LA RELIGIEUSE, Denis DiderotFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Religieuse est un roman de Denis Diderot (1713-1784) qui trouve son origine dans une supercherie. En 1760, avec la complicité de quelques amis, dont Friedrich Melchior Grimm, Diderot imagine un stratagème pour faire revenir à Paris leur ami, le marquis de Croismare, retiré dans son domaine normand. La petite bande rédige, en s’inspirant d’une affaire réelle (le procès intenté vainement, en 1755, par une religieuse, Marguerite Delamarre, pour être délivrée de ses vœux), une série de lettres censées être écrites par une religieuse évadée d’un couvent, et adressées au marquis pour lui demander de l’aide. Apparemment mystifié, celui-ci répond et l’échange se poursuit durant quelques mois. Dix ans plus tard, dans la Correspondance littéraire, Grimm révèle la supercherie et publie les fausses lettres. Enfin, entre 1780 et 1782, toujours dans la Correspondance littéraire, Diderot fait paraître un roman intitulé La Religieuse. Entretemps, si le dispositif initial est resté le même, les lettres sont devenues des mémoires. Le texte ne sera publié en volume qu’en 1796, soit douze ans après la mort de l’auteur, complété par le récit de Grimm et les lettres, le tout en partie réécrit. Maintes fois réédité et traduit en plusieurs langues, le livre connaîtra un succès parfois ambigu : s’il a pu séduire les amateurs de romans libertins auxquels il emprunte parfois sa trame, sa charge politique n’a guère faibli au fil du temps, comme en témoignait encore, en 1967, la censure de l’adaptation cinématographique de Jacques Rivette, Suzanne Simonin. La Religieuse de Diderot, qui fit grand bruit à l’époque.

Suzanne ou les infortunes de la vertu

Une religieuse, Suzanne Simonin, entreprend de rédiger ses mémoires à l’intention du marquis de C***, à qui elle demande protection. Fille mal aimée d’un avocat qui la soupçonne d’être le fruit d’une relation adultère de son épouse, elle voit se marier ses deux sœurs richement dotées, et est envoyée contre son gré au couvent. Après avoir refusé de prononcer ses vœux au terme de son noviciat, elle retourne chez ses parents où elle reste recluse plusieurs mois, puis finit par se soumettre et par entrer chez les Clarisses de l’abbaye royale de Longchamp pour y prendre définitivement le voile. Les deux premières années, l’austérité de cette vie monastique qu’elle n’a pas choisie est tempérée par la présence d’une mère supérieure bienveillante. Mais à la mort de celle-ci, sa remplaçante, la mère Sainte-Christine, la prend en aversion et lui fait subir privations, sévices et humiliations. Lorsqu’elle s’adresse à un avocat pour tenter de faire annuler ses vœux, son sort s’aggrave encore. Lors d’une visite, le grand vicaire découvre son état pitoyable et ordonne qu’on fasse cesser ce scandale. La situation de Suzanne s’adoucit alors quelque peu mais elle perd son procès et les tortures reprennent de plus belle. Elle est sur le point de mourir lorsque, à l’occasion d’une nouvelle visite, le grand vicaire lui annonce que, grâce à l’action de son avocat, elle va être tirée des griffes de la mère Sainte-Christine et transférée au couvent Saint-Eutrope d’Arpajon.

Là règne, tout à l’inverse, une forme de frivolité, voire de licence. La sensualité y est omniprésente, sous l’influence de la mère supérieure qui entretient des relations troubles avec les sœurs et ne tarde pas à tomber amoureuse de Suzanne. Celle-ci, toujours innocente et vertueuse, se voit ainsi devenir l’objet d’un désir qu’elle devine scandaleux. Au récit des tourments physiques et moraux infligés à Longchamp succèdent des scènes assez suggestives pour laisser peu de doutes sur la nature de la « tendresse » de la mère supérieure, qui se mue en véritable passion, dévorante et destructrice. En lutte contre ses propres pulsions, passant brutalement de l’abandon à ses désirs à la culpabilité et à la contrition, littéralement consumée par son attirance pour Suzanne, la mère supérieure, convaincue d’être damnée, renonce à toute nourriture et sombre dans la folie. Les mémoires proprement dites s’achèvent ici, laissant la place à des fragments dans lesquels Suzanne raconte la mort atroce de la mère supérieure, son évasion du couvent, au cours de laquelle elle se blesse aux jambes, son enlèvement par un « jeune bénédictin », son séjour à l’hôpital Sainte-Catherine, puis son engagement chez une blanchisseuse et la t [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LA RELIGIEUSE, Denis Diderot  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIIe s.

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 7 653 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Naissance de l’intellectuel »  : […] Bien sûr, il serait illégitime d’annexer la littérature française du xviii e  siècle aux Lumières , comme mouvement de pensée et comme ensemble de valeurs. Cependant, leur emprise est telle qu’elle la marque tout entière. La notion même de « Lumières » est si vaste et recouvre des aspects si variés que seules les pensées adverses peuvent en être vraiment exceptées. Encore pourrait-on dire que, par […] Lire la suite

Les derniers événements

31 août 2022 O.N.U. – Chine. Publication du rapport du Haut-Commissariat aux droits de l'homme sur les Ouïgours.

Le rapport dénonce également les atteintes à la liberté religieuse, à l’identité linguistique, à la liberté de circulation ou aux droits reproductifs dans le Xinjiang, ainsi que la séparation des familles, et les soupçons de travail forcé. En visite en Chine en mai, Michelle Bachelet s’était montrée réservée sur la situation dans le Xinjiang et a tardé à publier ce rapport. […] Lire la suite

1er-29 août 2022 Irak. Affrontements entre partisans sadristes et milices chiites.

Il désavoue implicitement la légitimité religieuse de Moqtada al-Sadr. Le 29, Moqtada al-Sadr annonce son retrait de la vie politique. Des affrontements qui feront plusieurs dizaines de morts opposent aussitôt, dans la zone verte, les membres de la milice sadriste des Brigades de la paix aux forces gouvernementales, ainsi qu’aux milices pro-iraniennes de la Mobilisation populaire. […] Lire la suite

1er mai 2022 Maroc. Grâce royale accordée à des condamnés pour « terrorisme ou extrémisme ».

Le roi a gracié au total neuf cent cinquante-huit personnes à l’occasion de la fête religieuse de l’Aïd el-Fitr.  […] Lire la suite

15 mars 2022 Inde. Polémique au sujet de l'interdiction du port du voile à l'école dans le Karnataka.

En effet, les magistrats ont jugé que cette interdiction ne contrevenait pas au droit fondamental de pratiquer sa religion, estimant que le port du hijab « ne constitue pas une pratique religieuse essentielle dans la foi islamique ». Ce jugement apparaît comme un soutien à l’idéologie suprémaciste de l’hindutva qui défend la supériorité du mode de vie hindou, largement majoritaire en Inde – l’Islam constituant la principale minorité. […] Lire la suite

2-19 septembre 2021 Afghanistan. Victoire talibane dans le Panshir et présentation du nouveau gouvernement.

Le 17, le gouvernement publie une Constitution dont l’article premier énonce que « les lois et la politique seront fondées sur la jurisprudence hanafite », en référence à la principale école religieuse islamique sunnite. Le 19, le groupe État islamique au Khorassan (EI-K) revendique des attentats meurtriers commis depuis la veille à Jalalabad, dans l’est du pays, les premiers depuis le départ des forces américaines fin août. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « LA RELIGIEUSE, Denis Diderot - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/la-religieuse/