COUR PÉNALE INTERNATIONALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le fonctionnement de la C.P.I.

La complémentarité est un nouveau concept en droit international pénal et l'un des plus importants pour comprendre le fonctionnement de la C.P.I. Elle crée une relation inédite entre les juridictions nationales et la Cour permettant un équilibre entre leurs compétences respectives. Ainsi, les États conservent le premier rôle en matière de poursuite des crimes de la compétence de la Cour, la C.P.I. n'étant qu'une cour de dernier ressort.

Contrastant avec la primauté reconnue aux tribunaux ad hoc, la complémentarité établie dans le Statut de la Cour pénale internationale manifeste clairement la volonté des négociateurs de respecter la souveraineté des États. La Cour n'intervient que lorsque les États n'ont pas la volonté ou sont dans l'incapacité de traduire les criminels en justice. À ces fins, elle examinera si un État a agi de manière à protéger un accusé contre un procès, si le système judiciaire de cet État s'est partiellement ou totalement effondré ou si le procès diligenté par l'État n'a pas été mené de manière impartiale et équitable.

La complémentarité pose également certains problèmes. En particulier parce que ce principe impose un effort des États dans la mise en conformité de leur législation avec les prescriptions du Statut. En effet, un grand nombre d'États ayant ratifié le Statut de Rome n'ont pas encore procédé à cette mise en conformité, créant de fait un vide juridique qu'il importe de combler pour donner plein effet au principe de complémentarité.

En France, par exemple, la loi du 26 février 2002 relative à la coopération avec la Cour pénale internationale n'a constitué qu'un premier pas, en laissant de côté l'adaptation du droit français en matière de répression et de poursuite des crimes visés au statut de Rome. Cette absence d'adaptation du droit français est d'autant plus problématique que la France est le seul État avec la Colombie ayant formulé une déclaration au titre de l'article 124 du Statut qui permet de soustraire les crimes de guerre de la compétence de la Cour pour une durée de sept ans, ce qui rend encore plus nécessaire la définition des crimes de guerre en droit interne puisque, pendant cette période transitoire, seul le juge national est compétent pour sanctionner de tels crimes.

Le cas des États-Unis est également intéressant. Alors qu'ils ont toujours soutenu l'action des Tribunaux pénaux internationaux pour l'ex-Yougoslavie et pour le Rwanda, les États-Unis se montrent extrêmement réticents en ce qui concerne la Cour pénale internationale : ils ont voté contre le Statut en 1998 et mènent depuis lors une politique visant à empêcher à tout prix la Cour de poursuivre des fonctionnaires et des militaires américains, ce qui constituerait selon eux un obstacle majeur à la participation des États-Unis aux opérations de maintien de la paix des Nations unies. Pourtant, le président Clinton a signé le Statut de Rome le 31 décembre 2000, juste avant la fin de son mandat. Mais, le 6 mai 2002, l'administration Bush déclarait que les États-Unis n'avaient pas l'intention de devenir partie au Statut de Rome. Depuis lors, les États-Unis négocient des accords bilatéraux par lesquels les États signataires s'engagent à refuser la remise de tout citoyen américain à la C.P.I.

Autre innovation importante, les négociateurs du Statut de Rome ont placé les victimes au cœur même de la justice internationale. Lors de la création des Tribunaux pénaux internationaux pour l'ex-Yougoslavie et pour le Rwanda, les victimes avaient été quelque peu oubliées. Elles ne pouvaient ni participer aux débats répressifs, ni obtenir réparation de leurs dommages, seules étaient prévues des mesures de protection, particulièrement pour la victime en tant que témoin. Désormais, une place prépondérante est accordée aux droits et aux intérêts des victimes. Elles ont le droit de participer à tous les stades de la procédure, seules ou avec l'aide d'un conseil, pour exprimer leurs vues et présenter leurs demandes et ont également droit à demander des réparations. C'est dans cette optique qu'ont été créés le Fonds au profit des victimes et le Bureau du conseil public pour les victimes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Le procès de Nuremberg

Le procès de Nuremberg
Crédits : Fred Ramage/ Getty Images

photographie

Le Tribunal international de Tokyo

Le Tribunal international de Tokyo
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Procès de Charles Taylor, 2006

Procès de Charles Taylor, 2006
Crédits : Rob Keeris/ Pool/ AFP

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : juriste adjoint, direction du service de la Cour, Cour pénale internationale

