ROSENBERG HAROLD (1906-1978)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain et philosophe américain, né le 2 février 1906 à New York, mort le 11 juillet 1978 à New York.

Harold Rosenberg fait ses études au City College de New York, puis à la Brooklyn Law School. De 1939 à 1942, il travaille pour la Works Progress Administration, vaste programme mis en place pendant le New Deal pour fournir des emplois à des écrivains au chômage, et dans ce cadre participe à la réalisation de guides touristiques pour la série American Guide. Parmi ses œuvres publiées on trouve un recueil de poèmes, Trace Above the Streets (1942, « Trace au-dessus des rues »), des critiques d'art telles que The Tradition of the New (1959, La Tradition du nouveau), The Anxious Object (1964, « L'objet anxieux ») et The De-Definition of Art (1972, La Dé-définition de l'art), ainsi que des monographies sur Arshile Gorky, Willem de Kooning, Saul Steinberg et Barnett Newman. Rosenberg enseigne dans divers instituts et universités à travers les États-Unis et écrit des myriades d'articles sur l'art et la littérature pour les revues Partisan Review et Art News. De 1967 jusqu'à sa mort, il travaille également comme critique d'art au New Yorker.

Nombre des analyses pénétrantes de Rosenberg sur des artistes comme Jackson Pollock, Hans Hofmann, Mark Rothko et Philip Guston permettent de mieux saisir certains concepts et répondent aux questions qui se posent sur les divers composants de la peinture abstraite. Souvent Rosenberg semble percevoir une œuvre d'art du point de vue de l'artiste, ce qui rend ses commentaires à la fois instructifs et provocants. Rosenberg joue un rôle important dans la prise de conscience par le public du mouvement de l'expressionnisme abstrait qui apparaît à New York durant les années 1940. C'est lui qui crée le terme aujourd'hui très répandu d'action painting pour en décrire certains aspects.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  ROSENBERG HAROLD (1906-1978)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'école de New York et la crise de l'expressionnisme abstrait »  : […] Pollock lui-même abandonne l'abstraction all-over qui a fait sa réputation dès 1950-1951 (années où De Kooning revient également au thème du nu féminin), pour réaliser une série de peintures semi-figuratives à l'émail noir sur toile vierge qui seront suivies d'expérimentations erratiques jusqu'à sa mort prématurée, à l'âge de quarante-quatre ans. L'accident de voiture qui lui coûte la vie ne fait […] Lire la suite

NEW YORK ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Genèse et sources du mouvement »  : […] Prenant conscience de la nécessité absolue de dégager leur art du provincialisme dans lequel ils se trouvaient depuis des siècles, les artistes de l'école de New York tentent de créer, à partir de la réalité et du tempérament propres à leurs pays, une tradition picturale nouvelle, à laquelle va s'ajouter et pour longtemps, « ce sentiment totalement nouveau, écrit Clement Greenberg, d'être au centr […] Lire la suite

RIVETTE JACQUES (1928-2016)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 320 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie du complot »  : […] Sorti en 1961, le film est un échec public total, mais Rivette connaît pourtant un moment de célébrité avec la polémique qui a accompagné la censure de Suzanne Simonin . La Religieuse de Diderot (1965-1966), dont le rôle-titre est interprété par Anna Karina, qui visait moins la religion que le mysticisme aveugle et la violence qui découlent de la claustration forcée. Au lieu du film grivois atten […] Lire la suite

Pour citer l’article

« ROSENBERG HAROLD - (1906-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/harold-rosenberg/