Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GATT (General Agreement on Tariffs and Trade) ou ACCORD GÉNÉRAL SUR LES TARIFS DOUANIERS & LE COMMERCE

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il fut décidé de créer, parallèlement au Fonds monétaire international et à la Banque mondiale, une Organisation internationale du commerce (O.I.C.), chargée d'éliminer les barrières douanières, conformément à l'esprit de la Charte de La Havane, signée le 24 mars 1948. Le Sénat américain refusa de ratifier l'O.I.C., de peur que les États-Unis ne perdent leur souveraineté. C'est finalement une structure prévue au départ pour être provisoire qui fut pérennisée, le G.A.T.T. (General Agreement on Tariffs and Trade, ou Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce), signé en octobre 1947 par vingt-trois pays. Cet accord constituait un premier pas vers des négociations commerciales (les rounds) visant à libéraliser le commerce mondial, auxquelles il servira de cadre multilatéral pendant près de cinquante ans. C'est dans le cadre du G.A.T.T. que se sont négociés les réductions de droits de douane et le démantèlement d'autres obstacles au commerce.

Huit rounds, ou cycles, se sont succédé, dont le plus long et le plus fécond fut le dernier, celui de l'Uruguay (1986-1994), du nom du pays dans lequel il fut lancé. Il a, en effet, élargi le champ de la négociation à des secteurs non couverts comme les services, la propriété intellectuelle, le textile et l'agriculture, ce dernier secteur mettant en évidence le conflit commercial latent entre les États-Unis et l'Europe.

— Marie-France BAUD-BABIC

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Marie-France BAUD-BABIC. GATT (General Agreement on Tariffs and Trade) ou ACCORD GÉNÉRAL SUR LES TARIFS DOUANIERS & LE COMMERCE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AGRICOLE RÉVOLUTION

    • Écrit par Abel POITRINEAU, Gabriel WACKERMANN
    • 8 076 mots

    « L'habitude s'est prise de désigner, sous le nom de révolution agricole, les grands bouleversements de la technique et des usages agraires qui, dans toute l'Europe, à des dates variables selon les pays, marquèrent l'avènement des pratiques de l'exploitation contemporaine » (Marc Bloch)....

  • AGRICULTURE - Politiques agricoles et négociations internationales

    • Écrit par Laurence ROUDART
    • 10 574 mots
    • 6 médias
    ...États-Unis et de la Communauté européenne, estimaient que l’agriculture était un secteur beaucoup trop stratégique pour qu’on le soumette à la libéralisation. C’est pourquoi, pendant quarante ans, l’agriculture a été pratiquement exclue des négociations du GATT (General Accord on Tariffs and Trade, ou Accord...
  • CHARTE DE LA HAVANE (1948)

    • Écrit par Pierre Michel EISEMANN
    • 655 mots

    Le 24 mars 1948, la Conférence des Nations unies sur le commerce et l'emploi, réunie dans la capitale de Cuba, adopta le texte de la « charte de La Havane instituant une Organisation internationale du commerce ».

    C'était l'aboutissement d'une entreprise engagée dès avant la fin de la Seconde...

  • COMMERCE INTERNATIONAL - Théories

    • Écrit par Lionel FONTAGNÉ
    • 7 228 mots
    Les efforts de désarmement douanier et plus récemment de libéralisation des secteurs agricole et des services, à l'occasion des cycles de négociation du G.A.T.T. (General Agreement on Tariffs and Trade : Accord général sur les droits de douane et le commerce) puis au sein de l'O.M.C., ont donc joué un...
  • Afficher les 17 références

Voir aussi