CYNISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une morale de la subversion

L'assurance du cynique pousse des racines profondes dans l'ascèse – découverte et apprentissage de soi. Celle-ci donne sens à son prosélytisme et efficacité à son opportunisme, et le garantit de la duperie des conventions ; que celles-ci s'installent dans le rapport social ou dans la société que l'on forme avec soi-même. Il est ainsi avéré que la première des règles de vie est la prudence. C'est dire que le cynisme n'est pas complaisance narcissique quoiqu'il tire son pouvoir cathartique de l'affirmation exacerbée du moi et arrime les valeurs à la subjectivité solipsiste. Mais cet égotisme extraverti trouve son corollaire dans l'implicite reconnaissance de la pure altérité ou liberté d'autrui. C'est pourquoi le cynique fait image et modèle : la vertu réside dans les actes que l'on pose et par lesquels on est susceptible d'enseigner en édifiant ; le chemin vers la vérité est d'occasions. Il n'y a pas de science possible des conduites libres ; mais un rapport de maître à disciple où apprendre équivaut à s'exercer à l'imitation des maîtres artisans qui détiennent les tours de main et dont le secret est de persévérance. Enseignement critique et tout négatif sur le plan de la transmission d'un savoir, car ce rapport est d'abord vécu, et vécu dramatiquement, comme l'est l'autonomie de tout sujet en devenir : nature, dont la vertu éducative réside pour l'essentiel dans la subversive exemplarité.

Avatar du regard d'autrui, le cynisme témoigne de lui-même par la qualité de percussion et de résonance qu'il engendre : ses excès, qu'ils soient d'ascèse orgueilleuse, de franc-parler ou de libertinage, sont toujours polémiques ; reposoir ostentatoire et privilégié de la méditation et de la contemplation actives et militantes. À chacun d'atteindre le bien : il suffit d'imaginer pour vouloir et, pour imaginer de s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, assistant au département de philosophie de l'université de Poitiers

Classification


Autres références

«  CYNISME  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 115 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La philosophie à Athènes aux Ve et IVe siècles avant J.-C. »  : […] L'exemple d'Anaxagore, bientôt suivi de celui, plus tragique, de Socrate, montre quelles difficultés dut surmonter la philosophie pour s'implanter à Athènes. La tradition proprement athénienne était en effet tout autre et rien moins que spéculative. L'intérêt exclusif que les Athéniens accordaient à la parole comme lieu privilégié des relations humaines les condamnait à se désintéresser du spectac […] Lire la suite

ANTISTHÈNE (env. 440-env. 370 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 231 mots

Disciple de Socrate et maître de Diogène le Cynique, Antisthène, comme le firent un peu plus tard les mégariques, considérait le langage discursif comme étant incapable de décrire adéquatement la réalité concrète des unités individuelles. On ne peut dire « un homme est bon », mais seulement « le bon est bon », « l'homme est homme » (Platon, Sophiste , 251 a). Définir une chose par autre chose qu'e […] Lire la suite

ASCÈSE & ASCÉTISME

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 4 663 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ascétisme en Grèce »  : […] L' ascétisme a joué un grand rôle dans certaines des écoles philosophiques de la Grèce ancienne. On distinguera ici une tradition dualiste de l'ascèse- purification et une tradition « réaliste » de l'ascèse comme retour à la nature. La première remonte au pythagorisme et à l' orphisme. C'est la tradition du corps-tombeau ( sôma =  sêma ) à laquelle Platon a donné ses lettres de noblesse dans le […] Lire la suite

DIOGÈNE LE CYNIQUE (413-327 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 396 mots

Diogène de Sinope, du nom de sa ville natale sur la mer Noire, est plus connu sous le sobriquet de Chien (Aristote, Rhétorique , 1411 a 24), qui le désigne comme fondateur de la secte cynique. Il mourut à Corinthe, qui lui consacra une colonne surmontée d'un chien, tandis que ses concitoyens lui élevaient une statue. Sa vie est un tissu d'anecdotes aussi significatives, et sans doute fausses, que […] Lire la suite

DION CHRYSOSTOME DIO COCCEIANUS dit (40-120)

  • Écrit par 
  • Marcel BÉNABOU
  •  • 761 mots

Le rhéteur grec Diôn ho Khrusostomos (Dio Cocceianus), à qui sera donné le surnom de Chrysostome (c'est-à-dire Bouche d'or), est né à Pruse en Bithynie, dans une famille riche. Il reçoit une bonne éducation qui lui permet de débuter comme rhéteur et de connaître le succès. Mais des difficultés l'amènent à quitter sa patrie et à se rendre à Rome, sous le règne de Vespasien. En 82, indirectement imp […] Lire la suite

LANGAGE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 304 mots

Dans le chapitre « Les mots et les choses »  : […] Dès la philosophie grecque, deux approches ont pu être théorisées. La première repose sur l’absence de dissociation entre les mots et les choses, la seconde sur une séparation radicale entre les uns et les autres. La première approche prend racine dans une conception magique ou infantile du langage, ou encore dans ce qu’on a pu qualifier d’« obstacle épistémologique ». L’idée selon laquelle la vil […] Lire la suite

PROMÉTHÉE

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 713 mots

Titan, fils de Japet, Prométhée est le « prévoyant » : il connaît tout d'avance, il a tout prévu, contrairement à son frère, Épiméthée, qui ne comprend qu'après. Dans un des mythes de la souveraineté, la puissance de Zeus est tenue en échec par le savoir de Prométhée qui en sait plus que tout dieu ou tout homme mortel. Zeus a triomphé des Titans, mais il est menacé par un mariage avec une femme do […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-29 juin 2018 • Italie • Durcissement de la politique migratoire.

de « victoire », sur les réseaux sociaux, le fait que des migrants secourus au large de la Libye accostent ailleurs qu’en Italie. Le 12, le président français Emmanuel Macron critique le « cynisme » et l’« irresponsabilité » du gouvernement italien. Rome dénonce les « leçons hypocrites de pays qui, en termes [...] Lire la suite

3-8 mai 2001 • France • Révélations sur la pratique de la torture pendant la guerre d'Algérie.

de ses « regrets » d'avoir eu à accomplir ces exactions, refuse qu'on les qualifie d'« assassinats » et nie tout « cynisme » de sa part. Le 17, le parquet de Paris ordonne une enquête préliminaire, préalable à l'ouverture d'une information judiciaire, sur les propos du général Aussaresses, dans le cadre [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri WETZEL, « CYNISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cynisme/