PARKS GORDON (1912-2006)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Gordon Parks devra attendre la maturité de ses vingt-six ans pour commencer une carrière de photographe – avant de devenir également cinéaste, écrivain, et compositeur. Pionnier dans plusieurs domaines, il demeurera l'une des figures de la culture populaire noire américaine.

À la mort de sa mère, en 1927, Gordon Parks rejoint sa sœur aînée à Saint Paul, dans le Minnesota. Bientôt livré à lui-même, l'adolescent subit le racisme ambiant et survit grâce à divers emplois – plongeur dans un restaurant, pianiste dans une maison close. Serveur sur un train transcontinental de la North Coast Limited, en 1938, il découvre, dans un illustré abandonné par un voyageur, l'existence de la mission photographique de la Farm Security Administration (F.S.A.), instituée par le président Roosevelt pour venir en aide aux agriculteurs en difficulté... et avec elle, les signatures de photographes aussi marquants que Dorothea Lange, Arthur Rothstein ou Walker Evans. À l'arrêt suivant, Seattle, Gordon Parks, alors déjà marié et père de deux garçons, consacre 7,50 dollars à l'achat d'un appareil Voigtländer Brilliant. Ses premières images, réalisées dans son Kansas natal, révèlent l'influence du style documentaire rigoureux de Walker Evans. C'est pourtant avec la photo de mode que Parks fait ses premières armes de professionnel, auprès d'un couturier en vue de Saint Paul.

Gagnant Chicago, où il tente d'exercer dans une plus ample dimension, Gordon Parks découvre un nouveau territoire. Conduit sur une année, son témoignage sur la misère des ghettos noirs au sud de la mégapole lui vaut d'obtenir, en 1942, la bourse Julius Rosenwald. Cette première reconnaissance est suivie d'une intégration inespérée à la F.S.A., sous la direction de Roy Stryker. C'est là, à Washington, que Parks réalise sa photographie la plus célèbre, American Gothic – en référence au tableau éponyme de Grant Wood (1930). Ella Watson, femme de ménage noire, y pose, très digne, sous le drapeau am [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PARKS GORDON (1912-2006)  » est également traité dans :

AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 6 963 mots
  •  • 4 médias

On peut diviser le corpus des films réalisés, interprétés par des Noirs aux États-Unis, ou dans lesquels ils tiennent un rôle important, en quatre grandes périodes non exclusives l’une de l’autre. La première d’entre elles va de 1913 – peu de temps après la fondation, en 1909, de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), association biraciale destinée à défendre les d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-afro-americain/#i_45457

THE COLOR LINE. LES ARTISTES AFRICAINS-AMÉRICAINS ET LA SÉGRÉGATION

  • Écrit par 
  • Lamia DZANOUNI, 
  • Olivier MAHEO
  •  • 1 328 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un tournant militant : des artistes en marche »  : […] Les conséquences de la Grande Dépression de 1929 et du New Deal vont favoriser un art engagé. Les projets du gouvernement fédéral et notamment celui de la FSA (Farm Security Administration) valorisent le travail d’artistes radicaux, tels Ben Shahn et Dorothea Lange. Gordon Parks, jeune photographe noir, s’inspire de leur langage. Il écrit : « J'ai compris qu'un appareil photo pouvait être une arm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-color-line-les-artistes-africains-americains-et-la-segregation-exposition/#i_45457

Pour citer l’article

Hervé LE GOFF, « PARKS GORDON - (1912-2006) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gordon-parks/