REINHARDT AD (1913-1966)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les œuvres et les écrits du peintre Ad Reinhardt témoignent d'une démarche rigoureuse et courageuse, visant à éliminer de la peinture toute anecdote figurative ou même abstraite. « Il n'y a rien à voir, que la peinture », déclarait Reinhardt à propos de son travail, où la réduction du nombre des couleurs et des rapports de forme aboutissent, selon Alfred Pacquement (qui organisa la première rétrospective Reinhardt en France, en 1973), « plus qu'à une répétition obsessionnelle, à un extrême dépouillement de la surface ».

Ad Reinhardt est né à Buffalo. Après des études avec Meyer Shapiro, à l'université Columbia (New York), il opte pour l'abstraction. Contrairement aux artistes de sa génération, Reinhardt ne subit pas l'influence du surréalisme ; dans les années quarante, il propose l'occupation totale de la surface picturale par une mosaïque de signes ou de rectangles colorés qui s'imbriquent les uns dans les autres (Number 22, 1949, Museum of Modern Art, New York ; Brick Painting, 1952, Tate Gallery, Londres). Ayant adhéré au mouvement des American Abstract Artists, il publie, dans la revue PM, des dessins satiriques sur le monde de l'art. En 1953, Reinhardt renonce à toute asymétrie, à toute irrégularité, à toute couleur vive dans ses tableaux. Il adopte un schéma cruciforme et s'oriente vers la quasi-monochromie de la surface peinte. Après avoir publié, en 1957, ses principes : les « douze règles pour une nouvelle académie », il répète inlassablement, à partir de 1960, la même peinture. Rigoureusement identiques, ses Black Paintings, de format carré, sont également divisés en neuf carrés et enduits de couleur noire dont seules varient les valeurs (Ultimate Painting, 1960, Musée national d'art moderne, Paris). « Moins en art, ce n'est pas moins », énonçait l'artiste. Sa recherche de l'Art as Art, du fait pictural dans sa nudité, aura eu une grande répercussion sur l'art minimal et sur l'art conceptuel.

—  Élisabeth LEBOVICI

Écrit par :

Classification


Autres références

«  REINHARDT AD (1913-1966)  » est également traité dans :

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Abstraction, monochromie et fin de l'art »  : […] La réduction moderniste conduit la peinture à la stricte monochromie, et on s'est demandé s'il s'agissait encore là d'art abstrait. Dans son journal, Yves Klein répond par la négative : il s'avoue « heureux de ne pas être un peintre abstrait ». Le premier tableau qu'il soumit à l'approbation du monde de l'art ne fut pas acceptée au Salon des réali […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-abstrait/#i_84824

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 474 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'école de New York et la crise de l'expressionnisme abstrait »  : […] Pollock lui-même abandonne l'abstraction all-over qui a fait sa réputation dès 1950-1951 (années où De Kooning revient également au thème du nu féminin), pour réaliser une série de peintures semi-figuratives à l'émail noir sur toile vierge qui seront suivies d'expérimentations erratiques jusqu'à sa mort prématurée, à l'âge de quarante-quatre ans. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_84824

MINIMAL ET CONCEPTUEL ART

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Catherine MILLET, 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 6 311 mots

Dans le chapitre « Une autodéfinition de l'œuvre »  : […] Les premières manifestations internationales d'art conceptuel reflètent cette confusion signalée entre un art d'idées (à la manière des jeux d'esprit et des calembours de Duchamp) et cette auto-analyse de l'art. Ce fut le cas de l'exposition de Leverkusen, ce le fut également des manifestations organisées par un marchand américain reconverti en édi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-minimal-et-conceptuel/#i_84824

MONOCHROME, peinture

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 3 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Monochromie et fin de la peinture »  : […] Parmi les pionniers de la monochromie, Malévitch (1878-1935) et Rodtchenko (1891-1956) occupent une place de choix. Pour l'un comme pour l'autre de ces deux artistes, la monochromie annonce la fin de la peinture. Malévitch expose son Carré noir – nommé également Carré noir sur fond blanc (Galerie Tretyakov, Moscou) – en 1915. En 1919, il prés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monochrome-peinture/#i_84824

Pour citer l’article

Élisabeth LEBOVICI, « REINHARDT AD - (1913-1966) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ad-reinhardt/