VAN PEEBLES MELVIN (1932- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cinéaste américain, né le 21 août 1932 à Chicago (Illinois).

Diplômé en 1953 de l'université Wesleyan de l'Ohio, Melvin van Peebles sillonne l'Europe, le Mexique et les États-Unis où il sera tour à tour peintre, facteur et comédien de théâtre de rue, après un passage éclair dans l'armée de l'air. À Paris, il écrit plusieurs romans en anglais, dont La Permission, qu'il adaptera au cinéma sous le titre anglais The Story of the Three Day Pass (1967, La Permission). Il fait ses débuts de réalisateur hollywoodien avec une comédie sur les préjugés raciaux, Watermelon Man (1970). L'année suivante, il s'attaque au film de sa carrière, Sweet Sweetback's Baadasssss Song, qu'il écrit, réalise, monte et met en musique, en plus d'y tenir le rôle principal. Avec ses propres ressources financières et des acteurs et des techniciens en majorité amateurs, Van Peebles livre un récit violent, sensuel et rageur d'un homme noir en lutte contre l'autorité blanche. Annonçant la vague de films d'action noirs, la « blaxploitation » (contraction de black exploitation), qui déferlera sur les États-Unis dans les années 1970, le long-métrage rencontre un immense succès auprès du public afro-américain, tandis qu'il met en ébullition les critiques blancs. Van Peebles se tourne ensuite vers Broadway, où il produit les comédies musicales Ain't Supposed to Die a Natural Death (1971, « Une mort naturelle pas naturelle ») et Don't Play Us Cheap (1972, « La Fête à Harlem »). Il continuera ensuite à écrire, réaliser, composer et jouer pour le petit et le grand écran. Dans les années 1980, il se spécialisera dans les opérations boursières sur marchandises et il deviendra le premier Noir américain membre de l'American Stock Exchange (Amex).

Watermelon Man, M. Van Peebles

Watermelon Man, M. Van Peebles

photographie

Comme souvent, la comédie peut se doter d'une forte charge politique. Un matin, Jeff Gerber, typique représentant de la petite bourgeoisie blanche, se réveille dans la peau d'un Noir. C'est pour lui le début d'une descente aux Enfers. Rejeté par sa famille, ses voisins et ses collègues, il... 

Crédits : Mary Evans/ Aurimages

Afficher

Son fils Mario, qui interprétait le personnage de Sweetback enfant dans Sweet Sweetback's Baadasssss Song, est lui-même un acteur et un réalisateur de séries télévisées accompli.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  VAN PEEBLES MELVIN (1932- )  » est également traité dans :

AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 6 963 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle génération »  : […] Les Noirs participent activement aux transformations sociales et culturelles qui secouent les États-Unis dans les années 1960 : le mouvement pour les droits civiques conduit par Martin Luther King, l’apparition d’un radicalisme politique avec Malcolm X puis le mouvement des Black Panthers et la doctrine du « retour en Afrique » sont partie prenante de la contre-culture ; l’« agit-prop » mis en pla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-afro-americain/#i_3022

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'épidémie érotique des années 1970 »  : […] Alors que le rassemblement de Woodstock (1969) a officialisé l'ère «  Peace and Love  » et entériné une prémondialisation de la culture, les artistes de tous horizons déclarent la grande offensive du sexe à l'écran. Après avoir fait scandale avec Les Amants (1958), Louis Malle égratigne, dès 1971, le tabou de l'inceste ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_3022

Pour citer l’article

« VAN PEEBLES MELVIN (1932- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/melvin-van-peebles/