GALIEN CLAUDE (131 env.-env. 201)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Pergame, fils de l'architecte grec Nicon, Claude Galien (en grec Klaudios Galenos ; en latin Claudius Galenus) commence dans cette cette ville ses études de philosophie et de médecine, qu'il poursuit à Alexandrie. Il voyage ensuite tout autour du Bassin méditerranéen pendant une douzaine d'années, recherchant les meilleurs médecins pour recueillir leurs leçons. De retour à Pergame, il est nommé médecin des gladiateurs, ce qui lui permet de perfectionner ses connaissances en chirurgie. Souhaitant conquérir la capitale de l'Empire, il arrive à Rome vers 164, sous le règne de Marc Aurèle dont il devient le médecin, tout en ayant en ville une importante clientèle et de nombreux élèves assidus aux cours qu'il professe dans le temple de la Paix. Ses expériences, en particulier celles qu'il fit sur le système nerveux, font de lui le premier physiologiste et le créateur de la médecine expérimentale. Le premier, il composa en public la thériaque, mélange de soixante-quatorze ingrédients, qui guérissait les intoxications.

Galien a abondamment écrit et, bien que les deux tiers seulement de son œuvre nous soient parvenus, ses ouvrages (très tôt traduits en arabe) constituèrent la base des connaissances médicales ; ils furent admis sans beaucoup d'opposition jusqu'à la Renaissance. Bien que l'anatomie lui semble essentielle, il ne dissèque que des animaux (singe, porc, bœuf), n'abordant le cadavre humain que pour l'ostéologie. S'il localise dans le foie le centre de la circulation du sang, en revanche sa description du système nerveux est plus exacte : il décrit le parcours de l'influx nerveux depuis le cerveau, par les nerfs, et ses expériences sur l'animal vivant lui ont permis d'agir sur les nerfs récurrents. Sa théorie des contraires est résolument moderne, et son axiome contraria contrariis curantur est fréquemment cité aujourd'hui. Cependant, il avait tendance à expliquer les maladies par l'influence exercée par les quatre éléments (eau, air, terre, feu) et les quatre qualités physiqu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GALIEN CLAUDE (131 env.-env. 201)  » est également traité dans :

CIRCULATION DU SANG - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 165 mots

ii e  siècle Galien (env. 129-env. 201) postule l'existence de pores dans la cloison interventriculaire du cœur pour expliquer la présence du sang dans sa partie gauche. xiii e  siècle Ibn al-Nafis (1210-1288) suppose plutôt le passage du sang par les poumons. 1553 Michel Servet (1509 ou 1511-1553) partage cet avis. 1559 Realdo Colombo (1510 ?- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/circulation-du-sang-reperes-chronologiques/#i_8053

DIPHTÉRIE

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  •  • 1 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historique »  : […] Décrite par Arétée de Cappadoce et Galien, la diphtérie (pour laquelle Asclépiade de Bithynie aurait pratiqué la trachéotomie dès le i er  s. av. J.-C.) fut étudiée en France à la Renaissance par Pierre Forest et par Baillou. Bretonneau, au début du xix e  siècle (vers 1820), distingue la diphtérie des autres angines « couenneuses » ; puis Troussea […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diphterie/#i_8053

ÉPIDÉMIES

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Georges DUBY, 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 16 519 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La peste antonine »  : […] Lorsque l'armée romaine revint victorieuse de Syrie après la prise de Séleucie (165), Rome fit à son chef Lucius Aurelius Verus et à l'empereur Marc Aurèle un triomphe auquel assista une foule considérable. Ce grand rassemblement fut l'occasion d'une épidémie : le typhus exanthématique pour certains, une forme ancienne de la dengue pour d'autres ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epidemies/#i_8053

HIPPOCRATE DE COS (-460-env. -370)

  • Écrit par 
  • Jacques JOUANNA
  •  • 6 889 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'hippocratisme »  : […] Hippocrate a exercé sur la pensée médicale, au cours de plus de vingt siècles, une influence analogue à celle qu'a exercée Aristote sur la pensée philosophique. Parfois contestée, souvent admirée, et plus souvent encore déformée en fonction de ce que l'on voulait y chercher, l'œuvre hippocratique a été un modèle de référence constant pour la médeci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hippocrate-de-cos/#i_8053

HUMEURS THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Sophie SPITZ
  •  • 928 mots
  •  • 1 média

Élaborée peu à peu par Hippocrate (460 env.-env. 370 av. J.-C.) et les auteurs du Corpus Hippocraticum , puis par Galien (129-env. 201), la doctrine médicale de la théorie des humeurs a joué un rôle prépondérant dans l'histoire de la médecine jusqu'à la fin du xviii e siècle environ. La théorie humorale considère que la santé de l'âme comme celle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-humeurs/#i_8053

MÉDECINE - Histoire

  • Écrit par 
  • Charles COURY
  •  • 8 938 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les débuts de la médecine laïque dans l'Antiquité grecque et romaine »  : […] La désacralisation de la maladie n'en était pas moins amorcée. Elle a été achevée, au siècle de Socrate, de Périclès, de Sophocle, de Phidias, d'Euripide, par Hippocrate de Cos (460 env.-380 env. av. J.-C.). Celui-ci a été le chef d'une école qui retenait pour bases fondamentales de l'art médical l'observation objective des faits et la rigueur mor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-histoire/#i_8053

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 236 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « De l'Antiquité au XVIIe siècle »  : […] Dans l'Antiquité classique, les Grecs situent l'encéphale dans le crâne et la moelle épinière dans les vertèbres, mais ils font siéger la sensibilité dans les viscères, le cœur, le foie, le diaphragme. Plus tard, Alcméon de Crotone, au vi e  siècle avant J.-C., établit par la dissection et la vivisection des animaux les relations des organes des se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurologie/#i_8053

NUTRITION ARTIFICIELLE

  • Écrit par 
  • Claude MATUCHANSKY
  •  • 5 527 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Nutrition artificielle par voie veineuse : nutrition parentérale »  : […] Indiquée lorsque la nutrition orale et entérale est impossible, la nutrition parentérale constitue un véritable « intestin artificiel » permettant de suppléer de façon transitoire ou parfois très prolongée la fonction d'un intestin grêle défaillant ou absent. Le concept même de nutrition veineuse peut être retrouvé dans les documents les plus anci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nutrition-artificielle/#i_8053

VÉSALE ANDRÉ (1514-1564)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 726 mots
  •  • 5 médias

Né à Bruxelles, André Vésale commence ses humanités à Louvain, puis étudie la médecine à Paris (1533-1536). Ses maîtres parisiens sont Gonthier d'Andernach et Jacques Sylvius ; Michel Servet est son condisciple. Sa passion pour l' anatomie l'entraîne à déterrer des cadavres au cimetière des Innocents et à dérober des pendus au gibet de Montfaucon. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-vesale/#i_8053

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « GALIEN CLAUDE (131 env.-env. 201) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-galien/