CRIME DE GUERRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Atrocités ou délits commis sur des personnes et des biens en violation des lois et usages de la guerre, y compris l'assassinat, les mauvais traitements ou la déportation, pour des travaux forcés ou pour tout autre but, des populations civiles dans les territoires occupés, l'assassinat ou les mauvais traitements des prisonniers de guerre ou des personnes en mer, l'exécution des otages, le pillage des biens publics ou privés, la destruction sans motif des villes et des villages ou la dévastation que ne justifie pas la nécessité militaire. » Telle est la définition donnée par le statut du tribunal militaire international de Nuremberg annexé à l'accord de Londres du 8 août 1945 ; cette définition fut appliquée aux procès de Nuremberg et de Tōkyō dès la capitulation des pays de l'Axe.

Tojo Hideki

Photographie : Tojo Hideki

Lors du procès de Tokyo, qui s'ouvre en mai 1946, l'ancien Premier ministre et ministre de la Défense japonais, le général Tojo, est jugé par un tribunal international. Il sera condamné à mort et exécuté en décembre 1948. 

Crédits : Keystone-France/ Gamma-Keystone/ Getty Images

Afficher

Le Tribunal international de Tokyo

Photographie : Le Tribunal international de Tokyo

Le Tribunal international de Tokyo fut mis en place de 1946 à 1948, sur le modèle du tribunal de Nuremberg, en Allemagne, pour juger les responsables japonais de crimes de guerre et crimes contre l'humanité. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Par extension, on a parfois appliqué le terme à des actes commis en temps de guerre et qu'un des belligérants considère comme criminels : trahison, espionnage. Ainsi, dans le mémorandum du 27 mai 1949 rédigé à l'intention de la Commission du droit international, le secrétaire général des Nations unies rappelle que, parmi les crimes dits crimes de guerre, « la trahison, notamment celle que l'on qualifie d'espionnage, constitue l'exemple le plus ancien des crimes de guerre » ; soulignant l'évolution des conceptions depuis la doctrine qui prévalait au xviiie siècle en la matière, il précise : « Aujourd'hui, on entend surtout par crimes de guerre les infractions aux dispositions [...] des conventions de La Haye (1899 et 1907) et de Genève (1949) et d'autres traités généraux. »

Dans les textes à valeur temporaire consécutifs à la guerre de 1939 et pris par le gouvernement français par l'ordonnance du 22 août 1944, sont retenus comme crimes de guerre :

– le recrutement illégal de la force armée (enrôlement par l'ennemi) ;

– la constitution d'organisations ou d'organismes de terrorisme systématique ;

– l'empoisonnement par l'exposition en chambre à gaz, l'addition de produit hautement nocif aux eaux ou denrées consommables, l'aspersion de substances nocives ;

– la séquestration avec travail obligatoire des civils, la déportation sans condamnation régulière ;

– la séquestration et l'emploi à des œuvres de guerre de prisonniers de guerre ou de civils ;

– le pillage tel qu'il est défini par le Code de justice militaire (amendes collectives, réquisitions abusives ou illégales, confiscations).

Ces crimes entraînent la responsabilité individuelle de ceux qui les commettent. Le nouveau règlement de discipline générale de l'armée française prévoit que, si un chef a le devoir d'exiger l'obéissance de ses subordonnés, il ne peut leur ordonner d'accomplir des actes dont l'exécution engagerait leur responsabilité pénale, notamment les actes contraires aux lois et coutumes de la guerre.

La définition admise lors du procès de Nuremberg a été reprise par la Convention sur l'imprescriptibilité des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité, adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies le 26 novembre 1968, en réaction contre l'intention manifestée par la République fédérale d'Allemagne d'édicter une prescription de ces crimes.

Quant à l'application des peines encourues par les personnes reconnues responsables de crimes de guerre, elle s'est révélée immédiatement possible en 1945 dans la mesure où les pays membres de la coalition constituée sous le nom des Nations unies s'étaient emparés de la personne des vaincus qu'ils voulaient présenter à la justice. Il en est autrement lorsque, au titre de la souveraineté des États, s'applique la règle de la compétence nationale, territoriale ou personnelle. Si, en principe, c'est l'État sur le territoire duquel l'infraction a été commise qui exerce la compétence répressive, cette dernière n'est possible que si le criminel est appréhendé ou, à défaut, extradé. Or l'État dans lequel l'individu s'est réfugié ou tout simplement se trouve peut refuser tant de le poursuivre que de l'extrader : cas de Klaus Barb [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Tojo Hideki

