ACUPUNCTURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Toutes les civilisations se sont efforcées de combattre la douleur. Le procédé le plus paradoxal (en apparence) est sans doute l'acupuncture, utilisée en Chine depuis plusieurs millénaires, qui consiste à implanter des aiguilles dans certains points précis du corps. Reposant sur des bases théoriques traditionnelles très complexes, sa pratique paraît s'être transmise sans grande modification jusqu'à l'époque actuelle. Sa survivance à l'épreuve du temps plaide en sa faveur. En France, l'enseignement de l'acupuncture fait l'objet d'un diplôme national et non plus d'un simple diplôme inter-universitaire. C'est le fruit du protocole de coopération universitaire conclu le 2 février 2007 entre la Chine et la France.

Acupuncture

Photographie : Acupuncture

L'acupuncture, en Chine, se pratiquait même dans la rue, en 1934. 

Crédits : Fox Photos/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Depuis qu'elle s'est répandue hors de Chine, l'acupuncture a suscité l'intérêt et l'attention de plusieurs milieux médicaux et scientifiques de part et d'autre de l'Atlantique. La raison essentielle de cet intérêt fut l'évidence d'une action analgésique suffisamment puissante pour permettre des interventions chirurgicales. La coïncidence entre ces résultats et une évolution des conceptions neurophysiologiques de la douleur a été à l'origine de travaux qui laissent entrevoir de possibles mécanismes neurobiologiques.

Il convient de souligner que le terme acupuncture englobe actuellement des conceptions médicales diverses. Pour certains, cette technique ne peut se concevoir qu'au travers des lois de la médecine chinoise traditionnelle avec la référence obligatoire aux notions de points, de méridiens, d'énergie yin et yang. Pour d'autres, elle doit suivre l'évolution des données neuroanatomiques et neurophysiologiques, et acquérir de la sorte son statut scientifique.

Restreinte à cette conception moderne, l'acupuncture ne présente plus qu'un rapport lointain avec ses bases classiques. On est alors en droit de se demander si la dénomination d'acupuncture demeure légitime pour désigner non plus le système médical originel mais le simple procédé de stimulation périphérique.

L'hypothèse émise est que l'implantation d'aiguilles provoque l'excitation d'afférences périphériques qui vont modifier l'intégration des messages douloureux dans le système nerveux central. Cette interprétation des effets de l'acupuncture s'apparente à celle des autres procédés de stimulation qui visent à activer un mécanisme inhibiteur endogène : neurostimulation transcutanée, médullaire ou thalamique.

Comparativement aux techniques neurochirurgicales, l'acupuncture apparaît ainsi comme une technique simple et non invasive qui, de même que la neurostimulation transcutanée, constitue une alternative analgésique valable.

C'est presque exclusivement cette action analgésique qui sera abordée ici. D'autres effets possibles demeurent, encore très imparfaitement compris.

Définitions préliminaires

Acupuncture traditionnelle

L'acupuncture traditionnelle postule l'existence d'une énergie yin et yang, circulant dans l'organisme dans un système complexe de méridiens superficiels. La maladie résulterait d'un déséquilibre énergétique qui sera régularisé par l'implantation d'une aiguille d'acupuncture au niveau de points spécifiques.

Électro-acupuncture

La majorité des travaux ont porté sur l'électro-acupuncture. Les avantages sont une plus grande facilité d'utilisation pour de longues périodes, un meilleur contrôle du niveau plus ou moins élevé de la stimulation électrique. Celle-ci est délivrée au travers des aiguilles d'acupuncture implantées au niveau des points chinois. L'idée n'est pas récente puisque en Europe, dès 1825, Sarlandière préconisait l'utilisation antalgique de l'électro-acupuncture. Actuellement, les paramètres électriques sont choisis de façon à reproduire les effets de l'excitation manuelle. Ils se caractérisent par une fréquence basse (de 2 à 4 cycles par seconde) et par une intensité souvent élevée. Initialement utilisée lors d'interventions chirurgicales, son application s'est étendue au traitement symptomatique de la douleur.

Neurostimulation transcutanée

Contrairement à l'acupuncture, méthode empirique, la neurostimulation transcutanée constitue une application clinique de données neurophysiologiques. Rappelons que deux approches thérapeutiques de la douleur peuvent être distinguées. Certains procédés visent à interrompre la naissance ou la transmission des messages douloureux (antalgiques périphériques, blocs anesthésiques, section neurochirurgicale...). D'autres techniques visent à renforcer un mécanisme de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : chef de travaux, assistant en neurophysiologie à l'hôpital Saint-Antoine, Paris

Classification

Autres références

«  ACUPUNCTURE  » est également traité dans :

CHINOISE (CIVILISATION) - La médecine en Chine

  • Écrit par 
  • Florence BRETELLE-ESTABLET
  •  • 8 510 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les thérapies : la prévention et l'acuponcture »  : […] Contrairement aux manuscrits de Manwangdui qui proposaient un large éventail de pratiques préventives et curatives dont la pharmacopée, le Huangdi Neijing et le Nanjing négligent les approches pharmaceutiques et mettent l'accent sur la saignée et l'acuponcture . L'origine de l'acuponcture comme des points d'acuponcture du Huangdi Neijing est inconnue. Mais il semble que des outils pointus aient […] Lire la suite

DOULEUR

  • Écrit par 
  • François BOUREAU, 
  • Jean-François DOUBRÈRE
  •  • 4 957 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Neurostimulation transcutanée et acupuncture »  : […] La neurostimulation transcutanée a pour objet de renforcer ou de suppléer un mécanisme inhibiteur défaillant. Il est donc logique de la proposer dans les douleurs neurologiques par désafférentation, dont le mécanisme physiopathologique peut être compris comme un défaut d'inhibition. Ses indications les plus intéressantes sont les douleurs neurogènes. Il suffit de placer des électrodes sur le ter […] Lire la suite

MÉDECINES ALTERNATIVES

  • Écrit par 
  • Bernard CHEMOUNY, 
  • Bernard POITEVIN
  •  • 1 654 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Indications »  : […] Les thérapeutiques non conventionnelles sont potentiellement indiquées dans toutes les modifications de l'état de santé. Leur champ d'application est très vaste : elles peuvent constituer un traitement réellement complémentaire de thérapeutiques lourdes mais nécessaires dans le traitement de maladies graves, ou s'inscrire dans le cadre d'une hygiène thérapeutique ou préventive largement répandue ( […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François BOUREAU, « ACUPUNCTURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/acupuncture/