BRADLEY FRANCIS HERBERT (1846-1924)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bradley, si parfois il semble loin de nous, est très proche cependant. Il transmue l'idée hégélienne en une non-idée ; il donne au sentiment une place analogue à celle que lui fit Gabriel Marcel sur lequel il a eu une influence certaine ; il trouve, sous la forme de ce sentiment informe, quelque chose d'analogue à ce qu'y ont vu Husserl et Merleau-Ponty. Les penseurs d'Oxford et de Cambridge, si opposés à lui en apparence, le redécouvrent parfois avec étonnement, tant ses analyses sont souvent précises et exactes autant que profondes.

L'Absolu, impossible et nécessaire

Après un livre peu connu sur les Présuppositions de l'histoire critique (The Presuppositions of Critical History, 1874) et après les Études éthiques (Ethical Studies, 1875), plus connues, le philosophe anglais Bradley – né à Glasbury, mort à Oxford – publie les Principes de logique (The Principles of Logic, 1883), et surtout Apparence et Réalité (Appearance and Reality. A Metaphysical Essay, 1893).

Essai métaphysique, dit le sous-titre de ce dernier ouvrage, et, en effet, prenant la suite de Thomas Hill Green, Bradley continue la lutte contre l'empirisme et le naturalisme. Mais il approfondit et assure ses fondements. Sans doute, de l'Absolu nous ne pouvons rien dire, rien, si nous appelons rien ce « beaucoup » qui est l'ensemble des apparences, une fois qu'elles ont été assemblées et sublimées. C'est que ces apparences, ce sont surtout les relations, désarticulées, puis articulées, tant bien que mal et plutôt mal que bien, par le jugement.

En quoi consiste l'activité du jugement ? En une séparation du sujet et de l'attribut, et cett [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  BRADLEY FRANCIS HERBERT (1846-1924)  » est également traité dans :

ROYCE JOSIAH (1855-1916)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 592 mots

S'inscrivant, avec Francis Herbert Bradley et Bernard Bosanquet dans la ligne de l'« idéalisme » hégélien — étiquette que les intéressés récusent néanmoins —, Josiah Royce reprend, pour l'essentiel de son apport philosophique, le problème que posait le premier de ces trois penseurs anglo-saxons au sujet du rapport de l'individu avec l'absolu. Tandi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josiah-royce/#i_18623

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean WAHL, « BRADLEY FRANCIS HERBERT - (1846-1924) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-herbert-bradley/