AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cinémas de ghetto

Avant d’être devancée par la communauté hispanique, la communauté afro-américaine a longtemps constitué la principale minorité ethnique aux États-Unis. Vers le milieu des années 1910, à la suite de la première grande migration vers le Nord et ses centres industriels, une bourgeoisie noire commence à se former, avec ses intellectuels et ses hommes d’affaires. En 1909 est créée la NAACP, une organisation progressiste composée de Blancs et de Noirs, qui va jouer un rôle important dans la prise de conscience de ces derniers.

C’est pour répondre à Naissance d’une nation (Birth of a Nation, 1915), évocation de la guerre de Sécession et de ses lendemains, où David Wark Griffith justifie la création du Ku Klux Klan, que le premier mouvement de cinéma indépendant noir voit le jour. Auparavant, dès 1910, William Jones Foster avait fondé la Foster Photoplay Company pour lutter contre l’emploi de minstrels (des Blancs grimés avec du cirage) dans les théâtres et les cinémas. Le court-métrage qu’il réalise sous la bannière de cette entreprise, The Railroad Porter (1913), est certainement le premier film mis en scène par un Noir. Le succès public de Naissance d’une nation conduit donc le jeune Emmett Jay Scott à envisager de lui apporter une réponse cinématographique. Son projet s’appelle d’abord Lincoln’s Dream et veut insister sur l’apport des Noirs à la société américaine. Ne pouvant réunir les capitaux nécessaires auprès des financiers de sa communauté, il fait appel à l’argent des Blancs. Le film, terminé en 1918, s’intitule The Birth of a Race ; la question du racisme y est à peine effleurée, au bénéfice d’une fresque sur la fondation des États-Unis.

De ces prémices aux films de Charles Burnett ou Hailé Gerima, réalisés soixante ans plus tard par des indépendants beaucoup plus libres et radicaux, les cinéastes noirs ne purent quasiment jamais dominer de bout en bout leurs œuvres, Spike Lee étant l’exception qui confirme la règle. Après lui, de très nombreux réalisateurs afro-américains travailleront pour les grands studios, souvent sur des sujets personnels.

D’où la difficile définition du cinéma noir stricto sensu. Un réel travail historique sur ces courants de cinéma ethnique ne fut entrepris, des deux côtés de l’Atlantique, que dans les années 1970 et 1980. Cela s’explique par la découverte d’importants stocks de vieilles bandes et leur popularisation dans les années 1990, puis en 2015.

Seuls les journaux de la communauté publiaient, lors de leur sortie, des résumés de ces films, et certaines histoires du jazz citaient parfois le nom d’Oscar Micheaux. La légitimation de cette première vague fut rendue possible par les écrits d’universitaires noirs et l’organisation de festivals spécialisés aux États-Unis, mais aussi en France, aux Pays-Bas et en Allemagne.

Les historiens ont montré qu’entre 1913 et 1948, il aurait existé environ cent cinquante compagnies de production indépendantes, la plupart étant mixtes. Par ailleurs, la moitié de ces groupements, bien qu’officiellement enregistrés, n’eurent pas les moyens de tourner de films. Citons parmi les plus importantes : la Lincoln Motion Picture Company, fondée en 1916 par les frères George P. et Noble Johnson à Los Angeles ; la Frederick Douglass Film Company qui vit le jour à New Jersey en 1919. Avec des films comme The Realization of a Negro’s Ambition (1916), la Lincoln va définir le modèle qui prévaudra dans de nombreuses productions de l’époque : profondément intégrationniste, le film prône le respect de valeurs familiales proches de celles de l’Amérique blanche. La Colored Players Film Corporation of Philadelphia a produit un des fleurons du genre, Scar of Shame réalisé par Frank Perugini (1927), long-métrage qui utilise les codes du mélodrame, pour témoigner de l’existence d’une bourgeoisie noire, donc de la possible élévation sociale grâce aux membres influents de la communauté.

En règle générale, même si on note alors la présence de films comme Within our Gates, d’Oscar Micheaux (1920), qui évoque le thème du lynchage, la production de cette époque demeure timide.

Within our Gates, O.Micheaux

Photographie : Within our Gates, O.Micheaux

Véritable « père » du cinéma afro-américain, Oscar Micheaux développe une œuvre à part entière entre 1919 et 1948, et milite en faveur de l'intégration, dans les pas de Booker T. Washington. Il choisit notamment pour thèmes la lutte contre le Ku Klux Klan, les femmes battues et le... 

Crédits : Micheaux Book & Film Company/ BBQ_DFY/ Aurimage

Afficher

Oscar Micheaux, un romancier de l’Illinois, devient cinéaste pour porter à l’écran un de ses livres, The Homesteader

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Within our Gates, O.Micheaux

Within our Gates, O.Micheaux
Crédits : Micheaux Book & Film Company/ BBQ_DFY/ Aurimage

photographie

Hallelujah, K. Vidor

Hallelujah, K. Vidor
Crédits : John D. Kisch/ Separate Cinema Archive/ Getty Images

photographie

Watermelon Man, M. Van Peebles

Watermelon Man, M. Van Peebles
Crédits : Mary Evans/ Aurimages

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 420 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un cinéma indépendant contre Hollywood ? »  : […] Dans les années 1960, l'espoir mis dans les expériences marginales de l'underground (les frères Mekas, Andy Warhol, Paul Morissey, Kenneth Anger, Stan Brakhage), comme dans le documentaire inspiré du cinéma-vérité (Richard Leacock, Frederic Wiseman) ou militant (Emile De Antonio, Barbara Kopple), ne s'est pas vraiment concrétisé, sinon par l'émergence d'un cinéma noir dont Spike Lee est le repré […] Lire la suite

LEE HELTON JACKSON dit SPIKE (1957- )

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 3 291 mots

Spike Lee a sorti, dans les années 1980, le cinéma des Noirs américains du ghetto, tout en s'octroyant une place de choix dans l'industrie hollywoodienne. Il est le premier, et probablement le seul, metteur en scène afro-américain à gérer et concevoir une œuvre personnelle de grande audience, sans faire de concessions majeures au système des studios, grâce à sa maison de production, Forty Acres […] Lire la suite

MICHEAUX OSCAR (1884-1951)

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 1 052 mots
  •  • 1 média

Oscar Micheaux est le seul cinéaste indépendant afro-américain à avoir pu développer une œuvre sur trente ans. Entre 1919 et 1948, il tourne et produit quarante films dont vingt-sept muets. Self-made-man et admirateur du penseur réformiste noir Booker T. Washington qui prône l'émancipation de son peuple par le travail et l'accès au savoir, Micheaux sera une des figures cardinales du Harlem Renais […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Raphaël BASSAN, « AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-afro-americain/