ANALGÉSIQUES ET ANTALGIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Face à des douleurs multiples par leur siège, leur nature et leur intensité, chaque patient réagit individuellement en fonction de ses facteurs génétiques et de son psychisme. L'appréciation de l'effet analgésique d'un médicament varie, elle aussi, d'un individu à l'autre.

Une classification simple des médicaments analgésiques consiste à les séparer suivant leur lieu principal d'action, périphérique ou central.

Analgésiques périphériques. Les expériences de physiologie ont montré que les récepteurs de la douleur, situés sur des terminaisons nerveuses sensitives, sont dépolarisés par des stimulus variés de nature physique ou chimique, mais suffisamment intenses. Les analgésiques périphériques sont ceux qui agissent au niveau de ces récepteurs.

Étant dépourvues d'effets centraux, toutes les substances de ce groupe sont incapables d'entraîner un phénomène de dépendance ; elles ne provoquent que très rarement une réaction allergique plus ou moins grave, et leur voie d'administration est orale.

Un premier groupe (glafénine, floctafénine, clométacine) présente exclusivement un effet analgésique modéré, mais souvent suffisant, sans exposer le patient aux risques d'incidents secondaires graves.

Un deuxième groupe associe l'effet analgésique et l'effet antipyrétique. Le paracétamol, métabolite de la phénacétine, possède une très bonne tolérance à dose thérapeutique, mais en cas d'absorption massive une nécrose hépatique peut s'installer, nécessitant un traitement d'urgence quelques heures au maximum après la prise du médicament.

La phénacétine est un composant de nombreuses spécialités pharmaceutiques ; sa tolérance est bonne, mais à dose massive elle peut entraîner les mêmes incidents hépatiques que le paracétamol et l'apparition d'une méthémoglobinémie, surtout chez l'enfant. En traitement chronique très prolongé, une atteinte rénale pouvant aller jusqu'à la nécrose papillaire est possible.

L'aminophénazone (pyramidon), qui figure également dans de nombreuses spécialités pharmaceutiques, et sa f [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : chef de travaux au laboratoire de pharmacologie du centre hospitalier universitaire Saint-Antoine

Classification


Autres références

«  ANALGÉSIQUES ET ANTALGIQUES  » est également traité dans :

ANESTHÉSIE

  • Écrit par 
  • Francis BONNET, 
  • François CHAST
  •  • 4 116 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Anesthésiques généraux »  : […] Les anesthésiques généraux peuvent être administrés selon deux modes : par voie intraveineuse ou par inhalation. Hypnotiques et adjuvants . Les hypnotiques sont des agents anesthésiques dont la propriété principale est de provoquer une perte de conscience (ou sommeil profond). Parmi les hypnotiques administrés par voie intraveineuse, on peut citer les barbituriques d'action […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anesthesie/#i_4628

ASPIRINE ou ACIDE ACÉTYLSALICYLIQUE

  • Écrit par 
  • Georges BRAM, 
  • Universalis
  •  • 803 mots
  •  • 4 médias

Si l'histoire du produit chimique remonte à 1853, lorsque le chimiste français Charles Gerhardt (1816-1856) synthétise l'acide acétylsalicylique , l'histoire de son principe actif est ancienne. Le papyrus d'Ebers (environ 3600 B.P.) mentionne déjà l'action des extraits de saule contre la fièvre, pratique retrouvée dans tout l'Occident . Le principe actif contenu dans les extraits de saule, la sali […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aspirine-acide-acetylsalicylique/#i_4628

AXELROD JULIUS (1912-2004)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc TEILLAUD
  •  • 854 mots

Biochimiste et pharmacologue américain, Julius Axelrod a reçu le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1970 pour ses travaux fondamentaux sur les neurotransmetteurs, qui ont permis de mieux comprendre la physiologie du système nerveux central et qui ont été à l'origine du développement de nouveaux médicaments. Collégien aux résultats moyens, Axelrod, né à New York en 1912, se voit refuser l'acc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julius-axelrod/#i_4628

CÉPHALÉE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 188 mots

Terme désignant toute douleur située au niveau de la tête, mais habituellement réservé aux seules douleurs ressenties dans la boîte crânienne. La plupart des céphalées, certainement plus de 90 p. 100, n'ont pas de cause organique et sont imputables à une attention soutenue ou à une perturbation psychique transitoire (anxiété). Le problème que le diagnostic des céphalées pose au médecin est de dist […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cephalee/#i_4628

CODÉINE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 302 mots

Alcaloïde naturel constituant de l'opium, la codéine, ou méthylmorphine, dérive de la morphine par méthylation. Elle est utilisée en médecine comme anti-tussif et comme analgésique, mais cette dernière action est six à sept fois plus faible que celle de la morphine. La codéine est administrée par voie orale en sirops contre la toux ; elle a des effets antispasmodiques et sédatifs. Elle est aussi a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/codeine/#i_4628

