COLLAGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'autonomie à la dissémination

Véritable laboratoire de l'imaginaire moderne durant la première moitié du xxe siècle, le collage s'impose ensuite comme un ressort essentiel du renouveau esthétique. Il est au cœur des tentatives de redéfinition des concepts et des enjeux de l'art, nécessitées non seulement par l'éclatement des formes, mais par celle du champ artistique proprement dit.

Dès la fin des années 1940, un retour du collage dans la peinture se dessine à la faveur de l'émergence de nouveaux formalismes abstraits qui détermineront, notamment, son accession à la monumentalité et à la verticalité. Si les papiers découpés par Henri Matisse entre 1943 et 1946 (la série Jazz) appartiennent au registre de la décoration, les fragments dont sont constitués certaines œuvres de Jackson Pollock, Lee Krasner ou Willem de Kooning, participent à la quête d'une expressivité compulsive et subjective. A contrario, chez Robert Motherwell, Ellsworth Kelly ou Ad Reinhardt, le collage est au service de la distanciation ; il accompagne la lente maturation de l'équilibre des formes.

Les collages réalisés sur des albums par l'Anglais Eduardo Paolozzi, à la même époque, ont pour thème explicite la pollution des beaux-arts par l'imagerie de la société de consommation promue par les magazines, les bandes dessinées et la publicité. L'ironie douce-amère qui préside à ce sabotage imprégnera dans les années 1950 et 1960 les collages d'artistes du pop art, tels que Richard Hamilton, Tom Wesselman ou Peter Blake, ainsi que les facéties parodiques de Enrico Baj. Alors que les développements de l'assemblage et de la performance provoquent un déplacement de l'expérimentation artistique dans une dimension plus « environnementale », les Combines de Robert Rauschenberg – qui associent collage, peinture et assemblage – préfigurent le brouillage des concepts qui sera systématiquement à l'œuvre dans la contre-culture des années 1960 ; les tableaux-pièges de Daniel Spoerri, sur lesquels sont fixés les reliefs d'un repas, nous forcent ainsi à l'indécision : s'agit-il de collages en trois dimensions ou d'assemblages déguisés en tableau ? Autres artistes liés au Nouveau Réalisme, les « décolleurs », Jacques de la Villeglé, mond Hains et François Dufrêne en France, et Mimmo Rotella en Italie, dérobent aux murs et aux palissades les affiches agglutinées, déchirées et délavées dont ils sont recouverts, avant de les maroufler. Le collage, ici réduit à la citation d'un pan de réalité brute – lui-même un collage anonyme –, aboutit à une métonymie : la rue est la substance de l'art.

Mais il reste des héritiers de Picabia ou Miró – comme Jean Dubuffet, Alberto Magnelli ou Gaston Chaissac – pour qui le collage demeure le ferment de l'inventivité personnelle. Étrangement, d'autres rejettent les effets de ruptures – pesés ou fortuits – inhérents au collage pour le soumettre à un dessein pré-établi ; ainsi Erró ou Bernard Réquichot, qui utilisent les éléments imagés comme autant de particules élémentaires entrant dans la composition d'une « pâte » sans aspérité, où tout écho de la réalité extérieure est en définitive étouffé par un propos obsessionnel confinant au ressassement. Une telle démarche, qui ne saurait être plus éloignée de celle des cubistes, atteste que l'ancienne notion de disegno n'a jamais été totalement bannie du collage.

Plus que l'étude de sa fortune artistique, qui n'est plus à démontrer, et celle de ses nombreux prolongements dans le domaine littéraire (William Burroughs et le « cut-up », Georges Perros et ses « papiers collés ») et musical (John Cage), le collage retient aujourd'hui l'attention en tant que phénomène socioc [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire de l'art à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  COLLAGE  » est également traité dans :

AFFICHE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 822 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les avant-gardes »  : […] L'art de l'affiche en vient à bouleverser le regard communément porté sur la représentation picturale. Ainsi, à partir de 1910, Braque et Picasso, attentifs à la réalité du quotidien, et en particulier aux trouvailles plastiques de l'affichage mural, inscrivent des lettres peintes au pochoir et introduisent des éléments de textes découpés dans des journaux et autres imprimés, directement sur la […] Lire la suite

ARP HANS (1887-1966)

  • Écrit par 
  • Anne BOÉDEC
  •  • 1 967 mots

Dans le chapitre « L'abstrait »  : […] Réfugié en Suisse après la déclaration de guerre, Arp expose en novembre 1915, à la galerie Tanner de Zurich, ses premiers collages, faits de papiers et d'étoffes imprimées, différents des collages cubistes par l'absence de référence à un objet. À l'occasion de cette exposition, il rencontre Sophie Taeuber (1889-1943), dont les œuvres, déjà totalement abstraites, l'influencent ; ensemble ils exéc […] Lire la suite

