Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DIDEROT DENIS (1713-1784)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Il est vrai que toute grande œuvre se suffit : mais plus l'auteur a été engagé dans l'action, plus il a procédé par allusions, avouées ou secrètes, à son expérience, plus il s'est exprimé et trahi par son style, plus, alors, sa vie nous éclaire. Or, toutes ces raisons valent pour Diderot : il faut tenter de le connaître. Pour commencer par les dehors, on lira des biographies. On ira plus avant en ouvrant la Correspondance, où, comme a dit Paul Vernière, on a déjà « le véritable Diderot, naïf mais madré, enthousiaste mais rationnel, simple et pontifiant, jovial et mélancolique, généreux et intéressé, indiscret et fidèle, impudique et secret ». Un troisième visage – sans parler de ceux que procurerait l'enquête psychanalytique – apparaîtrait en décryptant (ce travail est loin d'être fait) les souvenirs et allusions parfois énigmatiques que l'auteur, surtout vieillissant, a multipliés dans ses œuvres. Parmi d'autres énigmes, pourquoi, dans Jacques le Fataliste, avoir situé rue Traversière, où il a habité, une maison de passe ? Pourquoi mettre dans la bouche de d'Alembert et de Julie de Lespinasse une doctrine qui ne pouvait être la leur ?

<it>Figure de fantaisie</it>, J. H. Fragonard - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Figure de fantaisie, J. H. Fragonard

On s'en tiendra ici au cadre biographique. Dans ce cadre, en arrière-fond, on aurait à peindre le siècle de Louis XV tel qu'il pouvait apparaître à un Parisien averti, avec ses guerres, ses voyages, ses colonisations, ses théories économiques, avec, plus proches du modèle, les luttes qui opposent le Parlement janséniste à la Cour acquise aux jésuites, avec, enfin, en avant-plan, dans l'éclairage des Lumières, tous les événements philosophiques qui alimentaient journaux, pamphlets, traités, essais. Quant au modèle même, Diderot, il faudrait, par un système de miroirs, en montrer les divers visages simultanés ou successifs : ici, le philosophe qui médite sur la nature de la matière, du mouvement, de la vie ou de l'« âme » ; là, le critique d'art ; ailleurs, le directeur de l'Encyclopédie, qui improvise, qui compile, s'instruit de toutes sortes de métiers ; dans un autre miroir, le dramaturge qui théorise ou qui sermonne ; à moins que ce ne soit le conteur ou le satiriste ; ou encore l'épistolier. Auteur innombrable, l'un des plus représentatifs de son temps, et l'un de ceux qui lui survivent.

La vie

Naissance d'un « philosophe »

Il naît à Langres le 5 octobre 1713. De sa mère, il ne parlera que par occasions. En revanche, son père, un petit industriel coutelier, garde sur lui une influence décisive : « Un des moments les plus doux de ma vie, ce fut [...] lorsque mon père me vit arriver du collège les bras chargés de prix. Du plus loin qu'il m'aperçut, il laissa son ouvrage, il s'avança sur sa porte et se mit à pleurer. C'est une belle chose qu'un homme de bien et sévère qui pleure. » Voilà le ton. Sans cette image paternelle on ne comprendrait ni que le fils ait tenu à écrire dans l'Encyclopédiel'article « Coutelier », ni, d'une façon générale, le moralisme dont les Entretiens d'un père avec ses enfants, pris sur le vif, à Langres, proposent le modèle, que l'on retrouve sous la plume du dramaturge (Le Père de famille, 1758 ; Le Fils naturel, 1757), du critique d'art (sur Greuze) ou littéraire (sur Richardson), etc. Ce moralisme, souvent trop bavard – rien de tel chez un La Mettrie ou un Helvétius – n'en apparaît pas moins, dans l'œuvre, en permanent conflit avec l'amoralisme, comme si la nature et la société ne cessaient de se quereller en un dialogue semblable à celui du Philosophe et du neveu de Rameau. Denis va avoir quatre sœurs. L'aînée l'étonnera : Socrate femme. La plus jeune, Angélique, finira folle dans un couvent d'ursulines ; il s'en souviendra en composant La[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à l'université de Paris-I-Sorbonne

Classification

Pour citer cet article

Yvon BELAVAL. DIDEROT DENIS (1713-1784) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

<it>Figure de fantaisie</it>, J. H. Fragonard - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Figure de fantaisie, J. H. Fragonard

<em>Encyclopédie </em>de Diderot et d’Alembert - crédits : AKG-Images

Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Autres références

  • ENCYCLOPÉDIE (D. Diderot et J. Le Rond d'Alembert) - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 138 mots
    • 1 média

    L'Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Denis Diderot (1713-1784) et de Jean Le Rond d'Alembert (1717-1783) a pris très tôt valeur de symbole. En elle se trouvent concentrés l'appétit de savoir qui habite le xviiie siècle, son goût des...

  • JACQUES LE FATALISTE ET SON MAÎTRE, Denis Diderot - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 964 mots

    Composé de 1771 à 1783, Jacques le fataliste ne fut connu du vivant de Diderot (1713-1784) que de la poignée de lecteurs princiers ou privilégiés de la Correspondance littéraire, périodique manuscrit qui le publia en une quinzaine de livraisons, de novembre 1778 à juin 1780, complétées par deux...

