KELLY ELLSWORTH (1923-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre d'Ellsworth Kelly occupe une place de choix dans l'histoire de l'art abstrait de la seconde moitié du xxe siècle. Un art abstrait, aux couleurs épurées et aux lignes tranchantes qui ne saurait plus se reconnaître dans les débordements de l'action painting. Mais aussi abstraite soit-elle, son œuvre n'en demeure pas moins tributaire d'une logique d'observation et de transcription de la « réalité » que l'artiste américain ne cesse d'expérimenter et de renégocier à travers une production picturale, dont il a posé les bases lors d'un long séjour parisien (1948-1954). Les liens entre la figure et la forme, entre la ligne et la couleur et, corollairement, entre l'objet et son environnement architectural demeurent au cœur d'une démarche en perpétuel renouvellement qui n'a pas manqué de s'ouvrir à la sculpture. Sans appartenir à aucune école en particulier, l'abstraction très personnelle de Kelly aura une influence importante sur les différents courants d'art abstrait américains d'après guerre, notamment sur l'art minimal et le hard edge painting.

Les années d'apprentissage et d'expérimentation

Ellsworth Kelly est né le 31 mai 1923 à Newburgh, dans l'État de New York. Après une scolarité effectuée à Oradell et Englewood dans le New Jersey, il entame en 1941 des études en arts appliqués au Pratt Institute (Brooklyn), qu'il poursuit, après avoir été enrôlé dans l'armée entre 1943 et 1945, à la Museum of Fine Arts School de Boston. Ces années de formation, enrichies par des visites de musées d'art moderne (notamment le MoMA et le musée Guggenheim à New York), se prolongent par un long séjour parisien (1948-1954). Celui-ci est déterminant, à plus d'un titre, dans la mesure où Kelly y pose les bases de sa création à venir tout en circonscrivant un champ de références qu'il nourrit de rencontres décisives. C'est à l'occasion de ce séjour que l'œuvre de Kelly se radicalise. À travers la mise en place d'un processus d'épuration de la forme et de la palette chromatique, il conçoit de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire de l'art contemporain à l'université de Valenciennes, critique d'art, commissaire d'expositions

Classification


Autres références

«  KELLY ELLSWORTH (1923-2015)  » est également traité dans :

CONCRET ART

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 2 729 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Morellet et l'art systématique »  : […] En France, la relève de l'art concret a été assurée très tôt par François Morellet (1926-2016). Autodidacte, il découvre l'œuvre de Bill en 1951 et imagine aussitôt ses premiers systèmes régissant à la fois l'organisation de la couleur et l'occupation tabulaire de la surface par de petites unités formelles identiques . L'objectif de réaliser un tableau comprenant le minimum de décisions subjecti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-concret/#i_84857

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'affirmation d'une identité artistique américaine »  : […] Le « triomphe de l'art américain », pour reprendre le titre du classique d'Irving Sandler, est dû à la mise en place chez les critiques, les artistes, les institutionnels et les marchands d'une stratégie commune visant à souligner la dimension vernaculaire de leur création. Tandis que dans la plupart des pays européens, exception faite des régimes totalitaires, l'idée d'un art patriotique entraîne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_84857

MINIMAL ET CONCEPTUEL ART

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Catherine MILLET, 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 6 311 mots

Dans le chapitre « Une autodéfinition de l'œuvre »  : […] Les premières manifestations internationales d'art conceptuel reflètent cette confusion signalée entre un art d'idées (à la manière des jeux d'esprit et des calembours de Duchamp) et cette auto-analyse de l'art. Ce fut le cas de l'exposition de Leverkusen, ce le fut également des manifestations organisées par un marchand américain reconverti en éditeur, Seth Siegelaub. Le premier, il réunit des ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-minimal-et-conceptuel/#i_84857

MONOCHROME, peinture

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 3 837 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le monochrome, nouveau genre pictural »  : […] Alors que le monochrome était considéré sous les auspices d'une analytique réductionniste qui procédait par élimination, des artistes introduisent, au cours des années 1950, d'autres problématiques. Loin d'être un terme, la monochromie, table rase, peut apparaître comme un commencement. Les White Paintings et les Black […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monochrome-peinture/#i_84857

Pour citer l’article

Erik VERHAGEN, « KELLY ELLSWORTH - (1923-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ellsworth-kelly/