CYNISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cynisme : la philosophie n'a pas fait un concept pondéré de ce terme abstrait qui désigne une réalité aussi opaque que l'idée est immédiatement polémique. Comme l'indique son étymologie, c'est à l'histoire de la philosophie pourtant que l'on est d'abord renvoyé. Emprunté au latin de basse époque cynismus et dérivé du grec κυνισμ́ος, il sert de nom abstrait à κυνικ́ος, « qui appartient à l'école cynique » et « qui concerne le chien ». Cette école était ainsi appelée parce que ses adeptes avaient du chien la vigilance hargneuse et que d'autre part ils se réunissaient au lieu dit τ̀ο Kυν́οσαργες, « le chien agile ». En l'occurrence, les documents sont rares et les témoignages contradictoires. Il reste que la doxographie présente moins un corps de doctrine qu'une suite de personnages dont la légendaire impertinence et la pertinence des attitudes qui lui donnent sens prêtent à sourire mais aussi à penser. Au substantif cynisme se substitue donc d'entrée de jeu la dénomination cyniques ou le qualificatif cynique qui désigne une manière de vivre.

Des brèches sur le naturel

Le cynique, peu ou prou et à des titres divers, affecte de braver les convenances ; selon les figures historiques ou quotidiennes auxquelles on se réfère, il fera montre de l'austérité ou de l'impudeur la plus excessive, de l'impudence la plus retorse ou sentencieuse. On se rappelle Diogène de Sinope (413-327 av. J.-C.), le plus populaire des cyniques, ses bons mots, ses excentricités ; homme-chien au seuil de son tonneau, hargneux et affichant son mépris pour Alexandre maître dieu. Multiplicité d'images dont le cynisme à travers les temps conserve les traits les plus distinctifs, les améliorant au gré des situations qu'il provoque et qui le provoquent : insolence persuasive qui plus qu'elle ne convainc suggère par des formules quasi publicitaires. Argumente-t-il, le cynique va jusqu'à se substituer à son adversaire, assumant les deux rôles tour à tour en une diatribe subversive et endiablée ; cette intolérance railleuse exploite au maximum le mordant d'une sit [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, assistant au département de philosophie de l'université de Poitiers

Classification


Autres références

«  CYNISME  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 115 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La philosophie à Athènes aux Ve et IVe siècles avant J.-C. »  : […] L'exemple d'Anaxagore, bientôt suivi de celui, plus tragique, de Socrate, montre quelles difficultés dut surmonter la philosophie pour s'implanter à Athènes. La tradition proprement athénienne était en effet tout autre et rien moins que spéculative. L'intérêt exclusif que les Athéniens accordaient à la parole comme lieu privilégié des relations humaines les condamnait à se désintéresser du spectac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-naissance-de-la-philosophie/#i_17139

ANTISTHÈNE (env. 440-env. 370 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 231 mots

Disciple de Socrate et maître de Diogène le Cynique, Antisthène, comme le firent un peu plus tard les mégariques, considérait le langage discursif comme étant incapable de décrire adéquatement la réalité concrète des unités individuelles. On ne peut dire « un homme est bon », mais seulement « le bon est bon », « l'homme est homme » (Platon, Sophiste , 251 a). Définir une chose par autre chose qu'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antisthene/#i_17139

ASCÈSE & ASCÉTISME

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 4 663 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ascétisme en Grèce »  : […] L' ascétisme a joué un grand rôle dans certaines des écoles philosophiques de la Grèce ancienne. On distinguera ici une tradition dualiste de l'ascèse- purification et une tradition « réaliste » de l'ascèse comme retour à la nature. La première remonte au pythagorisme et à l' orphisme. C'est la tradition du corps-tombeau ( sôma =  sêma ) à laquelle Platon a donné ses lettres de noblesse dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ascese-et-ascetisme/#i_17139

DIOGÈNE LE CYNIQUE (413-327 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 396 mots

Diogène de Sinope, du nom de sa ville natale sur la mer Noire, est plus connu sous le sobriquet de Chien (Aristote, Rhétorique , 1411 a 24), qui le désigne comme fondateur de la secte cynique. Il mourut à Corinthe, qui lui consacra une colonne surmontée d'un chien, tandis que ses concitoyens lui élevaient une statue. Sa vie est un tissu d'anecdotes aussi significatives, et sans doute fausses, que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diogene-le-cynique/#i_17139

DION CHRYSOSTOME DIO COCCEIANUS dit (40-120)

  • Écrit par 
  • Marcel BÉNABOU
  •  • 761 mots

Le rhéteur grec Diôn ho Khrusostomos (Dio Cocceianus), à qui sera donné le surnom de Chrysostome (c'est-à-dire Bouche d'or), est né à Pruse en Bithynie, dans une famille riche. Il reçoit une bonne éducation qui lui permet de débuter comme rhéteur et de connaître le succès. Mais des difficultés l'amènent à quitter sa patrie et à se rendre à Rome, sous le règne de Vespasien. En 82, indirectement imp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dio-cocceianus-dion-chrysostome/#i_17139

LANGAGE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 304 mots

Dans le chapitre « Les mots et les choses »  : […] Dès la philosophie grecque, deux approches ont pu être théorisées. La première repose sur l’absence de dissociation entre les mots et les choses, la seconde sur une séparation radicale entre les uns et les autres. La première approche prend racine dans une conception magique ou infantile du langage, ou encore dans ce qu’on a pu qualifier d’« obstacle épistémologique ». L’idée selon laquelle la vil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langage-notions-de-base/#i_17139

PROMÉTHÉE

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 713 mots

Titan, fils de Japet, Prométhée est le « prévoyant » : il connaît tout d'avance, il a tout prévu, contrairement à son frère, Épiméthée, qui ne comprend qu'après. Dans un des mythes de la souveraineté, la puissance de Zeus est tenue en échec par le savoir de Prométhée qui en sait plus que tout dieu ou tout homme mortel. Zeus a triomphé des Titans, mais il est menacé par un mariage avec une femme do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/promethee/#i_17139

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri WETZEL, « CYNISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cynisme/