Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COMMERCE INTERNATIONAL Division internationale du travail

Une nouvelle D.I.T.

Progressivement, les pays en développement ont donc ouvert – et spécialisé – leur économie, aidés en cela, au cours des dernières décennies, par les injonctions des plans d'ajustement structurel du F.M.I., par la libéralisation des échanges au sein du G.A.T.T. puis de l'O.M.C. (pour ceux qui y ont adhéré), par le système de préférences généralisées instauré grâce aux efforts de l'O.N.U. (il garantit aux pays en développement un accès préférentiel aux marchés des pays industrialisés) et par les investissements des firmes étrangères à la recherche de nouveaux marchés ou de sites de production aux coûts attractifs.

Ce phénomène s'est développé après le premier choc pétrolier, en 1973, et le paysage de l'industrie mondiale s'en est trouvé profondément affecté. Les consommateurs des pays riches ont subitement été confrontés à une offre de biens à bas prix, exportés par ces nouveaux concurrents. Les pays en développement se sont, en effet, spécialisés dans les produits manufacturés dont les méthodes de production correspondaient le mieux à leurs conditions économiques, caractérisées par un ratio de capital par tête très bas. En amont, le textile (intensif en capital) a été relativement préservé au Nord alors qu'en aval l'habillement (intensif en travail) subissait de plein fouet la concurrence des pays du Sud. Ces nouvelles exportations du Sud se sont donc ajoutées aux traditionnelles cultures tropicales et à l'extraction minière.

Le caractère dévastateur de cette première vague de produits a rapidement conduit les pays industrialisés à se protéger au moyen des accords multifibres, signés en 1974, et qui auront finalement encadré cette concurrence pendant trente ans, jusqu'à leur démantèlement en 2005. Dans le même temps, l'Europe et les États-Unis ont dû déverser sur les marchés mondiaux les surplus d'un secteur agricole auquel ils ont accordé un soutien massif pour des raisons à la fois politiques et stratégiques. En Europe même, la montée en régime du Marché commun, relayé par le Marché unique, a essentiellement conduit au développement d'échanges croisés au sein des industries, en contradiction avec le principe de spécialisation des pays. Enfin, les firmes multinationales, plutôt que de dupliquer leurs unités de production dans leurs différentes implantations, se sont réorganisées sur une base globale, fractionnant la chaîne de valeur ajoutée entre leurs différentes filiales, et délocalisant ou sous-traitant une partie de leurs productions.

Toutes ces évolutions traduisent un bouleversement total de la D.I.T., autorisant à parler d'une « nouvelle D.I.T. ». De nouveaux acteurs, des échanges croisés de produits différenciés et une organisation globale des firmes multinationales : tels sont les ingrédients de cette interdépendance historiquement inédite entre systèmes productifs nationaux.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • INTERNATIONALISATION DES ÉCHANGES COMMERCIAUX - (repères chronologiques)

    • Écrit par Francis DEMIER
    • 551 mots

    1947 Signature des accords du G.A.T.T. (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce) dans le but de libéraliser les échanges commerciaux.

    1948 Application du plan Marshall et création de l'O.E.C.E. (Organisation européenne de coopération économique).

    1957 Signature des traités...

  • GATT (General Agreement on Tariffs and Trade) ou ACCORD GÉNÉRAL SUR LES TARIFS DOUANIERS & LE COMMERCE

    • Écrit par Marie-France BAUD-BABIC
    • 261 mots

    Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il fut décidé de créer, parallèlement au Fonds monétaire international et à la Banque mondiale, une Organisation internationale du commerce (O.I.C.), chargée d'éliminer les barrières douanières, conformément à l'esprit de la Charte...

  • ACIER - Économie

    • Écrit par Franco MANNATO
    • 10 178 mots
    Lesévolutions différentes de la consommation et de la production d'acier dans les différentes zones du monde ont entraîné par voie de conséquence des transformations importantes au niveau des traditionnels flux d'échanges de produits sidérurgiques. En 1985, les échanges mondiaux de produits sidérurgiques...
  • AGRICOLE RÉVOLUTION

    • Écrit par Abel POITRINEAU, Gabriel WACKERMANN
    • 8 076 mots

    « L'habitude s'est prise de désigner, sous le nom de révolution agricole, les grands bouleversements de la technique et des usages agraires qui, dans toute l'Europe, à des dates variables selon les pays, marquèrent l'avènement des pratiques de l'exploitation contemporaine » (Marc Bloch)....

  • AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

    • Écrit par Marcel MAZOYER, Laurence ROUDART
    • 6 086 mots
    • 2 médias
    ... siècle, ces agriculteurs, disposant de beaucoup d'espace, ont rapidement adopté les nouvelles machines issues de l'industrie et ont produit des surplus croissants, à bas prix, qui ont pu être transportés par chemins de fer et par bateaux à vapeur jusqu'en Europe, le seul grand marché solvable...
  • Afficher les 185 références

Voir aussi