PAOLOZZI EDUARDO (1924-2005)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est en lord – il fut fait Her Majesty's Sculptor in Ordinary for Scotland à soixante-deux ans – qu'a disparu, le 22 avril 2005, Eduardo Paolozzi, né le 7 mars 1924 de parents italiens, près d'Édimbourg en Écosse. L'artiste doit ce titre à son rôle dans l'histoire du pop art en Angleterre, mais aussi à une carrière très remplie d'animateur et d'enseignant, qui l'a conduit à une reconnaissance dépassant les cercles initiés.

Paolozzi sut étendre son vocabulaire plastique jusqu'à des pratiques nouvelles, produisant par exemple par collage, à partir de unes de Time Magazine, des portraits-charge de personnalités politiques. Il compte en effet parmi les pop artistes comme un initiateur''' de procédés excentrés ou excentriques, aux marges des savoirs académiques, contribuant à l'élargissement du répertoire formel des arts visuels.

Paolozzi s'est formé au College of Art d'Édimbourg, puis à la St. Martin's School of Art et à la Slade School de Londres. Après une première exposition personnelle dès 1947 à Londres, il vit deux ans à Paris, au contact direct de l'héritage dada et surréaliste (de 1947 à 1949, il fréquente Giacometti, Arp et Tzara comme Brancusi et Léger) ainsi que de l'art brut : tous éléments qui le font rompre avec l'héritage des grands Anglais des années 1930, avec l'abstraction des sculpteurs Henry Moore et Barbara Hepworth ou la dimension expressive' de peintres comme Graham Sutherland.

Dès 1945, les collages de Paolozzi intègrent un vocabulaire emprunté au monde ordinaire, de l'illustration de presse et à la rhétorique commerciale de l'immédiat après-guerre, avec une verve proche de celle de Schwitters. Dans un collage de 1947, I Was a Rich Man's Plaything (Tate Gallery, Londres), se lit déjà le mot emblématique pop (pour « populaire »), que l'on retrouvera dans le célèbre montage de Richard Hamilton, Just what is it that makes today's homes so different, so appealling ? (1956). En précurseur, Paolozzi donne à ces manipulations d'éléments tirés de l'imaginaire du banal (bande dessinée, imagerie publicitaire, extraits de la propagande commerciale américaine découverte à Paris) la forme stimulante d'une présentation-conférence par projection d'images, sur un rythme accéléré, avec BUNK, en 1952 (qui précède une version imprimée vingt ans plus tard).

Il attise les débats autour desquels se cristallise, la même année, l'Independent Group réunissant ses pairs Hamilton ou William Turnbull, mais aussi le critique Lawrence Alloway. Conduit par des artistes qui, attentifs aux transformations de la sphère sociale et au produit de consommation comme à son image, dans une sensibilité critique marquée par les premières propositions de Marshall McLuhan, ont l'expérience des arts appliqués (Hamilton enseigne les arts graphiques, Paolozzi le design textile), le pop anglais se dessine autour d'une série d'expositions à l'Institute of Contemporary Arts : Parallel of Life and Art (1953), Collages and Objects (1954), Man, Machine and Motion (1955), puis à la Whitechapel Art Gallery, This is Tomorrow (1956).

Engagé dans l'étude passionnée de la philosophie de Wittgenstein (d'où le titre du portfolio As Is When, 1965), Paolozzi poursuit avec une inlassable curiosité ses expériences plastiques, utilisant par exemple la sérigraphie avant Warhol, prenant cependant de plus en plus ses distances vis-à-vis du pop. Entretenant une faconde qui lui est propre, il développe son travail de sculpteur avec une étonnante diversité : de l'assemblage d'objets mécaniques à une sculpture figurative d'une puissance classique, jusqu'à l'ambition monumentale de Mr Cruikshank (1950, Tate Gallery, Londres) et à de remarquables œuvres en aluminium peint, telle Diana as an Engine 1 (1963-1966), totems mécaniques aux silhouettes de robots, vivement colorés, qui combinent ironie à la Picabia, invention graphique à la Depero, imaginaire de science-fiction populaire et sens aigu de la sculpture à l'ère de l'objet industriel.

Avec Paolozzi, l'esprit pop 'est non seulement une attitude critique, mais aussi produit des formes et des signes qui, provenant d'un vocabulaire formel quotidien, parviennent à y retourner. Alors qu' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PAOLOZZI EDUARDO (1924-2005)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Sculpture

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 2 368 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La sculpture et ses limites »  : […] Selon une logique plus confidentielle et beaucoup moins monumentale, Ben Nicholson (1894-1982) explore quant à lui la logique du bas-relief au moyen d'un vocabulaire géométrique (Sculpture , 1936, Tate Gallery, Londres) et inscrit son travail au croisement de la peinture et de la sculpture. Ce choix le rapproche d'Eduardo Paolozzi (1924-2005) qui se fait connaître notamment à la biennale de Veni […] Lire la suite

POP ART

  • Écrit par 
  • Bertrand ROUGÉ
  •  • 3 815 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le pop art anglais »  : […] On cite parfois Francis Bacon comme précurseur du pop art anglais, parce qu'il s'inspira, dès 1949, de reproductions photographiques. Mais il faudrait aussi mentionner Eduardo Paolozzi, Écossais d'origine italienne qui inclut, dès 1947, dans son collage I Was a Rich Man's Plaything (Tate Gallery, Londres), une pin-up, une bouteille de Coca-Cola et le mot « pop ». Cependant, ce ne sont là que sign […] Lire la suite

UN SIÈCLE DE SCULPTURE ANGLAISE (exposition)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 1 458 mots

Daniel Abadie, le commissaire de l'exposition présentée à la Galerie nationale du Jeu de Paume en 1996, a opéré une sélection radicale des artistes et des œuvres pour mener à bien un projet ambitieux : montrer au public français un siècle de sculpture anglaise. Dix-neuf artistes furent ainsi retenus, et quatre vingt-six œuvres, dont sept grandes sculptures placées dans le jardin des Tuileries, po […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe DOMINO, « PAOLOZZI EDUARDO - (1924-2005) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eduardo-paolozzi/