Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

On peut diviser le corpus des films réalisés, interprétés par des Noirs aux États-Unis, ou dans lesquels ils tiennent un rôle important, en quatre grandes périodes non exclusives l’une de l’autre.

La première d’entre elles va de 1913 – peu de temps après la fondation, en 1909, de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), association biraciale destinée à défendre les droits de la minorité noire – à 1948. Elle se caractérise par une production indépendante à faible budget et quasi invisible du grand public ; il en émerge la figure d’Oscar Micheaux.

La deuxième (qui peut se subdiviser en deux blocs) est directement liée au combat pour l’obtention des droits civiques, et à ses conséquences socioculturelles, qui voient le retour au pays des exilés William Greaves et Melvin van Peebles. C’est d’abord la Blaxploitation (littéralement, l’exploitation du Noir sous toutes ses formes et notamment positives) qui acquiert la plus grande visibilité avec, notamment, Les Sentiers de la violence (The Learning Tree, 1969), premier long-métrage réalisé par un Noir à Hollywood, le photographe Gordon Parks. De grands cinéastes s’exprimeront dans ce « genre » : l’acteur et « passeur » Ossie Davis et Ivan Dixon, entre autres, jusqu’en 1976. Parallèlement à ce mouvement mainstream se développe, entre 1971 et 1982, le courant indépendant de la Los Angeles School of Black Filmmakers (L.A. Rebellion) autour de Hailé Gerima, Charles Burnett et Billy Woodberry. D’autres indépendants réaliseront des films ailleurs. Ces courants s’estompent durant l’administration Reagan, mais de leurs divers croisements naîtra, une décennie plus tard, le « cinéma New Jack », où prédomine une vision pessimiste des ghettos urbains. Il est inauguré par Spike Lee dès 1986 : Nola Darling n’en fait qu’à sa tête (She'sGotta Have it), que suit Do the Right Thing, 1989. Ce dernier film fait office de manifeste générationnel inspiré par la vogue du gangsta rap.

Les évolutions politiques et sociétales qui menèrent Barack Obama au pouvoir en 2008 ont également nourri le cinéma et la culture sans toutefois apaiser la société. En 1997, le théoricien Mark A. Reid forge le concept de « postnégritude » (PostNegritude Visual and LiteraryCulture), qui s’intéresse aux peurs collectives qui découlent de ces approches dualistes Blanc-Noir, plutôt qu’aux dualités elles-mêmes en période postcoloniale. Ce nouveau cinéma s’ouvre à tous les thèmes, et notamment à la réflexion sur l’histoire, allant de l’esclavage (The Birth ofa Nation, Nate Parker, 2016) aux luttes pour les droits civiques des années 1960. Il s’intéresse aussi aux problématiques de genre ou sexuellescomme Precious de Lee Daniels (2009) ou Moonlight de Barry Jenkins (2016). De Charles Burnett à Ryan Coogler en passant par Spike Lee, une dramaturgie et une esthétique afro-américaines se sont ainsi affirmées dans le septièmeart.

Tentatives de définition

Le cinéma afro-américain occupe une place à part à l’intérieur des productions ethniques qui ont souvent permis d’exprimer les fluctuations du rêve du melting-pot, encouragé ou rejeté selon la nature des crises qui secouaient la société. Diverses tentatives de définition en ont été proposées : James P. Murray englobe des productions réalisées par des Blancs, mais dont un thème évoque la question des Noirs, alors que pour Gladstone L. Yearwood, il faut que les pratiques signifiantes soient directement issues de l’expérience et de la culture afro-américaine. Aujourd’hui, avec l’intégration croissante des Noirs dans la société américaine, la définition de Murray prévaut.

De l’esclavage des Noirs à la toute-puissance de la musique de jazz et du rhythm and blues, de la formation du Ku Klux Klan à la lutte pour les droits civiques dans les années 1960, des liens[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Raphaël BASSAN. AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 26/04/2021

Médias

<em>Within our Gates</em>, O.Micheaux - crédits : Micheaux Book & Film Company/ BBQ_DFY/ Aurimage

Within our Gates, O.Micheaux

<em>Hallelujah</em>, K. Vidor - crédits : John D. Kisch/ Separate Cinema Archive/ Getty Images

Hallelujah, K. Vidor

<em>Watermelon Man</em>, M. Van Peebles - crédits : Mary Evans/ Aurimages

Watermelon Man, M. Van Peebles

Autres références

  • ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

    • Écrit par , et
    • 9 328 mots
    • 11 médias
    ... (Richard Leacock, Frederic Wiseman) ou militant (Emile De Antonio, Barbara Kopple), ne s'est pas vraiment concrétisé, sinon par l'émergence d'un cinéma noir dont Spike Lee est le représentant le plus original et le plus connu en Europe (Do the Right Thing, 1989 ; Malcolm X, 1992 ; Girl 6,...
  • LEE HELTON JACKSON dit SPIKE (1957- )

    • Écrit par
    • 3 250 mots

    Spike Lee a sorti, dans les années 1980, le cinéma des Noirs américains du ghetto, tout en s'octroyant une place de choix dans l'industrie hollywoodienne. Il est le premier, et probablement le seul, metteur en scène afro-américain à gérer et concevoir une œuvre personnelle de grande audience,...

  • MICHEAUX OSCAR (1884-1951)

    • Écrit par
    • 1 049 mots
    • 1 média

    Oscar Micheaux est le seul cinéaste indépendant afro-américain à avoir pu développer une œuvre sur trente ans. Entre 1919 et 1948, il tourne et produit quarante films dont vingt-sept muets. Self-made-man et admirateur du penseur réformiste noir Booker T. Washington qui prône l'émancipation de son...