ARRÊT CARDIAQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On définit par arrêt cardio-circulatoire la suspension brutale de l'activité cardiaque efficace d'un sujet, chez qui tel événement n'était pas prévisible.

Du point de vue médico-légal, l'arrêt cardiaque est synonyme de mort subite. Les causes les plus importantes d'arrêt cardio-circulatoire sont : les troubles aigus du rythme cardiaque survenant le plus souvent dans le contexte d'une maladie coronarienne ; les accidents asphyxiques, quelles que soient leurs causes (noyades, intoxications aiguës, détresse respiratoire aiguë de cause diverse) ; les accidents anaphylactiques aigus dus à des médicaments, des piqûres d'insectes ou des aliments ; l'électrocution.

L'arrêt cardiaque rapidement reconnu doit être considéré comme a priori réversible. On dispose d'un délai de six minutes pour obtenir une récupération totale ou partielle des fonctions cardio-respiratoires. Au-delà de ce délai risquent d'apparaître des lésions irréversibles d'anoxie cérébrale. Ce délai est prolongé si les manœuvres de réanimation sont immédiatement mises en œuvre. Elles comprennent : la libération des voies aériennes supérieures, geste essentiel, notamment si l'arrêt cardiaque est dû à un corps étranger bloquant ces voies aériennes ; une assistance respiratoire pour laquelle le moyen le plus simple et le plus efficace est le bouche à bouche ; le massage cardiaque externe.

Ces manœuvres simples peuvent permettre à elles seules, dans un certain nombre de cas, le retour à un état circulatoire normal, sinon elles peuvent éventuellement donner le délai nécessaire à l'arrivée d'une équipe de réanimation mobile (S.A.M.U., sapeurs-pompiers), qui mettra en œuvre éventuellement des méthodes plus lourdes. La connaissance des premières manœuvres a pu permettre la récupération sans séquelle d'un certain nombre d'arrêts cardio-circulatoires.

—  François BOURNÉRIAS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARRÊT CARDIAQUE  » est également traité dans :

ANESTHÉSIE

  • Écrit par 
  • Francis BONNET, 
  • François CHAST
  •  • 4 116 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Conséquences physiologiques de l'anesthésie générale »  : […] Les agents anesthésiques modifient profondément la régulation des grandes fonctions physiologiques de l'organisme. L'anesthésie générale provoque une perte de conscience plus ou moins profonde du patient ; la plupart des agents anesthésiques inhibent la commande de la respiration, et les curares paralysent les muscles respiratoires ; enfin, la plupart des agents anesthésiques ont une action hypot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anesthesie/#i_80536

ÉLECTROCUTION

  • Écrit par 
  • René NOTO
  •  • 920 mots

En toute rigueur, il convient de définir l' électrocution comme étant l'accident suivi de mort et l' électrisation comme l'accident suivi de survie plus ou moins longue. Les accidents électriques se répartissent en trois catégories, selon les circonstances où ils se produisent : – accidents domestiques, dus à des courants de basse tension (BT inférieur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electrocution/#i_80536

THÉRAPEUTIQUE - Réanimation

  • Écrit par 
  • Maurice GOULON, 
  • François NOUAILHAT
  •  • 3 607 mots

Dans le chapitre « Assistance circulatoire »  : […] L' insuffisance cardio-circulatoire aiguë dans l'éventualité la plus dramatique est l' arrêt cardiaque , que l'on doit traiter immédiatement par le massage externe du cœur à thorax fermé. On exerce sur la région sternale des pressions manuelles à la fréquence de 60 à 80 mouvements par minute ; lors de chaque pression, les cavités cardiaques se vident de leur sang ; elles se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/therapeutique-reanimation/#i_80536

Pour citer l’article

François BOURNÉRIAS, « ARRÊT CARDIAQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arret-cardiaque/