NOLAND KENNETH (1924-2010 )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre américain expressionniste abstrait, né le 10 avril 1924 à Asheville (Caroline du Nord), décédé le 5 janvier 2010.

Kenneth Noland étudie auprès de Josef Albers et Ilya Bolotowsky au Black Mountain College en Caroline du Nord, puis auprès du sculpteur français Ossip Zadkine à Paris en 1948-1949. Sa première exposition personnelle se tient à Paris à la galerie Raymond Creuze en 1949. Influencé par le travail de Helen Frankenthaler, il travaille avec Morris Louis sur la technique du staining, qui consiste à imprégner la toile brute de fines couches de peinture acrylique pour obtenir une couleur pure et saturée faisant partie intégrante du support. Kenneth Noland trouve son propre style à la fin des années 1950, proche des mouvements du color field et du minimalisme : les couleurs s'étalent en cercles concentriques (série Cibles, 1958), en bandes parallèles, prennent forme de chevrons ou de losange. En 1961, ces agencements dictent la forme et la taille du tableau, Kenneth Noland en vient alors à découper ses toiles en fonction des formes qu'il souhaite peindre. À la biennale de Venise en 1964, il occupe la moitié du Pavillon américain avec Morris Louis et, en 1977, le musée Guggenheim de New York organise une rétrospective de son œuvre.

Kenneth Noland

Kenneth Noland

photographie

Kenneth Noland affirme la suprématie de la couleur pure et la planéité de la peinture, en jouant de la subtilité des tons chromatiques qui viennent créer une sorte de vibration optique. 

Crédits : Smithsonian's Archives of American Art

Afficher

Kenneth Noland enseigne à l'Institute of Contemporary Arts (1949-1951) et à la Catholic University (1951-1960) de Washington. Il expose dans le monde entier et ses œuvres sont conservées dans les collections permanentes du Museum of Modern Art de New York, de la Tate Gallery de Londres, du Kunsthaus de Zurich et du Centre Georges-Pompidou à Paris.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  NOLAND KENNETH (1924-2010 )  » est également traité dans :

COLOR-FIELD PAINTING

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 516 mots
  •  • 1 média

Le color-field painting (littéralement « peinture du champ coloré ») constitue avec l' action painting (« peinture d'action ») l'une des deux principales tendances de l'expressionnisme abstrait américain au xx e  siècle. Il se caractérise par de grandes toiles où dominent les aplats de couleur et où le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/color-field-painting/#i_50328

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'affirmation d'une identité artistique américaine »  : […] Le « triomphe de l'art américain », pour reprendre le titre du classique d'Irving Sandler, est dû à la mise en place chez les critiques, les artistes, les institutionnels et les marchands d'une stratégie commune visant à souligner la dimension vernaculaire de leur création. Tandis que dans la plupart des pays européens, exception faite des régimes totalitaires, l'idée d'un art patriotique entraîne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_50328

Pour citer l’article

« NOLAND KENNETH (1924-2010 ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kenneth-noland/