DÉTERGENTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Produits pour la vaisselle

Produits pour laver la vaisselle à la main

Les salissures sont de nature alimentaire à base de glucides (sucres, féculents, hydrates de carbone...), de lipides (graisses végétales ou animales), de protides (viande, lait, poisson...), de sels minéraux, de colorants. Les difficultés d'enlèvement des salissures dépendent de l'énergie apportée : la somme des énergies thermiques (eau chaude), physico-chimique (détergent) et mécanique (frottement) doit être supérieure aux énergies qui assurent la cohésion de la salissure et son adhésion à la surface solide.

Les liquides pour la vaisselle contiennent des LAS en C11-C12 associés à des éthersulfates comme le lauryléthersulfate de sodium ou d'ammonium (LES) avec 2 ou 3 motifs d'oxydes d'éthylène, moins sensible à la dureté de l'eau. Ces tensioactifs agissent en synergie, fournissent une bonne qualité de mousse et sont moins agressifs pour la peau. Les LES peuvent aussi être associés aux sulfates d'alcools gras, aux á-oléfines sulfonates (AOS), aux alkylsulfonates secondaires (SAS), qui procurent un bon pouvoir moussant quelle que soit la dureté de l'eau. Ces combinaisons sont très performantes et permettent une utilisation fréquente, mais elles sont aussi plus chères.

Le LAS dégraisse fortement la peau et peut provoquer un dessèchement des mains. Les formules contiennent donc des agents destinés à protéger les mains, justifiant la revendication « doux pour les mains ». On trouve ainsi des protéines dérivées du collagène, des additifs à base de lanoline, des tensioactifs émollients, notamment des amphotères tels que le cocoamidopropylbétaïne.

La stabilité et la viscosité des liquides pour la vaisselle peuvent être contrôlées à l'aide d'hydrotropes tels que le xylène sulfonate de sodium (XSS), l'urée ou l'éthanol. Les chlorures de sodium, potassium ou magnésium sont utilisés pour augmenter la viscosité.

Produits pour laver la vaisselle en machine

Le marché des lave-vaisselle est en constante progression et les produits pour le lavage de la vaisselle en machine représentent un marché porteur et souvent innovant. Trois produits sont utilisés : les produits de lavage, les produits de rinçage et les sels régénérants.

Les produits de lavage

Les poudres conventionnelles sont apparues dans les années 1960. Leur efficacité repose sur un mélange de tripolyphosphates, de métasilicate de sodium, d'agent chloré (sels de sodium ou de potassium de l'acide dichlorocyanurique) et d'une faible quantité de tensioactifs (copolymères d'oxydes de propylène et d'oxydes d'éthylène ou alcools polyéthoxylés). Aujourd'hui, pour des raisons de sécurité vis-à-vis du consommateur, ces formulations, classées corrosives par la présence de métasilicate fortement alcalin, sont peu à peu remplacées par des compositions moins irritantes et plus écologiques. Les ingrédients de base sont des phosphates ou citrates, des polymères, du disilicate, des tensioactifs et surtout des agents de blanchiment à base de TAED et de perborate ou percarbonate. L'absence d'agents chlorés permet d'ajouter des enzymes.

Les liquides présentent des avantages supplémentaires : mise en solution très rapide, absence de sensibilité à l'humidité évitant la prise en masse, utilisation simple. Ils contiennent des agents chlorés introduits sous forme de microcapsules de cire ayant un point de fusion vers 46 0C. Cette technique permet de protéger les enzymes dans le produit au cours du stockage tout en leur permettant d'agir efficacement dans la machine. Ces formulations liquides peuvent être incorporées dans une capsule constituée d'un film soluble, la capsule étant « prédosée » et « prête à l'emploi ».

Les tablettes sont d'un emploi aussi simple que celui des capsules. La technique de base consiste à compacter des poudres pour les transformer en pastilles. On trouve des pastilles classiques qui remplacent les poudres à laver et les « pastilles 3 en 1 » qui jouent les rôles de produit de lavage, de produit de rinçage et de sel régénérant.

Les produits de rinçage

Ils sont également appelés « aides de rinçage ». Leur rôle est, au cours du dernier rinçage et du séchage, d'aider l'eau à s'écouler uniformément sur les articles pour obtenir un séchage parfait et sans traces. Ils comportent des tensioactifs non ioniques, permettant d'abaisser [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DÉTERGENTS  » est également traité dans :

COLLOÏDES

  • Écrit par 
  • Didier ROUX
  •  • 5 985 mots

Dans le chapitre « Applications industrielles des mélanges de tensioactifs stables »  : […] L'application industrielle la plus importante des solutions colloïdales stables concerne le domaine des détergents. Dissoudre des corps hydrophobes (graisses, poussières, pigments, etc.) est la caractéristique des solutions micellaires. Les propriétés de surface de ces solutions sont aussi importantes. Il faut distinguer les détergents, qui sont généralement des molécules dont la tête polaire est […] Lire la suite

EXTRÉMOPHILES

  • Écrit par 
  • Jacques DIETRICH, 
  • Jean GUEZENNEC
  •  • 2 850 mots

Dans le chapitre « Détergents »  : […] C'est dans les années 1960 qu'est apparue la première protéase d'origine bactérienne dans les lessives. La recherche s'est ensuite orientée vers d'autres types de protéases, mais également de lipases (pour les taches dues aux huiles et aux graisses), d'amylases (nettoyage des taches produites par les aliments amylacés), de cellulases (enzymes permettant de raviver et d'assouplir les tissus en cot […] Lire la suite

INTERFACES

  • Écrit par 
  • Simone BOUQUET, 
  • Jean-Paul LANGERON
  •  • 8 288 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Effets des agents de mouillage »  : […] Ils sont en général formés d'une chaîne hydrocarbonée, la queue, et d'une tête polaire ou ionique . La queue n'a pas d'affinité pour les molécules d'eau de l'environnement, elle est hydrophobe. La tête, par contre, agit fortement avec de l'eau (interaction dipôle-dipôle ou ion-dipôle) et elle est solvatée : elle est hydrophile. C'est cette différence entre la tête et la queue qui confère au surfa […] Lire la suite

MICELLES

  • Écrit par 
  • Raoul ZANA
  •  • 681 mots
  •  • 1 média

Objets submicroscopiques constitués par l'association de quelques dizaines de molécules, les micelles (du latin mica  : grain) se forment, au-dessus d'une certaine concentration, dans les solutions aqueuses de composés divers dits amphiphiles. Les composés amphiphiles sont caractérisés par une structure moléculaire qui comporte une ou des parties hydrophiles (ayant une forte affinité pour l'eau) e […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

29 juillet 1988 Italie. Constitution d'un groupe chimique de niveau mondial par E.N.I. et Montedison

Axé essentiellement sur la chimie de base, les fibres et le caoutchouc synthétiques, le nouveau groupe sera également présent dans les secteurs des détergents et de l'agrochimie. Son chiffre d'affaires (13 000 milliards de lires, environ 62 milliards de francs) devrait le situer au dixième ou onzième rang mondial, devant Rhône-Poulenc. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis HO TAN TAÏ, Véronique NARDELLO-RATAJ, « DÉTERGENTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/detergents/