Tojo Hideki
Crédits : Keystone-France/ Gamma-Keystone/ Getty Images

photographie

Le Tribunal international de Tokyo

Le Tribunal international de Tokyo
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

  • : docteur habilité à la recherche, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, ancien chef du service historique de l'Armée de terre

Classification

Autres références

«  CRIME DE GUERRE  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 229 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le poids du passé »  : […] Les voix recueillies par l'extrême droite montrent que le passé n'avait pas été entièrement dominé, malgré la montée des générations nouvelles, dont le mode de vie et les préoccupations étaient, dans l'ensemble, tout à fait semblables à ceux des jeunes des autres pays occidentaux. Sauf installation permanente d'un système de contrainte, il était inévitable que des nostalgiques du passé demeurent, […] Lire la suite

BANGLADESH

  • Écrit par 
  • Alice BAILLAT
  •  • 8 391 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le second gouvernement d’Hasina Wajed »  : […] Les élections de décembre 2008 voient la victoire de la Ligue Awami de l’ancien Premier ministre Hasina Wajed, alliée avec le Jatiya, parti de l’ancien président Ershad. Toutefois, dès février 2009, une violente mutinerie éclate à Dacca, dans les quartiers généraux des gardes-frontières (Bangladesh Rifles), provoquant la mort de cinquante-sept officiers de l’armée et d’une dizaine de civils. Selo […] Lire la suite

COUR PÉNALE INTERNATIONALE

  • Écrit par 
  • Sarah PELLET
  •  • 2 664 mots
  •  • 4 médias

Après plus de cinquante années de vicissitudes, la communauté internationale s'est dotée d'une juridiction permanente permettant de punir les bourreaux, de prévenir l'oubli et de dissuader les criminels potentiels de commettre des crimes de guerre, des génocides et autres crimes contre l'humanité. Le 17 juillet 1998, à l'issue d'une conférence internationale réunissant à Rome les représentants […] Lire la suite

ÉCLATEMENT DE LA YOUGOSLAVIE

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 312 mots
  •  • 1 média

Mosaïque de peuples née du règlement de la Première Guerre mondiale, intégrée au bloc communiste à partir de 1945 malgré les tentations sécessionnistes de Tito, la république socialiste fédérale de Yougoslavie ne résiste pas à l'effondrement du bloc de l'Est. Au terme d'élections libres qui, partout sauf en Serbie et au Monténégro, ont donné la victoire aux partis nationalistes, quatre républiques […] Lire la suite

ENFANTS SOLDATS

  • Écrit par 
  • Rosalie AZAR
  •  • 3 410 mots

Dans le chapitre « Instruments juridiques »  : […] Le droit international n'est pas resté silencieux sur la question des enfants soldats. Des efforts ont été entrepris pour relever l'âge minimal de recrutement et de participation directe aux hostilités, fixé à quinze ans par les protocoles additionnels de 1977 aux Conventions de Genève de 1949, puis par la Convention des droits de l'enfant du 20 novembre 1989. On peut citer la Charte africaine de […] Lire la suite

GUERRE

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE, 
  • P. E. CORBETT, 
  • Victor-Yves GHEBALI, 
  • Q. WRIGHT
  •  • 14 315 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Fin de la guerre »  : […] Les guerres se sont généralement terminées par des traités de paix ; en certains cas, toutefois, l'un des pays belligérants a été entièrement conquis et tout son territoire annexé, en d'autres cas, la paix a été reconnue après cessation prolongée des hostilités, sans qu'un traité ait été conclu. Bien que les hostilités aient pris fin en 1945, la Seconde Guerre mondiale continua contre l'Allemagne […] Lire la suite

GUERRE DU DARFOUR

  • Écrit par 
  • Arnaud BALVAY
  •  • 347 mots

Depuis février 2003, le Darfour, une province de l'ouest du Soudan, est en proie à une guerre civile terriblement meurtrière. Celle-ci a fait, selon l'Organisation des Nations unies (O.N.U.), plus de trois cent mille morts et a provoqué le déplacement de plus de deux millions et demi de personnes. Depuis les années 1980, le Darfour est le théâtre de nombreux soulèvements de la population contre le […] Lire la suite

CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ

  • Écrit par 
  • Mario BETTATI
  •  • 6 323 mots
  •  • 1 média

Le 24 mars 1999, la Chambre des lords britannique confirmait partiellement la décision qu'elle avait rendue le 28 octobre 1998 de refuser à Augusto Pinochet, ancien dictateur du Chili, poursuivi par un juge espagnol pour torture et assassinats constituant des crimes contre l'humanité, le bénéfice de l'immunité en sa qualité d'ancien chef d'État. Le 27 mai 1999, Le procureur du Tribunal pénal inte […] Lire la suite

