DOULEUR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dès l'aube de l'humanité, sous toutes les latitudes, on retrouve des traces qui témoignent que l'homme n'a cessé de s'interroger sur la douleur, de lui donner un sens et de chercher à la combattre. À l'aube du IIIe millénaire, on doit constater que la douleur demeure très imparfaitement comprise et maîtrisée dans de nombreuses situations cliniques. Il n'est pas surprenant dès lors que des concepts théologiques ou philosophiques aient conféré à la douleur une valeur rédemptrice ou d'épreuve à dépasser.

Il faut attendre le xixe siècle pour qu'apparaissent deux bouleversements : la découverte du pouvoir anesthésique de l'éther, qui marquera le développement de l'anesthésie, et la découverte du principe actif analgésique de l'opium : la morphine.

Depuis une trentaine d'années, une masse considérable de connaissances sur la neurobiologie de la douleur s'est accumulée, mais ces progrès de la connaissance n'ont pas encore débouché sur de nouvelles méthodes de traitement de la douleur. On attend toujours l'antalgique idéal qui viendrait détrôner les deux antalgiques de référence : la morphine et le déjà centenaire paracétamol.

Pendant longtemps, de nombreux facteurs et idées reçues, philosophico-métaphysiques ou médicales, ont retardé la prise en charge optimale de la douleur. Cependant, la prise de conscience relativement récente de la nécessité de mieux la combattre en utilisant les moyens aujourd'hui disponibles constitue un progrès, car la douleur n'est pas simplement un symptôme : du fait de son intensité ou de sa persistance, c'est un phénomène extrêmement agressif et destructeur pour tout individu.

Pourtant, la nociception (processus physiologique de la douleur) assure une fonction de signal d'alarme en informant l'organisme de la présence d'un désordre susceptible de lui nuire. Il importe donc de contrôler la douleur tout en la considérant comme un élément de surveillance de la progression de la maladie. Cette surveillance permettra de constater l'effet des traitements sur la cause du syndrome douloureux. C'est en effet cette cause qui doit être pour le malade comme pour le médecin l'objectif essentiel de la thérapeutique.

La douleur est par définition un phénomène subjectif, individuel, donc difficilement communicable : son évaluation a longtemps été négligée. Or l'absence de moyens pour évaluer l'intensité de la douleur expose la médecine au risque de la méconnaître, de la sous-estimer ou de la mettre en doute. C'est un phénomène nouveau que d'envisager d'évaluer systématiquement la douleur comme on le ferait pour une autre variable biologique (température, pression artérielle, etc.). Cette pratique permet d'identifier les malades qui présentent une douleur (car beaucoup de malades en proie à la douleur ne se plaignent pas spontanément) et facilite les prises de décision de traitement symptomatique analgésique adapté à l'intensité des effets ressentis.

Diverses croyances ou raisons peuvent conduire les patients à ne pas exprimer leur douleur ou à refuser un traitement antalgique, morphinique en particulier : idée que la douleur est inévitable ou que le traitement doit être réservé aux douleurs intolérables ; crainte que le traitement utilisé « trop tôt » perde de son efficacité (accoutumance) ; crainte des effets secondaires et de la dépendance aux morphiniques ; désir de se montrer vaillant ; volonté de ne pas alarmer les proches... Tous ces facteurs peuvent empêcher la plainte spontanée chez les patients.

Sans surestimer le chemin parcouru depuis les dix dernières années, il est important de signaler le changement des attitudes du public et des médecins. Cela se traduit par la multiplication de formations concernant la douleur (notamment la création d'une forme de spécialisation par un diplôme national intitulé capacité d'évaluation et traitement de la douleur), l'élaboration de recommandations dans différents domaines (douleur postopératoire, douleur du cancer, douleur aux urgences...), le développement de structures spécialisées dans la prise en charge des douleurs chroniques, la création de collèges nationaux de médecins de la douleur et d'enseignants universitaires de la douleur.

