Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

VASOMOTRICITÉ

La vasomotricité est la propriété que possède une artère de moduler son calibre.

Sur le plan physiopathologique, la plupart des rétrécissements qui affectent le calibre artériel sont liés à la formation de dépôts contenant du cholestérol (plaque athéromateuse). Ils contrarient la vasomotricité de l'artère saine, car ils sont plaqués sur le revêtement endothélial du vaisseau atteint. Or l'endothélium est constitué de cellules aplaties, constituant une sorte de revêtement actif au contact du sang.

Il peut en apprécier les caractéristiques et réagir aux signaux biochimiques qu'il véhicule : la plaque l'en empêche. L'agent de liaison entre l'endothélium et les cellules musculaires lisses qui l'encerclent (couche médiane de l'artère) est l'ion calcium.

Les filaments contractiles des cellules musculaires réagissent (raccourcissement) si le calcium est mis à leur contact. Il sort de ses réservoirs cellulaires sous l'action d'un peptide vasoconstricteur, l'endothéline, que la cellule endothéliale a produit en réponse aux effets mécaniques d'étirement qui tendent à élargir le calibre artériel. On appelle enzyme de conversion l'enzyme indispensable à la production de l'endothéline. En revanche, la mise en réserve du calcium dans les cellules musculaires est due à l'entrée en jeu d'un signal NO émis par les cellules endothéliales, en réponse notamment à un effet de cisaillement se produisant sur l'artère. La libération du NO a lieu dans la cellule endothéliale par l'intermédiaire d'une protéine, la calmoduline, qui active (par calcium interposé) une enzyme appelée NO synthétase, permettant l'oxydation d'un acide aminé (arginine).

— Didier LAVERGNE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Didier LAVERGNE. VASOMOTRICITÉ [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ADRÉNALINE

    • Écrit par Jacques HANOUNE
    • 3 565 mots
    • 2 médias
    ...agonistes spécifiques. La phényléphrine, agoniste α presque pur, augmente la pression artérielle systolique et diastolique, elle diminue le rythme cardiaque. Elle entraîne une vasoconstriction dans la plupart des lits vasculaires. L' isoprotérénol, agoniste β pur, augmente le rythme et le débit cardiaques ainsi...
  • BERNARD CLAUDE (1813-1878)

    • Écrit par Paul MAZLIAK
    • 4 120 mots
    • 1 média
    Les découvertes les plus importantes de Claude Bernard dans ses recherches sur le système nerveux concernent les nerfs modifiant le calibre des vaisseaux sanguins, c'est-à-dire les nerfs vasomoteurs, vasoconstricteurs ou vasodilatateurs.
  • CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Appareil circulatoire humain

    • Écrit par Universalis, Claude GILLOT, Jean PAUPE, Henri SCHMITT
    • 17 004 mots
    • 13 médias
    Lavasomotricité permet à la circulation sanguine de s'adapter à tout moment aux besoins de l'organisme. Elle est capable de se modifier rapidement en cas de perturbations, temporaires ou non, intéressant un point quelconque du circuit. Elle y assure enfin un équilibre des pressions et des débits....
  • ÉPAULE-MAIN SYNDROME

    • Écrit par Jean-Paul CAMUS
    • 422 mots

    Le syndrome épaule-main (Steinbrocker, 1947) est le nom souvent donné à l'algodystrophie réflexe du membre supérieur, décrite par Ravault en 1946. Ce syndrome paraît correspondre à un dérèglement vaso-moteur localisé lié à des facteurs nombreux et évoluant, généralement en deux périodes...

  • Afficher les 10 références

Voir aussi