GÉNOCIDE

  • Écrit par 
  • Louis SALA-MOLINS
  •  • 8 481 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les promesses de la Cour pénale internationale »  : […] Une impression d'ensemble : le droit peine, en ce domaine plus encore que d'habitude, à se dégager du politique. Une illustration claire de cela ? Le manque flagrant de volonté des États membres d'agir pour forcer Pol Pot et les chefs khmers rouges à répondre du génocide commis au Cambodge , quelque difficulté sémantique que certains soulèvent à appeler de ce nom le fait, pour un régime, d'égorger […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 082 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre « L'ambition réformiste des forces d'occupation »  : […] Le 2 septembre 1945, la reddition officielle du Japon était signée sur le cuirassé Missouri ancré dans la baie de Tōkyō, et le général MacArthur prenait le titre de commandant suprême des puissances alliées, au sein desquelles les États-Unis, en tant que puissance occupante, exerceront une autorité sans partage. Dès le 6 septembre 1945, le programme politique défini pour l'immédiat après-guerre […] Lire la suite

Les derniers événements

4-29 mai 2022 Israël. Mort par balle de la journaliste Shireen Abu Akleh

Le 26, Al-Jazira annonce son intention de saisir la Cour pénale internationale (CPI) pour « crime de guerre » au sujet de la mort de Shireen Abu Akleh, alors que les investigations menées par le procureur général palestinien Akram al-Khatib, ainsi que par divers organes de presse accréditent la thèse d’une responsabilité israélienne. Le 29, la célébration de la conquête par Israël de la partie orientale de Jérusalem en 1967 donne lieu à une « marche des drapeaux » dans la Vieille Ville et sur l’esplanade des Mosquées, suivie par des militants sionistes religieux particulièrement agressifs à l’égard des Palestiniens. […] Lire la suite

30 novembre 2021 Allemagne – Irak. Condamnation d'un djihadiste irakien pour génocide à l'encontre de la communauté yézidie.

La Haute Cour régionale de Francfort (Hesse), agissant en application du principe de compétence universelle, condamne à la prison à vie le djihadiste irakien Taha al-Jumailly pour « génocide », « crime contre l’humanité ayant entraîné la mort » et « crime de guerre et complicité » à l’encontre de la communauté yézidie. Celui-ci, qui avait rejoint les rangs de l’organisation État islamique (EI) en 2013, est reconnu coupable d’avoir laissé mourir de soif une fillette yézidie de cinq ans, en 2015 à Fallouja. […] Lire la suite

7 septembre 2021 France. Cassation de l'annulation de la mise en examen de Lafarge pour « complicité de crimes contre l'humanité ».

La Cour de cassation invalide l’arrêt rendu par la cour d’appel de Paris en novembre 2019, qui avait annulé la mise en examen, décidée en juin 2018, du groupe Lafarge pour « complicité de crime contre l’humanité » dans le cadre de l’enquête visant les activités du cimentier français en Syrie. Lafarge, racheté par le Suisse Holcim depuis lors, est soupçonné d’avoir versé près de 13 millions d’euros en 2013 et 2014 à des groupes armés, dont l’organisation État islamique (EI), afin de poursuivre l’exploitation de la cimenterie de Jalabiya malgré la guerre. […] Lire la suite

26 août 2021 Allemagne – Syrie. Condamnation d'un membre du Front al-Nosra pour crime de guerre.

, membre du Front al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaida, pour crime de guerre, en application du principe de compétence universelle. Celui-ci est reconnu coupable d’avoir tué par balles un lieutenant-colonel de l’armée syrienne qui avait été auparavant torturé, en juillet 2012. L’exécution avait été filmée et diffusée sur Internet. Un deuxième accusé, Sami A. […] Lire la suite

23 juillet 2021 Bosnie-Herzégovine. Pénalisation de la contestation des génocides.

Le haut-représentant international en Bosnie-Herzégovine Valentin Inzko, usant des pouvoirs législatifs spéciaux que lui confèrent les accords de Dayton de décembre 1995, décide d’introduire dans le Code pénal bosnien des amendements punissant la contestation ou la justification du crime de génocide, du crime contre l’humanité et du crime de guerre tels que la justice internationale les a établis. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean DELMAS, « CRIME DE GUERRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/crime-de-guerre/