GREENBERG CLEMENT (1909-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'histoire de l'art et de la pensée critique sur l'art aura été profondément marquée, au cours du xxe siècle, par Clement Greenberg. Figure à la fois quasi mythique et controversée, il a indiscutablement proposé l'un des axes d'interprétation majeurs de l'art moderne et contemporain, donnant ainsi à l'activité de critique d'art ses lettres de noblesse. On peut dire que la démarche analytique de Greenberg continue de nourrir, en creux ou en plein, le champ artistique qu'elle a fortement contribué à délimiter.

Né en 1909 à New York dans une famille juive d'origine lituanienne, Clement Greenberg a fait des études de langues et de littérature à l'université de Syracuse, écrit de la poésie, traduit des œuvres littéraires de l'allemand ou du français. À partir de la fin des années 1930, impressionné entre autres par les conférences très didactiques du peintre Hans Hoffman, il s'initie à la critique artistique, qu'il mène un moment conjointement à la critique littéraire, avant d'abandonner définitivement celle-ci vers le milieu des années 1940. Il a rejoint, entre-temps, la rédaction de la revue trotskiste Partisan Review, puis devient, de 1942 à 1949, le critique attitré de The Nation. En même temps qu'il jette une lumière nouvelle sur l'art du début du siècle, il se fait le commentateur et le héraut de la jeune avant-garde américaine. Après la publication d'un livre sur Miró en 1948, puis sur Matisse en 1953, un premier recueil de ses articles les plus importants, écrits entre 1939 et 1960, paraît en 1961, sous le titre Art and Culture, et deviendra un livre-culte (traduit en français en 1988 aux éditions Macula sous le titre Art et Culture). Jusque dans les années 1970, Greenberg continuera d'écrire régulièrement dans les principales publications artistiques américaines tout en dispensant des séminaires d'esthétique et de critique d'art à l'université.

Avec une grande rigueur stylistique, il prô [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : historienne de l'art, critique d'art, conservateur de la collection d'art moderne de Renault

Classification


Autres références

«  GREENBERG CLEMENT (1909-1994)  » est également traité dans :

ART ET CULTURE, Clement Greenberg

  • Écrit par 
  • Patrick de HAAS
  •  • 1 405 mots

Autodidacte, reconnu aujourd'hui comme le critique le plus célèbre et le plus controversé de la seconde moitié du xxe siècle, Clement Greenberg (1909-1994) a publié en 1961 un ouvrage appelé à avoir un immense retentissement mais dont il faudra attendre plus d'un quart de siècle la traduction française […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-culture-clement-greenberg/#i_21923

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Abstraction et formalisme »  : […] Il va de soi que ce que dit la peinture ou la sculpture ne peut pas être communiqué par le langage verbal. S'il en était autrement, il serait inutile de peindre ou de sculpter. Abstrait ou non, l' art, quand il aspire à devenir cosa mentale , ne cherche pas à transcrire ou à illustrer une pensée préexistante ; il est pensée en acte, incarnée dans un méd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-abstrait/#i_21923

COLOR-FIELD PAINTING

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 516 mots
  •  • 1 média

Le color-field painting (littéralement « peinture du champ coloré ») constitue avec l' action painting (« peinture d'action ») l'une des deux principales tendances de l'expressionnisme abstrait américain au xx e  siècle. Il se caractérise par de grandes toiles où dominent les aplats de couleur et où le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/color-field-painting/#i_21923

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'affirmation d'une identité artistique américaine »  : […] Le « triomphe de l'art américain », pour reprendre le titre du classique d'Irving Sandler, est dû à la mise en place chez les critiques, les artistes, les institutionnels et les marchands d'une stratégie commune visant à souligner la dimension vernaculaire de leur création. Tandis que dans la plupart des pays européens, exception faite des régimes totalitaires, l'idée d'un art patriotique entraîne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_21923

L'INFORME, MODE D'EMPLOI (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 1 559 mots

Organiser une exposition sur l'informe comme celle qui a été proposée par Yve-Alain Bois et Rosalind Krauss au Centre Georges-Pompidou, du 22 mai au 26 août 1996, était une entreprise audacieuse, risquée. Le risque était bien sûr de toucher à la forme en art : sans elle, l'art se trouve plongé dans un flux, un tourbillon où toute possibilité de segmenter, d'identifier, et même de voir menace de di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-informe-mode-d-emploi/#i_21923

MINIMAL ET CONCEPTUEL ART

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Catherine MILLET, 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 6 311 mots

S'inscrivant dans la continuité de l'esthétique édifiée par le critique d'art américain Clement Greenberg (1909-1994), l'art minimal et son alter ego l'art conceptuel peuvent être considérés comme les enfants illégitimes du modernisme. Antérieur à l'avènement du phénomène conceptuel, l'art minimal voit le jour dans la première moitié des années 1960. Il fait suite aux différentes expériences esse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-minimal-et-conceptuel/#i_21923

MODERNITÉ

  • Écrit par 
  • Jean BAUDRILLARD, 
  • Alain BRUNN, 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 8 051 mots

Dans le chapitre « Avant-garde, modernité, modernisme »  : […] Dans l'entre-deux-guerres se manifeste une transformation considérable par rapport à la conception baudelairienne de la modernité, plutôt en retrait dans le champ sociopolitique, voire élitiste. Apparaît une critique sociale, politique et morale, due principalement aux chocs physiques et psychiques provoqués par le premier conflit mondial. Mais les avant-gardes des années 1920 et 1930 ont beau ten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modernite/#i_21923

NEW YORK ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Genèse et sources du mouvement »  : […] Prenant conscience de la nécessité absolue de dégager leur art du provincialisme dans lequel ils se trouvaient depuis des siècles, les artistes de l'école de New York tentent de créer, à partir de la réalité et du tempérament propres à leurs pays, une tradition picturale nouvelle, à laquelle va s'ajouter et pour longtemps, « ce sentiment totalement nouveau, écrit Clement Greenberg, d'être au centr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-new-york/#i_21923

POSTMODERNISME

  • Écrit par 
  • Carla CANULLO, 
  • Romain JOBEZ, 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 5 158 mots

Dans le chapitre « Arts plastiques »  : […] Le projet « moderne » a eu bien entendu des répercussions sur l'« évolution » de l'art du xx e  siècle, certains critiques ayant repris à leur compte sa dimension téléologique. Le plus emblématique de ses représentants est le new-yorkais Clement Greenberg, dont les premiers écrits ont été publiés dans la Partisan Review , qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/postmodernisme/#i_21923

SUPPORTS / SURFACES

  • Écrit par 
  • Didier SEMIN
  •  • 2 479 mots

Dans le chapitre « Inspiration américaine et cadre théorique  »  : […] Dans les années 1960, la scène abstraite en France était encore dominée par une École de Paris vieillissante, académisée, incapable de répondre aux attentes d’une nouvelle génération d’artistes. Ils se tournèrent, assez naturellement, vers d’autres horizons : celui de la peinture américaine en particulier (Barnett Newman, Ad Reinhardt, Ellsworth Kelly), que le critique Marcelin Pleynet s’appliquai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supports-surfaces/#i_21923

Pour citer l’article

Ann HINDRY, « GREENBERG CLEMENT - (1909-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/clement-greenberg/