Classification

Autres références

«  COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CPI)  » est également traité dans :

COUR PÉNALE INTERNATIONALE, en bref

  • Écrit par 
  • Christophe PÉRY
  •  • 241 mots

Évoqué dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, le projet de cour pénale internationale a été remis à l'ordre du jour dans les années 1990, au moment où l'O.N.U. chargeait deux tribunaux spécialisés de juger les crimes perpétrés dans l'ex-Yougoslavie et au […] Lire la suite

BECHIR OMAR HASSAN EL- (1944- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 030 mots

Homme politique soudanais, Omar el-Béchir s’impose par la force à la tête du Soudan en 1989, avant d’être président de la République de 1993 à 2019. Né le 7 janvier 1944 dans le village de Hosh Bonnaga, Omar Hassan el-Béchir est issu d'une famille paysanne modeste qui s'installe par la suite à Khartoum. Il poursuit des études secondaires avant de partir dans une école militaire au Caire et de com […] Lire la suite

CÔTE D'IVOIRE

  • Écrit par 
  • Richard BANÉGAS, 
  • Jean-Fabien STECK
  •  • 13 470 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le difficile retour à la paix  »  : […] Avec l’arrestation de Laurent Gbagbo, une page de l’histoire de la Côte d’Ivoire fut tournée. Après une décennie de conflit armé, une dynamique de reconstruction s’engagea dans le pays. L’activité économique et sociale reprit, grâce à l’envoi d’une aide internationale massive, aux allègements ou remises de la dette extérieure du pays et au retour en nombre des investisseurs. Sur le plan politique, […] Lire la suite

ENFANTS SOLDATS

  • Écrit par 
  • Rosalie AZAR
  •  • 3 410 mots

Dans le chapitre « Instruments juridiques »  : […] Le droit international n'est pas resté silencieux sur la question des enfants soldats. Des efforts ont été entrepris pour relever l'âge minimal de recrutement et de participation directe aux hostilités, fixé à quinze ans par les protocoles additionnels de 1977 aux Conventions de Genève de 1949, puis par la Convention des droits de l'enfant du 20 novembre 1989. On peut citer la Charte africaine de […] Lire la suite

GUERRE

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE, 
  • P. E. CORBETT, 
  • Victor-Yves GHEBALI, 
  • Q. WRIGHT
  •  • 14 315 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Portée de la définition  »  : […] D'un point de vue pratique, le texte adopté en 1974 n'a guère empêché des agressions majeures telles que celles de l'U.R.S.S. contre l'Afghanistan (1979), de l'Iraq contre l'Iran (1980) puis le Koweït (1990), ou encore des États-Unis contre l'Irak (2003). Sur le plan juridique, on relèvera cependant que la Cour internationale de justice s'est formellement référée à la résolution 3314, à titre de […] Lire la suite

CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ

  • Écrit par 
  • Mario BETTATI
  •  • 6 323 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les crimes contre l'humanité selon le statut de la C.P.I. »  : […] On peut s'interroger sur la nécessité de détailler la liste de ces actes. Elle s'est élargie au fil des ans et des juridictions. L'article 7 du statut de la C.P.I. constitue la liste la plus longue, apparemment complète et achevée. Elle n'était cependant pas de nature à satisfaire les négociateurs de Rome. Ils ont cru devoir, d'abord dans le statut de la C.P.I., ensuite au cours des travaux prépa […] Lire la suite

GÉNOCIDE

  • Écrit par 
  • Louis SALA-MOLINS
  •  • 8 481 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les promesses de la Cour pénale internationale »  : […] Une impression d'ensemble : le droit peine, en ce domaine plus encore que d'habitude, à se dégager du politique. Une illustration claire de cela ? Le manque flagrant de volonté des États membres d'agir pour forcer Pol Pot et les chefs khmers rouges à répondre du génocide commis au Cambodge , quelque difficulté sémantique que certains soulèvent à appeler de ce nom le fait, pour un régime, d'égorger […] Lire la suite

JUSTICE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Loïc CADIET
  •  • 13 656 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Juridictions à vocation universelle »  : […] Les juridictions à vocation universelle ont vu le jour au lendemain de la Première Guerre mondiale. Cette origine signale leur mission : substituer le droit à la force dans la solution des conflits internationaux. La Cour permanente de justice internationale, mise en place, en 1922, par la Société des Nations, en fut la première manifestation . En 1945, l'Organisation des nations unies a succédé […] Lire la suite