DOULEUR

  • Écrit par 
  • François BOUREAU, 
  • Jean-François DOUBRÈRE
  •  • 4 956 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Traitements médicamenteux »  : […] L'O.M.S. a proposé dans le cadre des douleurs cancéreuses une échelle de décision thérapeutique comportant trois paliers d'analgésiques. Le niveau I correspond aux analgésiques non narcotiques ( paracétamol et aspirine) et aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (A.I.N.S.) ; le niveau II, à l'association des analgésiques non narcotiques aux opioïdes mineurs (codéine, dextropropoxyphène) ; le ni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/douleur/#i_4628

HÉROÏNE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 717 mots

Dérivé diacétylé de la morphine, synthétisé en 1898 par le chimiste allemand Dreiser, l'héroïne est utilisée, dès sa découverte, comme analgésique principal dans les cas de tuberculoses incurables. C'est cet usage qui a fait d'abord la renommée de l'héroïne, mais on découvrira par la suite qu'elle permet aussi la désintoxication apparente des morphinomanes. En fait, une intoxication en remplace un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heroine/#i_4628

INFLAMMATION ou RÉACTION INFLAMMATOIRE

  • Écrit par 
  • André-Paul PELTIER
  •  • 3 486 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Antalgiques »  : […] L' un des signes cardinaux de l'inflammation étant la douleur, il est naturel que les antalgiques soient d'usage courant dans cette indication. Le premier antalgique utilisé a été acide acétylsalicylique, synthétisé par Charles Gerhardt en 1853 et rebaptisé aspirine en 1899, médicament très actif qui agit en inhibant la synthèse des prostaglandines, ce qui lui confère également des propriétés ant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inflammation/#i_4628

JANSSEN PAUL (1926-2003)

  • Écrit par 
  • François CHAST
  •  • 906 mots

Paul Janssen a mené une exceptionnelle carrière de chercheur et d'industriel, toute dévouée à la découverte d'innombrables médicaments. Il est né à Turnhout (Belgique) à proximité d'Anvers, le 12 septembre 1926, dans une famille d'origine paysanne de laquelle avait émergé son père, Constant, qui avait ouvert, au milieu des années 1920, un cabinet médical florissant. À l'occasion d'un voyage à Vien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-janssen/#i_4628

MORPHINE

  • Écrit par 
  • Hélène MOYSE, 
  • Michel PARIS, 
  • René Raymond PARIS
  •  • 2 111 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Emplois thérapeutiques »  : […] La morphine est employée en médecine sous forme de ses sels ; ainsi le chlorhydrate est officinal en France (tableau B : prescription réglementée avec utilisation d’un carnet à souches) et utilisé sous forme de soluté injectable à 1 ou 2 p. 100 (doses maximales 0,02-0,05 g). Médicament de la douleur, elle est administrée au cours des coliques hépatiques et néphrétiques, chez les grands opérés, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morphine/#i_4628

OPIOÏDES

  • Écrit par 
  • Bernard Pierre ROQUES
  •  • 3 138 mots
  •  • 4 médias

La démarche intellectuelle et la méthodologie qui ont abouti à la découverte des récepteurs morphiniques d'une part, et, par voie de conséquence, à celle des peptides opiacés ou opioïdes, d'autre part, représentent un modèle exemplaire des recherches effectuées en neuropharmacologie moléculaire. Entre 1971 et 1973, plusieurs équipes de chercheurs découvraient la présence dans le cerveau de récept […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opioides/#i_4628

PLACEBO

  • Écrit par 
  • Francis MARTENS
  •  • 1 225 mots

Produit sans activité pharmacologique mais présenté de façon identique au produit actif, ce qui permet de tester la validité de ce dernier dans un essai thérapeutique. Il n'est pas rare qu'un malade se voie soulagé de ses douleurs ou bénéficie d'un sommeil réparateur après avoir pris un comprimé de sucre, de lactose, voire de mie de pain, prescrit par un soignant et revêtu, pour la circonstance, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/placebo/#i_4628

RHUMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • André-Paul PELTIER
  •  • 6 150 mots

Dans le chapitre « Thérapeutiques médicamenteuses »  : […] L' éventail des thérapeutiques médicamenteuses utilisées en rhumatologie est très large, allant de la simple aspirine aux biothérapies les plus modernes et aussi les plus coûteuses. Ce qui suit ne saurait concerner que les plus employées de ces thérapeutiques et leurs principes généraux d'utilisation. Les antalgiques sont utilisés dans la plupart des affections rhumatismales […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhumatologie/#i_4628

Pour citer l’article

Jacques DUTEIL, « ANALGÉSIQUES ET ANTALGIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/analgesiques-et-antalgiques/