VASOMOTRICITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vasomotricité est la propriété que possède une artère de moduler son calibre.

Sur le plan physiopathologique, la plupart des rétrécissements qui affectent le calibre artériel sont liés à la formation de dépôts contenant du cholestérol (plaque athéromateuse). Ils contrarient la vasomotricité de l'artère saine, car ils sont plaqués sur le revêtement endothélial du vaisseau atteint. Or l'endothélium est constitué de cellules aplaties, constituant une sorte de revêtement actif au contact du sang.

Il peut en apprécier les caractéristiques et réagir aux signaux biochimiques qu'il véhicule : la plaque l'en empêche. L'agent de liaison entre l'endothélium et les cellules musculaires lisses qui l'encerclent (couche médiane de l'artère) est l'ion calcium.

Les filaments contractiles des cellules musculaires réagissent (raccourcissement) si le calcium est mis à leur contact. Il sort de ses réservoirs cellulaires sous l'action d'un peptide vasoconstricteur, l'endothéline, que la cellule endothéliale a produit en réponse aux effets mécaniques d'étirement qui tendent à élargir le calibre artériel. On appelle enzyme de conversion l'enzyme indispensable à la production de l'endothéline. En revanche, la mise en réserve du calcium dans les cellules musculaires est due à l'entrée en jeu d'un signal NO émis par les cellules endothéliales, en réponse notamment à un effet de cisaillement se produisant sur l'artère. La libération du NO a lieu dans la cellule endothéliale par l'intermédiaire d'une protéine, la calmoduline, qui active (par calcium interposé) une enzyme appelée NO synthétase, permettant l'oxydation d'un acide aminé (arginine).

—  Didier LAVERGNE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  VASOMOTRICITÉ  » est également traité dans :

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Physiologie »  : […] Le rôle respectif des différents types de récepteurs adrénergiques dans les effets tissulaires intégrés des catécholamines est parfois difficile à élucider. En effet, ces récepteurs transmettent le plus souvent des messages divergents et modulent de manière opposée l'activité de la cellule cible. Dans beaucoup de systèmes expérimentaux, le type d'effet observé dépend de la concentration en adréna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adrenaline/#i_11886

BERNARD CLAUDE (1813-1878)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 4 110 mots

Dans le chapitre «  Recherches sur le système nerveux »  : […] Dans l'œuvre scientifique de Claude Bernard, les recherches sur le système nerveux occupent une très grande place. Son premier inspirateur en ce domaine fut Magendie. Ce physiologiste avait observé qu'en excitant la branche lacrymale de la cinquième paire de nerfs crâniens, on faisait couler abondamment les larmes et que, au contraire, la section de ce nerf faisait cesser la sécrétion lacrymale. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-bernard/#i_11886

CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Appareil circulatoire humain

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Jean PAUPE, 
  • Henri SCHMITT
  • , Universalis
  •  • 16 940 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Contrôle du réseau vasculaire »  : […] La vasomotricité permet à la circulation sanguine de s'adapter à tout moment aux besoins de l'organisme. Elle est capable de se modifier rapidement en cas de perturbations, temporaires ou non, intéressant un point quelconque du circuit. Elle y assure enfin un équilibre des pressions et des débits. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/circulatoires-systemes-appareil-circulatoire-humain/#i_11886

ÉPAULE-MAIN SYNDROME

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CAMUS
  •  • 421 mots

Le syndrome épaule-main (Steinbrocker, 1947) est le nom souvent donné à l'algodystrophie réflexe du membre supérieur, décrite par Ravault en 1946. Ce syndrome paraît correspondre à un dérèglement vaso-moteur localisé lié à des facteurs nombreux et évoluant, généralement en deux périodes d'aspect clinique différent, vers la guérison à peu près totale. La première période, inconstante, est pseudo-in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syndrome-epaule-main/#i_11886

ÉRYTHROCYANOSE

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 86 mots

Lésion d'allure congestive liée à une atonie vaso-motrice des capillaires qui atteint habituellement chez les jeunes filles les régions sus-malléolaires. La rougeur et la cyanose s'accompagnent d'un empâtement profond pseudo-œdémateux et souvent de kératose folliculaire, de télangiectasies. Ces manifestations, exagérées par le froid, liées à des troubles endocrino-sympathiques complexes, n'ont en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erythrocyanose/#i_11886

GELURES

  • Écrit par 
  • René NOTO
  •  • 780 mots

Accidents loco-régionaux provoqués par l'action du froid (toujours pour des températures inférieures à 0  0 C), les gelures atteignent électivement les parties découvertes et/ou mal protégées du corps : les extrémités des membres (mains, pieds), les parties directement exposées (face, nez, pommettes, oreilles). Elles peuvent être isolées ou associées à une atteinte général […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gelures/#i_11886

HOMÉOSTASIE

  • Écrit par 
  • Jack BAILLET
  •  • 4 838 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Régulation de la pression artérielle »  : […] La pression artérielle est une constante biologique que l'organisme contrôle grâce à un système cybernétique dont les principaux composants, indiqués sur la figure , sont les suivants : Les baro-récepteurs du sinus carotidien et de la crosse de l'aorte, sensibles à l'extension et à la déformation des parois artérielles, enregistrent le degré de déviati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homeostasie/#i_11886

HYPERTENSION

  • Écrit par 
  • Xavier JEUNEMAITRE, 
  • Jacques JULIEN, 
  • Jean-Baptiste MICHEL
  •  • 6 793 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Composantes hémodynamiques »  : […] La pression artérielle moyenne est la résultante du débit cardiaque et des résistances périphériques à l'écoulement. Le débit cardiaque étant relativement constant (bien qu'il augmente à l'effort et diminue lorsque le cœur est défaillant), le niveau de pression artérielle est déterminé surtout par les résistances périphériques, lesquelles sont en rapport avec l'état de contraction des cellules mu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypertension/#i_11886

NEUROVÉGÉTATIF SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Paul DELL
  •  • 15 353 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les centres cardio-vasculaires »  : […] Ils comprennent d'une part les centres vasomoteurs qui président à la contraction ou à la dilatation des parois vasculaires, et d'autre part les centres cardiorégulateurs qui commandent à l'accélération et au ralentissement cardiaque, au réglage du tonus et à la puissance de l'ondée pulsatile cardiaque. La figure indique la topographie de ces centres sur des coupes transversales du tronc céréb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-neurovegetatif/#i_11886

VAISSEAUX SANGUINS ET LYMPHATIQUES

  • Écrit par 
  • Claude ELBAZ, 
  • Didier REINHAREZ
  •  • 14 781 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les acrosyndromes »  : […] Les acrosyndromes sont des manifestations circulatoires, cutanées des extrémités, provoquées par les actions conjuguées de la vaso-motricité régionale et de la perméabilité capillaire, réalisant, par exemple, les engelures et d'autres troubles plus sérieux qui ont été traités au chapitre 1, sous le titre Troubles vaso-moteurs des extrémités . Le mécanisme de ces troubles se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaisseaux-sanguins-et-lymphatiques/#i_11886

Pour citer l’article

Didier LAVERGNE, « VASOMOTRICITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vasomotricite/