DÉTERGENTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire

Le savon, dont une recette de fabrication a été retrouvée sur des tablettes sumériennes (1 500 av. J.-C.), est longtemps resté un produit de luxe. Ce n'est qu'au xiiie siècle que, en France, on commença à le produire industriellement à partir de cendres de hêtres et de suif de chèvre, remplacé deux siècles plus tard par l'huile d'olive. En 1823, le chimiste français Eugène Chevreul (1786-1889) découvrit que le savon résulte d'une réaction chimique entre les alcalis et les triglycérides, la saponification. De nombreuses fabriques se développèrent alors dans la région méditerranéenne et le célèbre « savon de Marseille » vit le jour. Au début du xxe siècle, les premières formules de détergents contenant à la fois du silicate de sodium pour adoucir l'eau et du perborate de sodium pour éliminer les taches colorées furent réalisées en Allemagne. Par la suite, furent élaborés des produits de synthèse tels que les sulfates d'alcools gras. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la pénurie de graisses animales et végétales favorisa le développement des produits dérivés du pétrole. En 1946 apparut une nouvelle matière première, l'alkylbenzène sulfonate de sodium ou ABS, qui devint le tensioactif de synthèse le plus « célèbre » après le savon. D'autres molécules, comme les alcools gras polyéthoxylés, furent ensuite développées. Au début des années 1960, sous la pression écologique, l'ABS, peu biodégradable, fut remplacé par l'alkylbenzène sulfonate linéaire ou LAS. Parallèlement, des agents complexants efficaces furent introduits : les triphosphates ou tripolyphospates (TPP) puis, en raison de contraintes environnementales édictées dans certains pays, les zéolites. Les formulations actuelles, plus sophistiquées et plus performantes, contiennent des agents antiredéposition, des azurants optiques, des agents de contrôle de la mousse, des enzymes, des [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉTERGENTS  » est également traité dans :

COLLOÏDES

  • Écrit par 
  • Didier ROUX
  •  • 5 985 mots

Dans le chapitre « Applications industrielles des mélanges de tensioactifs stables »  : […] L'application industrielle la plus importante des solutions colloïdales stables concerne le domaine des détergents. Dissoudre des corps hydrophobes (graisses, poussières, pigments, etc.) est la caractéristique des solutions micellaires. Les propriétés de surface de ces solutions sont aussi importantes. Il faut distinguer les détergents, qui sont généralement des molécules dont la tête polaire est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colloides/#i_30005

EXTRÉMOPHILES

  • Écrit par 
  • Jacques DIETRICH, 
  • Jean GUEZENNEC
  •  • 2 850 mots

Dans le chapitre « Détergents »  : […] C'est dans les années 1960 qu'est apparue la première protéase d'origine bactérienne dans les lessives. La recherche s'est ensuite orientée vers d'autres types de protéases, mais également de lipases (pour les taches dues aux huiles et aux graisses), d'amylases (nettoyage des taches produites par les aliments amylacés), de cellulases (enzymes permettant de raviver et d'assouplir les tissus en cot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/extremophiles/#i_30005

INTERFACES

  • Écrit par 
  • Simone BOUQUET, 
  • Jean-Paul LANGERON
  •  • 8 284 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Effets des agents de mouillage »  : […] Ils sont en général formés d'une chaîne hydrocarbonée, la queue, et d'une tête polaire ou ionique . La queue n'a pas d'affinité pour les molécules d'eau de l'environnement, elle est hydrophobe. La tête, par contre, agit fortement avec de l'eau (interaction dipôle-dipôle ou ion-dipôle) et elle est solvatée : elle est hydrophile. C'est cette différence ent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interfaces/#i_30005

MICELLES

  • Écrit par 
  • Raoul ZANA
  •  • 681 mots
  •  • 1 média

Objets submicroscopiques constitués par l'association de quelques dizaines de molécules, les micelles (du latin mica  : grain) se forment, au-dessus d'une certaine concentration, dans les solutions aqueuses de composés divers dits amphiphiles. Les composés amphiphiles sont caractérisés par une structure moléculaire qui comporte une ou des parties hydrophiles (ayant une forte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/micelles/#i_30005

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis HO TAN TAÏ, Véronique NARDELLO-RATAJ, « DÉTERGENTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/detergents/