Mécanismes physiologiques de la nociception

Naissance et propagation du message

La douleur peut prendre naissance à partir d'une grande diversité de stimulations, d'abord normalement indolores, qu'elles soient mécaniqu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : chef de travaux, assistant en neurophysiologie à l'hôpital Saint-Antoine, Paris
  • : praticien hospitalier, A.C.C.A. Hôpitaux de Paris, attaché consultant de l'hôpital Saint-Antoine

Classification

Autres références

«  DOULEUR  » est également traité dans :

NEUROSCIENCES COGNITIVES ET DOULEUR

  • Écrit par 
  • Valery LEGRAIN
  •  • 1 405 mots

La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à un dommage corporel potentiel ou à tout événement sensoriel supposé subjectivement refléter un dommage corporel. La douleur est liée en situation normale à l’activation, à la surface de la peau ou dans les viscères, de récepteurs sensoriels p […] Lire la suite

ACUPUNCTURE

  • Écrit par 
  • François BOUREAU
  •  • 2 986 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hypoalgésie »  : […] De nombreux travaux ont étudié en laboratoire les effets de l'acupuncture sur la perception de la douleur, tant chez l'homme que chez l'animal. Les résultats publiés ne sont pas tous homogènes. Que l'acupuncture puisse provoquer une élévation du seuil douloureux semble cependant généralement admis. On doit souligner que l'intensité de l'effet observé ne correspond pas à ce que laissait supposer s […] Lire la suite

ANALGÉSIQUES ET ANTALGIQUES

  • Écrit par 
  • Jacques DUTEIL
  •  • 1 053 mots

Face à des douleurs multiples par leur siège, leur nature et leur intensité, chaque patient réagit individuellement en fonction de ses facteurs génétiques et de son psychisme. L'appréciation de l'effet analgésique d'un médicament varie, elle aussi, d'un individu à l'autre. Une classification simple des médicaments analgésiques consiste à les séparer suivant leur lieu principal d'action, périphériq […] Lire la suite

ANESTHÉSIE

  • Écrit par 
  • Francis BONNET, 
  • François CHAST
  •  • 4 116 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Anesthésiques généraux »  : […] Les anesthésiques généraux peuvent être administrés selon deux modes : par voie intraveineuse ou par inhalation. Hypnotiques et adjuvants . Les hypnotiques sont des agents anesthésiques dont la propriété principale est de provoquer une perte de conscience (ou sommeil profond). Parmi les hypnotiques administrés par voie intraveineuse, on peut citer les barbituriques d'action rapide (thiopental =  […] Lire la suite

ANGOR

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 224 mots

Un angor pectoris , ou angine de poitrine, est une manifestation clinique qui traduit une anoxie transitoire du muscle cardiaque. Le diagnostic se fonde sur la nature des crises, que caractérisent des douleurs rétrosternales survenant typiquement à l'effort, brèves, constrictives. L'électrocardiogramme est utile au diagnostic en permettant l'étude des troubles de la repolarisation myocardique. L'é […] Lire la suite

APPENDICITE

  • Écrit par 
  • Laurent CHARBIT
  •  • 1 081 mots

Affection très fréquente, l'appendicite peut encore, de nos jours, avoir des conséquences graves. Anatomiquement, l'appendice peut être atteint à divers degrés : appendicite catarrhale, où l'appendice est simplement œdématié et hypervascularisé ; appendicite purulente (empyème appendiculaire) ; gangrène et perforation enfin. Les organes de voisinage (cæcum, intestin grêle, épiploon) vont réagir p […] Lire la suite

BONHEUR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 588 mots

Dans le chapitre « Le plaisir et la joie »  : […] Le bonheur n’est pas le plaisir, et c’est pourquoi il est si difficile à atteindre. Le plaisir est inséparable de la crainte de sa perte. Il voudrait ne pas cesser, il rêve naïvement de s’éterniser, oubliant qu’il ne saurait exister que dans son opposition à la douleur, ainsi que l’avait compris le premier Épicure (341-270 av. J.-C.). « Le plaisir est l’arrêt de la douleur », affirmait le philoso […] Lire la suite

