Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ANALGÉSIQUES ET ANTALGIQUES

Face à des douleurs multiples par leur siège, leur nature et leur intensité, chaque patient réagit individuellement en fonction de ses facteurs génétiques et de son psychisme. L'appréciation de l'effet analgésique d'un médicament varie, elle aussi, d'un individu à l'autre.

Une classification simple des médicaments analgésiques consiste à les séparer suivant leur lieu principal d'action, périphérique ou central.

Analgésiques périphériques. Les expériences de physiologie ont montré que les récepteurs de la douleur, situés sur des terminaisons nerveuses sensitives, sont dépolarisés par des stimulus variés de nature physique ou chimique, mais suffisamment intenses. Les analgésiques périphériques sont ceux qui agissent au niveau de ces récepteurs.

Étant dépourvues d'effets centraux, toutes les substances de ce groupe sont incapables d'entraîner un phénomène de dépendance ; elles ne provoquent que très rarement une réaction allergique plus ou moins grave, et leur voie d'administration est orale.

Un premier groupe (glafénine, floctafénine, clométacine) présente exclusivement un effet analgésique modéré, mais souvent suffisant, sans exposer le patient aux risques d'incidents secondaires graves.

Un deuxième groupe associe l'effet analgésique et l'effet antipyrétique. Le paracétamol, métabolite de la phénacétine, possède une très bonne tolérance à dose thérapeutique, mais en cas d'absorption massive une nécrose hépatique peut s'installer, nécessitant un traitement d'urgence quelques heures au maximum après la prise du médicament.

La phénacétine est un composant de nombreuses spécialités pharmaceutiques ; sa tolérance est bonne, mais à dose massive elle peut entraîner les mêmes incidents hépatiques que le paracétamol et l'apparition d'une méthémoglobinémie, surtout chez l'enfant. En traitement chronique très prolongé, une atteinte rénale pouvant aller jusqu'à la nécrose papillaire est possible.

L'aminophénazone (pyramidon), qui figure également dans de nombreuses spécialités pharmaceutiques, et sa forme hydrosoluble injectable, la noramidopyrine, sont en général bien tolérées, mais les quelques très rares cas d'agranulocytose imprévisibles, d'origine allergique, parfois mortels et rebelles à tout traitement, doivent inciter le prescripteur au choix d'un produit moins toxique.

Les effets associés, analgésique, antipyrétique et anti-inflammatoire, expliquent la très large utilisation de l'acide acétylsalicylique (aspirine) dans de très nombreuses spécialités pharmaceutiques ; des formules galéniques variées améliorent la tolérance gastrique ou permettent l'injection parentérale du produit. En dehors des microhémorragies gastriques et des gastrites, qui sont des complications banales du traitement par l'aspirine, il faut mentionner l'intoxication aiguë qui entraîne l'apparition de troubles sensitifs (auditifs et visuels), une alcalose suivie d'une acidose, parfois mortelle chez l'enfant, si elle n'est pas traitée en urgence.

Un troisième groupe (les fénamates, les acides méfénamique, flufénamique, niflumique et métiazinique) possède des effets analgésiques et anti-inflammatoires modérés ; ils sont bien tolérés en général, mais peuvent entraîner des microhémorragies gastriques chez les sujets sensibles ou si les doses administrées sont très élevées.

Les anti-inflammatoires puissants tels que la phénylbutazone, l'indométacine ou le kétoprofène possèdent également un effet analgésique faible, mais aussi un risque de toxicité plus important que celui présenté par tous les produits précédents.

Analgésiques centraux. Il est actuellement admis que les influx nerveux conduisant les sensations douloureuses font synapse dans la moelle. Au niveau médullaire,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chef de travaux au laboratoire de pharmacologie du centre hospitalier universitaire Saint-Antoine

Classification

Pour citer cet article

Jacques DUTEIL. ANALGÉSIQUES ET ANTALGIQUES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ANESTHÉSIE

    • Écrit par et
    • 4 117 mots
    • 2 médias
    Analgésiques. Pour réaliser une anesthésie, il faut souvent associer aux agents hypnotiques des agents aux propriétés analgésiques prédominantes (agents dits analgésiques), c'est-à-dire dont le rôle est de supprimer ou d'atténuer la sensibilité à la douleur. On emploie en pratique...
  • ASPIRINE ou ACIDE ACÉTYLSALICYLIQUE

    • Écrit par et
    • 806 mots
    • 4 médias

    Si l'histoire du produit chimique remonte à 1853, lorsque le chimiste français Charles Gerhardt (1816-1856) synthétise l'acide acétylsalicylique, l'histoire de son principe actif est ancienne. Le papyrus d'Ebers (environ 3600 B.P.) mentionne déjà l'action des extraits de saule contre la fièvre, pratique...

  • AXELROD JULIUS (1912-2004)

    • Écrit par
    • 860 mots

    Biochimiste et pharmacologue américain, Julius Axelrod a reçu le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1970 pour ses travaux fondamentaux sur les neurotransmetteurs, qui ont permis de mieux comprendre la physiologie du système nerveux central et qui ont été à l'origine du développement de nouveaux...

  • CÉPHALÉE

    • Écrit par
    • 189 mots

    Terme désignant toute douleur située au niveau de la tête, mais habituellement réservé aux seules douleurs ressenties dans la boîte crânienne. La plupart des céphalées, certainement plus de 90 p. 100, n'ont pas de cause organique et sont imputables à une attention soutenue ou à une perturbation psychique...

  • Afficher les 12 références