FRANKENTHALER HELEN (1928- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Helen Frankenthaler appartient à la seconde génération de peintres expressionnistes américains et plus précisément de la tendance du color-field painting, au rang desquels on peut compter Morris Louis et Kenneth Noland. Ils ont travaillé sur les apports de Willem De Kooning et de Jackson Pollock tout en mettant en cause l'unité fictive de l'action painting. Helen Frankenthaler a utilisé la technique de la « couleur tache » (stained color, selon l'historien d'art Sam Hunter), versée directement sur le support.

Élève du peintre mexicain Rufino Tamayo, puis de l'Américain Paul Feeley, Helen Frankenthaler, qui est née en 1928 à New York, fait, en 1951, une rencontre décisive avec Pollock, dans l'atelier de celui-ci. Elle en retient l'utilisation de grands formats et la confrontation avec la toile sans châssis, posée directement sur le sol. Dilués dans la térébenthine, les pigments pénètrent non seulement la surface, mais aussi l'épaisseur du support posé par terre. Les variations d'intensité des plages colorées s'élaborent en fonction de la quantité de peinture versée et de la fréquence de son application en une même zone. Produites sans idée préalable de leur forme, ces taches colorées sont pourtant, pour Helen Frankenthaler, des figures faisant allusion à un objet ou à un thème de représentation. Les titres qu'elle donne à ses œuvres sont souvent inspirés par la nature (Mountains and Sea, 1952 ; The Bay, 1963 ; Spring Bank, 1974). « J'ai un sens de l'espace que je pourrais mettre en relation avec des paysages », dit l'artiste. Le musée d'Art moderne de New York a présenté en 1989, avec quarante toiles, une rétrospective de son œuvre peint et la National Gallery of Art de Washington a exposé ses gravures en 1993. Par sa technique « tachiste », elle rejoint les préoccupations exprimées plus d'un siècle auparavant par les préromantiques anglais comme Cozens ou Romney.

Depuis sa première exposition personnelle, à la galerie Tibor de Nagy, à New York en 1951, Helen Frankenthaler participe à de nombreuses manifestations : Guggenheim Museum, New York (1998) ; Museum of Modern Art, New York (2000) ; Neue Nationalgalerie, Berlin (2004) ; National Gallery of Australia, Canberra (2006).

—  Élisabeth LEBOVICI

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Élisabeth LEBOVICI, « FRANKENTHALER HELEN (1928- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/helen-frankenthaler/