CÉPHALÉE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 188 mots

Terme désignant toute douleur située au niveau de la tête, mais habituellement réservé aux seules douleurs ressenties dans la boîte crânienne. La plupart des céphalées, certainement plus de 90 p. 100, n'ont pas de cause organique et sont imputables à une attention soutenue ou à une perturbation psychique transitoire (anxiété). Le problème que le diagnostic des céphalées pose au médecin est de dist […] Lire la suite

CŒUR - Maladies cardio-vasculaires

  • Écrit par 
  • Jean-Yves ARTIGOU, 
  • Yves GROSGOGEAT, 
  • Paul PUECH
  •  • 16 127 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'infarctus du myocarde »  : […] Maladie grave qui touche en France chaque année 70 000 patients, l'infarctus est une nécrose ischémique du myocarde : elle correspond à une mort tissulaire par défaut prolongé d'apport sanguin. Le muscle cardiaque fait progressivement place à une cicatrice fibreuse ayant perdu toute possibilité de se contracter . C'est essentiellement le ventricule gauche qui est atteint. L'origine en est presque […] Lire la suite

DORSALGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CAMUS
  •  • 247 mots

Le mal de dos est une cause très fréquente de consultation en rhumatologie et/ou en médecine générale. Souvent, les malades confondent colonne vertébrale et dos, si bien qu'il faut d'abord leur faire préciser le siège exact de leurs douleurs, plus souvent lombaires que dorsales proprement dites. Le rachis dorsal peut devenir douloureux à tous les âges de la vie, mais pour des raisons différentes : […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5-12 octobre 2021 France. Publication du rapport Sauvé sur les abus sexuels dans l'Église catholique.

De son côté, le pape François fait part de sa « douleur » et de son « immense chagrin » face à l’« effroyable réalité ». Le 6, Éric de Moulins-Beaufort déclare, sur France Info, que « le secret de la confession […] est plus fort que les lois de la République ». Le 12, Éric de Moulins-Beaufort, invité à s’expliquer par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, revient sur ses propos, estimant qu’« un travail est nécessaire pour concilier la nature de la confession et la nécessité de protéger les enfants ». […] Lire la suite

3-30 juin 2021 Canada. Nouvelles découvertes de sépultures sur des sites de pensionnats autochtones.

Le 6, le pape François exprime sa « douleur » au sujet de la découverte des restes humains à Kamloops, sans toutefois présenter d’excuses. Le 11, à la suite des archevêques de Regina (Saskatchewan) et de Vancouver (Colombie-Britannique), l’archevêque de Montréal (Québec), Mgr Christian Lépine, reconnaît la responsabilité de l’Église dans les drames survenus dans les pensionnats autochtones et présente ses excuses aux familles des victimes. […] Lire la suite

2-30 juin 2020 Belgique. Mouvement de protestation contre le racisme

Le 30, dans une lettre adressée au président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi à l’occasion du soixantième anniversaire de l’indépendance du pays, le roi Philippe II évoque les « actes de violence et de cruauté » commis lorsque le pays était la propriété personnelle du roi Léopold II, ainsi que les « souffrances » et les « humiliations » subies par les Congolais durant la période coloniale, et exprime ses « plus profonds regrets pour ces blessures du passé dont la douleur est aujourd’hui ravivée par les discriminations encore trop présentes dans nos sociétés ». […] Lire la suite

11 avril 2018 Vatican – Chili. Lettre du pape François aux évêques chiliens.

Ayant pris connaissance, à travers leur rapport, des « vies crucifiées » par les abus de certains ecclésiastiques, qui lui ont causé « douleur et honte », le pape reconnaît « avoir commis de graves erreurs d’appréciation et de perception » et demande « pardon à tous ceux [qu’il a] offensés ». François invite les trente-deux évêques chiliens à se rendre à Rome. […] Lire la suite

9 février 2018 Canada. Commentaires controversés d'un verdict par des ministres.

Le Premier ministre Justin Trudeau déclare « imaginer la douleur et la tristesse que ressent la famille Boushie », tandis que la ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould défend le devoir de « mieux faire » et que la ministre des Services autochtones Jane Philpott évoque la nécessité d’« améliorer la justice et l’équité pour les Canadiens autochtones ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

François BOUREAU, Jean-François DOUBRÈRE, « DOULEUR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/douleur/