JUSTICE - Justice politique

  • Écrit par 
  • Robert CHARVIN
  •  • 8 856 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  De l'ordre interne à l'ordre international »  : […] La justice est traditionnellement l'une des composantes majeures de la souveraineté de chaque État. Néanmoins, l'intensité des conflits internationaux contemporains et les crimes de guerre commis ont soulevé le problème de la responsabilité de ceux qui les ont ordonnés ou perpétrés. La fin de la Première Guerre mondiale a posé le principe de la mise en accusation de l'ex-empereur Guillaume II (ar […] Lire la suite

NATIONS UNIES

  • Écrit par 
  • Jacques FOMERAND, 
  • Cecelia M. LYNCH, 
  • Karen MINGST
  •  • 16 655 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Développement du droit international »  : […] Les Nations unies, comme la Société des Nations, ont joué un rôle important dans la définition, la codification et l'expansion du droit international. La Commission du droit international, créée par l'Assemblée générale en 1947, est la principale institution en charge de ces activités. Le Comité juridique de l'Assemblée générale reçoit les rapports de la commission et discute de ses recommandatio […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-29 mai 2022 Israël. Mort par balle d'une journaliste d'Al-Jazira

Le 26, Al-Jazira annonce son intention de saisir la Cour pénale internationale (CPI) pour « crime de guerre » au sujet de la mort de Shireen Abu Akleh, alors que les investigations menées par le procureur général palestinien Akram al-Khatib, ainsi que par divers organes de presse accréditent la thèse d’une responsabilité israélienne. Le 29, la célébration de la conquête par Israël de la partie orientale de Jérusalem en 1967 donne lieu à une « marche des drapeaux » dans la Vieille Ville et sur l’esplanade des Mosquées, suivie par des militants sionistes religieux particulièrement agressifs à l’égard des Palestiniens. […] Lire la suite

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Le 2 également, la Cour pénale internationale (CPI), saisie par trente-neuf de ses membres, annonce l’ouverture « immédiate » d’une enquête sur les crimes relevant de sa compétence commis en Ukraine depuis novembre 2013, date du refus du gouvernement ukrainien de signer l’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne (UE), qui allait précipiter la révolution de Maïdan et la chute du président prorusse Viktor Ianoukovitch, suivies de l’annexion de la Crimée par la Russie et de la sécession du Donbass. […] Lire la suite

6 décembre 2021 Birmanie. Condamnation de l'ancienne dirigeante Aung San Suu Kyi.

La cour pénale de Naypyidaw condamne Aung San Suu Kyi, ancienne conseillère spéciale de l’État – chef du gouvernement –, arrêtée lors du putsch de février, à quatre ans de prison pour « incitation au soulèvement » et violation des règles sanitaires relatives à la pandémie de Covid-19. Sa condamnation repose sur une déclaration de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie, niant la légalité des textes édictés par la junte et appelant la communauté internationale à ne pas reconnaître le régime putschiste. […] Lire la suite

24 novembre 2021 France. Incompétence des tribunaux français pour juger un Syrien accusé de crimes contre l'humanité.

La Cour de cassation applique le statut de Rome fondant la Cour pénale internationale (CPI), qui impose le principe de la « double incrimination », sauf en cas de génocide. En Allemagne, un ancien agent du service de renseignement militaire syrien a été condamné par le tribunal de Coblence à quatre ans et demi de prison pour complicité de crimes contre l’humanité en janvier ; un autre attend son procès. […] Lire la suite

17-23 juin 2021 Côte d'Ivoire. Retour de Laurent Gbagbo et condamnation de Guillaume Soro.

Le 17, l’ancien président Laurent Gbagbo, acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) en mars, fait son retour à Abidjan. Il reste condamné dans son pays à vingt ans de prison, depuis janvier 2018, pour, notamment, « détournement de deniers publics ». Le 23, la cour d’assises d’Abidjan condamne par contumace Guillaume Soro à la prison à perpétuité pour, notamment, « atteinte à l’autorité de l’État ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sarah PELLET, « COUR PÉNALE INTERNATIONALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cour-penale-internationale/