BERLIN ALEXANDERPLATZ, Alfred Döblin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 897 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un roman de la ville »  : […] Berlin Alexanderplatz est publié sept ans après l' Ulysse (1922) de James Joyce (1822-1941), et quatre ans après Manhattan Transfer (1925) de John Dos Passos (1896-1970). Lors de sa parution en Allemagne, il a été fréquemment comparé à ces œuvres, tenues pour des piliers du roman moderne. Döblin a reconnu qu'il avait découvert Joyce une fois qu'il avait écrit le quart de son propre livre, mais […] Lire la suite

BESTER WILLIE (1956- )

  • Écrit par 
  • André MAGNIN
  • , Universalis
  •  • 1 195 mots

Le peintre et sculpteur Willie Bester, aîné d'une famille de sept enfants, est né en 1956 à Montagu, province du Cap, Afrique du Sud. Il avait dix ans quand le Group Areas Act du gouvernement d'apartheid obligea les siens à quitter leur ferme pour intégrer un homeland où étaient regroupés dans des zones d'habitation exclusives ceux qui n'étaient pas nés blancs. Très jeune adolescent, il dut quitt […] Lire la suite

BRAQUE GEORGES (1882-1963)

  • Écrit par 
  • Dominique BOZO
  •  • 3 251 mots

Dans le chapitre « Braque et Picasso »  : […] Braque progresse désormais dans ce que l'on nomme le précubisme ou cubisme cézannien durant toute l'année 1909. À propos de Port en Normandie (The Art Institute, Chicago), Vauxcelles parle cette fois de « bizarreries cubiques ». Dans cette toile comme dans les différentes versions du Château de la Roche-Guyon (Moderna Museet, Stockholm), Braque prend conscience de ce que l'espace entre les objet […] Lire la suite

BURAGLIO PIERRE (1939- )

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 736 mots

Originaire de la banlieue parisienne – Charenton, dans le Val-de-Marne –, le peintre Pierre Buraglio, né en 1939, travaille à Paris. Il est professeur à l'École nationale supérieure des beaux-arts, où il avait été élève à partir de 1959 dans l'atelier de Roger Chastel, en compagnie de Viallat, Buren, Parmentier, Bioulès et Rouan, qui transformèrent en profondeur la scène artistique française à par […] Lire la suite

CIESLEWICZ ROMAN (1930-1996)

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 1 702 mots

Dans le chapitre « L'école polonaise »  : […] Né à Lwów, en Pologne (aujourd'hui Lvov, en Ukraine), Roman Cieslewicz suit l'enseignement de l'Académie des beaux-arts de Cracovie, dont il obtient le diplôme dans le cadre de l'atelier d'affiches, en 1955. Installé à Varsovie, il dessine des affiches pour les Éditions artistiques et graphiques d'État (W.A.G.), pour la Centrale de distribution des films (C.W.F.), pour des théâtres et des maison […] Lire la suite

CORNELL JOSEPH (1903-1972)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  • , Universalis
  •  • 1 397 mots

Dans le chapitre « La fantaisie du promeneur »  : […] Artiste américain, Joseph Cornell, né à Nyack, au nord de New York, a vécu son enfance auprès d'un père, élégant designer de textiles, et d'une mère dont le hobby était d'écrire des scénarios. Musiciens, ils l'emmenaient au Metropolitan Opera pour écouter Enrico Caruso et Geraldine Farrar. Enfance de conte de fées, dont Andersen et les frères Grimm étaient pour Cornell les trois enchanteurs. Mais […] Lire la suite

CUBISME

  • Écrit par 
  • Georges T. NOSZLOPY, 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 445 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Picasso et Braque »  : […] C'est au cours de la période du cubisme analytique, et particulièrement autour de 1911, que l'amitié entre Braque et Picasso fut la plus étroite. Aussi les œuvres qu'ils firent à cette époque sont-elles si voisines qu'on a du mal à les distinguer les unes des autres. Toutefois, la disposition plus géométrique des plans angulaires qu'on peut observer dans les œuvres de Picasso – le Portrait de M.  […] Lire la suite

DARBOVEN HANNE (1941-2009)

  • Écrit par 
  • Béatrice PARENT
  •  • 770 mots

Dès ses débuts, l'œuvre de l'Allemande Hanne Darboven (née en 1941 à Munich), qui vit près de Hambourg, n'a cessé de susciter l'intérêt tant il se démarque des formes de création dites d'avant-garde. Après des études aux Beaux-Arts de Hambourg, Hanne Darboven part en 1966 pour New York où C. Andre et S. LeWitt s'intéressent à son travail, qui se rapproche alors des tendances conceptuelles (pages d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Catherine VASSEUR, « COLLAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/collage/