  • LA RELIGIEUSE, Denis Diderot - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 575 mots

    La Religieuse est un roman de Denis Diderot (1713-1784) qui trouve son origine dans une supercherie. En 1760, avec la complicité de quelques amis, dont Friedrich Melchior Grimm, Diderot imagine un stratagème pour faire revenir à Paris leur ami, le marquis de Croismare, retiré dans son domaine normand....

  • LE FILS NATUREL, SUIVI DE ENTRETIENS SUR LE FILS NATUREL, Denis Diderot - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 178 mots

    « Il n'y a plus, à proprement parler, de spectacles publics. Quel rapport entre nos assemblées au théâtre dans les jours les plus nombreux, et celles du peuple d'Athènes ou de Rome ? » Parce qu'il n'y a plus d'assemblée civique, et pour « intéresser » l'homme éclairé du ...

  • LE NEVEU DE RAMEAU, Denis Diderot - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 965 mots
    • 1 média

    Le texte qui est sans doute devenu le plus célèbre de Diderot (1713-1784) est resté ignoré de ses contemporains. Il manque aux Œuvres complètes éditées par Naigeon en 1798. Il n'a été publié pour la première fois qu'en 1805, plus de vingt ans après la mort de l'auteur, dans une traduction allemande...

  • PARADOXE SUR LE COMÉDIEN (D. Diderot) - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 049 mots

    Moderne, le xviiie siècle l'est notamment par sa réflexion sur les fondements de la mimésis : si la question du théâtre, de sa légitimité, de sa moralité, divise les Philosophes, c'est que son enjeu est emblématique. Faut-il lire le Paradoxe sur le comédien comme une réponse de...

  • SALONS, Denis Diderot - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 106 mots

    C'est en 1759, à la demande de son ami Friedrich Melchior Grimm, que Diderot (1713-1784) se lança dans la critique d'art, un genre dont il est, avec ses Salons, reconnu aujourd'hui comme un des principaux fondateurs. Encore cela ne se fit-il qu'après sa mort : ses textes, de son vivant,...

  • SALONS (Diderot)

    • Écrit par
    • 232 mots
    • 1 média

    Considérés aujourd'hui comme l'un des textes emblématiques de la critique d'art, les Salons de Diderot ne furent, en leur temps, connus que d'un très petit nombre de personnes. Diderot entreprit, en 1759, d'écrire pour la Correspondance littéraire, éditée par son ami...

  • SALONS DE DIDEROT- (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 159 mots

    1759 Premier Salon de Diderot.

    1761-1771 Diderot donne un compte rendu de chaque Salon qui a lieu à Paris tous les deux ans.

    1766 Essai sur la peinture.

    1775 Après une interruption en 1773, nouveau Salon mais très bref.

    1777 Diderot ne donne pas de Salon, mais ses Pensées détachées sur la peinture...

  • SUPPLÉMENT AU VOYAGE DE BOUGAINVILLE, Denis Diderot - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 969 mots

    La genèse et l'édition des œuvres de Diderot (1713-1784) sont souvent complexes et problématiques : comme le Paradoxe sur le comédien (conçu en 1769, publié en 1830), le Supplément au Voyage de Bougainville n'est à l'origine qu'un compte rendu de lecture destiné à ...

  • ACTEUR

    • Écrit par
    • 6 815 mots
    • 2 médias
    ...déjà « ampullas et sesquipedalia verba », c'est-à-dire « des sentences, des bouteilles soufflées, des mots longs d'un pied et demi ». Diderot va se faire quant à l'esthétique théâtrale le héraut de cette évolution prônant le « naturel ». À la déclamation classique soutenue par des techniques...
  • ALEMBERT JEAN LE ROND D' (1717-1783)

    • Écrit par
    • 2 874 mots
    • 2 médias
    Engagé en 1745 avec Diderot par le libraire Le Breton pour traduire la Cyclopedia de Chambers, d'Alembert s'était lié d'amitié avec Condillac et avec Rousseau, mais il rompit plus tard avec ce dernier. Promu codirecteur « pour la partie mathématique » de l'ouvrage devenu ...
  • GENRES DRAMATIQUES

    • Écrit par
    • 1 606 mots
    ...drame » dans le Dictionnaire de l'Académie datant seulement de 1762. Il se fonde sur une opposition conjointe à la tragédie et à la comédie. Dans ses Entretiens avec Dorval, annexe à sa pièce Le Fils naturel(1757), Denis Diderot affirme en effet la nécessité d'un retour à l'imitation du réel....
  • COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

    • Écrit par
    • 6 503 mots
    • 2 médias
    ...mettent en cause le principe même de la colonisation, en particulier le droit de l'occupant. « Si un Taïtien débarquait un jour sur vos côtes, s'écrie Diderot, et s'il gravait sur une de vos pierres ou sur l'écorce d'un de vos arbres : ce pays appartient aux habitants de Taïti, qu'en penserais-tu ? »...
  • Afficher les 42 références