup de pouce » au pouvoir d’achat des classes populaires et moyennes. Le 16, les agences Fitch et Standard & Poor’s abaissent la note de la dette souveraine argentine. Le 17, le  […] Lire la suite

24 octobre 2018 Canada. Hausse des taux directeurs.

l’incertitude entourant les politiques commerciales en Amérique du Nord », la Banque du Canada relève d’un quart de point son taux directeur, pour la cinquième fois depuis juillet 2017, pour le porter à 1,75 p. 100. […] Lire la suite

4 septembre 2018 France. Confirmation de la mise en œuvre du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu.

d’incertitude liée à des divergences au sein de la majorité, le Premier ministre Édouard Philippe confirme la mise en œuvre du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu à compter de 2019. […] Lire la suite

17 janvier 2018 Canada. Relèvement du taux directeur de la Banque du Canada.

l’incertitude liée à la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), la Banque du Canada annonce le relèvement de son taux directeur qui passe de 1 à 1,25 p. 100. Il s’agit de la troisième hausse de celui-ci depuis la crise de 2008, après celles de juillet et septembre 2017, chacune déjà de 0,25 point. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marc LÉVY-LEBLOND, « INCERTITUDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/incertitude/