KRASNER LEE (1908-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comme la plupart de ses critiques l'ont remarqué, ce fut à la fois un atout et un handicap considérable pour Lee Krasner d'avoir été l'épouse puis la veuve de Jackson Pollock : avantage de pouvoir tenir un dialogue d'artiste avec un des très grands peintres du xxe siècle, inconvénient de devoir jouer le rôle de figure d'accompagnement, pour le marché comme pour la critique d'art. Si l'on ajoute à cela les forts préjugés antiféministes du milieu artistique new-yorkais dans lequel elle évolua, force nous est d'admettre que Lee Krasner dut faire preuve de beaucoup d'énergie, et son œuvre de beaucoup de qualités pour que soit reconnu, à juste titre, son talent.

Née en 1908 à Brooklyn, Lenore Krasner manifeste très tôt son intérêt pour la peinture. À vingt et un ans, alors qu'elle suit les cours très traditionnels de la National Academy of Design, elle visite le tout récent Museum of Modern Art de New York où l'œuvre de Picasso et celle de Matisse lui font forte impression. À partir de 1934 et jusqu'en 1943, date à laquelle ce projet lancé par Roosevelt pour aider les artistes fut abandonné, elle travaille sporadiquement pour le Public Works of Art Project : grâce à cette organisation elle rencontre la quasi-totalité des artistes qui allaient devenir les fers de lance de l'expressionnisme abstrait. De 1937 à 1940 elle étudie avec Hans Hoffmann, dont la pédagogie était fondée sur une exploration du cubisme (pour le dessin) et une analyse de Matisse (pour la couleur). À ces deux influences tutélaires il faut ajouter celle de Mondrian (qui encouragea ses débuts) pour pouvoir se faire une idée du style de Lee Krasner lorsqu'elle participa en 1942 à une exposition de groupe avec Jackson Pollock : un style pas très personnel, prenant encore l'abstraction pour une stylisation du motif naturel. La rencontre avec le maître du dripping fera fonction de catalyseur. Bien qu'ils viennent tous deux d'horizons culturels très différents (influencé par les muralistes mexicains, Pollock n'a pas grand-chose à voir avec Matisse et s'intéresse plus au [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  KRASNER LEE (1908-1984)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'école de New York et la crise de l'expressionnisme abstrait »  : […] Pollock lui-même abandonne l'abstraction all-over qui a fait sa réputation dès 1950-1951 (années où De Kooning revient également au thème du nu féminin), pour réaliser une série de peintures semi-figuratives à l'émail noir sur toile vierge qui seront suivies d'expérimentations erratiques jusqu'à sa mort prématurée, à l'âge de quarante-quatre ans. L'accident de voiture qui lu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_98059

Pour citer l’article

Yve-Alain BOIS, « KRASNER LEE - (1908-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lee-krasner/