ANGOR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un angor pectoris, ou angine de poitrine, est une manifestation clinique qui traduit une anoxie transitoire du muscle cardiaque.

Le diagnostic se fonde sur la nature des crises, que caractérisent des douleurs rétrosternales survenant typiquement à l'effort, brèves, constrictives.

L'électrocardiogramme est utile au diagnostic en permettant l'étude des troubles de la repolarisation myocardique.

L'étiologie essentielle de l'angine de poitrine est l'atteinte, par la maladie athéromateuse, des vaisseaux nourriciers du cœur, les artères coronaires ; atteinte dont l'angor est une des grandes manifestations, quelquefois la seule. L'évolution de ce processus pathologique est souvent indépendante de l'infarctus myocardique, qui en est, théoriquement, l'aboutissement, mais l'augmentation, en fréquence et en durée, des crises douloureuses doit faire soupçonner l'imminence d'un accident du type infarctus.

Au traitement médical classique, dont l'efficacité est inégale car il est surtout symptomatique, s'est ajoutée récemment la technique chirurgicale du pontage aorto-coronarien (qui vise à rétablir un débit coronarien satisfaisant). Les indications reposent notamment sur un bilan lésionnel précis obtenu par la coronographie.

—  François BOURNÉRIAS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ANGOR  » est également traité dans :

ANTIANGOREUX

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT
  •  • 766 mots

Les médicaments qui appartiennent à plusieurs classes chimiques concourant, par des mécanismes parfois multiples, à s'opposer à la crise d'angor, ou angine de poitrine ou coronarite, sont appelés antiangoreux. La coronarite résulte d'une anoxie brutale et transitoire qui traduit un déséquilibre entre les besoins en oxygène du muscle cardiaque (myoc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiangoreux/#i_31992

ATHÉROSCLÉROSE

  • Écrit par 
  • Loïc CAPRON
  •  • 5 336 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Maladies imputables à l'athérosclérose »  : […] L'athérosclérose ne se localise qu'en certains segments des artères de gros et moyen calibre, correspondant généralement à des zones où la circulation du sang soumet la paroi de l'artère à des contraintes physiques particulières : courbures, bifurcations, branchements. La manifestation la plus commune est la maladie coronaire ou ischémie du myocar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atherosclerose/#i_31992

CŒUR - Chirurgie cardiaque

  • Écrit par 
  • Claude d' ALLAINES, 
  • Christian CABROL
  •  • 6 514 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Traitement chirurgical des maladies des artères coronaires »  : […] Comme certaines des artères de l'organisme (artères carotides, artères des membres inférieurs), les artères coronaires, qui nourrissent le cœur, peuvent voir leurs parois s'épaissir en raison de la formation de dépôts à leur intérieur ( athérome). Ces dépôts rétrécissent la lumière des vaisseaux, entraînant des sténoses habituellement très localisé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coeur-chirurgie-cardiaque/#i_31992

CŒUR - Maladies cardio-vasculaires

  • Écrit par 
  • Jean-Yves ARTIGOU, 
  • Yves GROSGOGEAT, 
  • Paul PUECH
  •  • 16 124 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le syndrome de menace »  : […] Le syndrome de menace réalise un tableau intermédiaire entre l' angor stable et l'infarctus du myocarde. Il est aussi appelé angor instable. Il correspond à une aggravation d'un rétrécissement préexistant de l'artère, soit par rupture de plaque athéromateuse et thrombose, soit par un spasme surajouté, ce qui amène à craindre le passage à l'infarct […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coeur-maladies-cardio-vasculaires/#i_31992

Pour citer l’article

François BOURNÉRIAS, « ANGOR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/angor/